Gégory Peres, formateur dans l’âme | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Gégory Peres, formateur dans l’âme

Ancien joueur de Dijon, ce professeur d’EPS de formation a rejoint le MHSC cet été, en qualité d’entraîneur adjoint d’Olivier Dall’Oglio. Rencontre

Si la transmission est une vocation, comme le prétendent beaucoup d’enseignants, Grégory Peres en est sans doute la parfaite incarnation. Outre sa voix posée et sa faculté à bien expliciter sa pensée en peu de mots, son parcours de vie en atteste. Né à Dijon en 1975, cet ancien défenseur (central ou latéral) y a passé la quasi-totalité de sa vie, usant ses crampons dans cette cité dont la cathédrale et sa célèbre chouette porte bonheur, sont les emblèmes principales, de l’âge de 10 ans jusqu’à la fin de sa carrière. Membre tour à tour du Cercle de Dijon puis du Dijon FC (les deux clubs, pensionnaires de CFA ont fusionné en 1998 pour donner naissance à l’actuel DFCO), il a participé à la montée du club bourguignon du National 2 à la Ligue 2, avant de mettre un terme à sa carrière après un seul match joué dans l’antichambre de l’élite hexagonale. « Lors de mon année en L2, j’avais un statut particulier puisque je n'étais pas pro ; J’étais  à la fois professeur de d’EPS et joueur, se souvient-il. Au sortir de cette expérience, j’approchais des 30 ans et je venais d’obtenir le poste que je souhaitais depuis un certain temps, à savoir d'être responsable de la section sportive du club de Dijon qui gérait toutes les équipes de la pré-formation, alors j’ai préféré basculer dans cette voie. »
A la demande de son coach d’alors – un certain Rudi Garcia – Grégory Peres a étiré le fil de sa carrière de joueurs 2 ou 3 saisons supplémentaires pour jouer en équipe réserve et faire ainsi le lien entre les pros et les jeunes. Un rôle de transmission – déjà – qu’il poursuivra ensuite de longues années en continuant d’enseigner l’EPS et de diriger la section sportive du DFCO.


Longtemps en charge des 14 ans fédéraux, il a ensuite connu l’évolution logique d’un formateur puisqu’il a entraîné les U17, les U19 et enfin la réserve du club bourguignon. Un dernier stade au cours duquel il a approfondi sa relation avec Olivier Dall’Oglio, alors coach de l’équipe fanion… au point de suivre le technicien gardien au moment de son départ à Brest, durant l’été 2019. « Nous avions une relation très proche à Dijon, mais je n’ai jamais été son adjoint au DFCO, précise-t-il. Ce n'est qu'à Brest que nous avons franchi le pas. » Outre le déménagement et le fait de quitter sa ville de toujours, Grégory Peres s'est mis en disponibilité de l’éducation nationale pour suivre le technicien alésien : « J'arrivais à un âge où j'avais envie de vivre de ma passion, ce qui me taraudait l'esprit depuis quelque temps, explique-t-il. Mais l’élément qui a le plus jouer, c’est le fait d’accompagner une personne qui d’un point de vue humain est très riche. C'est quelqu'un en qui je peux avoir une grande confiance. Je savais que je pourrais m'épanouir complètement à ses côtés ».

Nous avons rejoint des gens simples, honnêtes et très travailleurs, ce qui ressemble à nos valeurs

Comme chaque binôme a ses habitudes, viens donc l’heure d’évoquer son fonctionnement : « Nous faisons partie d'un staff, assure d’emblé Grégory. Nous avons une réunion tous ensemble le lundi matin pour construire la semaine d'entraînement. Ensuite, la répartition se détache sur le terrain. Le coach aime bien prendre un peu de recul, donc c’est souvent nous, les adjoints, qui animons les séances. » Composé à la fois d’éléments arrivés cet été en compagnie d'Olivier Dall'Oglio (Grégory Peres mais aussi le préparateur physique Benjamin Guy et l’analyste vidéo Maxime Flaman), le staff héraultais compte également – entre autres – d’anciens joueurs du club comme Pascal Baills, Romain Pitau et Jean-Yves Hours. « Les repères se prennent peu à peu, on s'entend bien. Nous avons rejoint des gens simples, honnêtes et très travailleurs, ce qui ressemble à nos valeurs. C'est aussi pour cela que ça que la greffe a bien prise. » Quant à la relation avec les ‘’anciens’’ du staff, Grégory Peres ne la juge que bénéfique : « Leur présence est toujours très importante car ce sont les garants des valeurs du club et nous devons nous adapter à eux ; c'est comme ça que nous voyons les choses, assure-il. Ils nous permettent également de gagner du temps car ils connaissent forcément mieux les joueurs puisqu'ils étaient là avant notre arrivée. Pour ce qui est du langage, je ne maîtrise pas encore toutes les expressions du Sud mais ça va venir !  (sourires). »
Au moment de définir plus précisément son rôle d’adjoint, Grégory Peres évoque ce métier avec passion et franchise : « La mission première d'un adjoint, c'est d'être au service de son entraîneur. Il faut être force de proposition et que la relation soit sincère. Elle est ainsi entre nous c'est pour ça qu'on travaille bien, explique-t-il. Il faut être capable, dans l'intimité d'une conversation évidemment, de montrer que l'on n'est pas forcément d'accord, de donner son ressenti, son avis, car ce ne serait pas honnête d'aller toujours dans le sens du coach si on n’est pas tout à fait d'accord avec lui. On discute, on échange, le coach tranche et à partir du moment où il a défini une ligne de conduite, on est à fond derrière lui. »


Concernant l’équipe, profondément rajeunie cet été, le passé d’éducateur du nouvel entraîneur adjoint pailladin devrait s’avérer très utile : « L'équipe a de la qualité, du talent et du caractère, ce qui est toujours important dans un sport collectif, analyse Grégory. Une page s’est tournée avec les départs de Vitorino Hilton et Daniel Congré notamment, mais le coach est un formateur, je suis formateur aussi, donc, travailler avec des jeunes ne nous fait pas peur, bien au contraire. On apprécie les jeunes qui sont avec nous, parce qu'ils ont de la qualité bien entendu, mais aussi et surtout parce qu'ils sont très à l'écoute et très travailleurs. Il leur faudra sans doute un peu de temps mais je pense que toutes les conditions sont réunies pour qu'ils deviennent peut-être dans quelques années des piliers de cette équipe. »

être force de proposition

Sur la route de l’apprentissage de ses jeunes pousses, la prochaine étape sera la venue de l’AS Saint-Etienne, dans 2 semaines à La Mosson : « Depuis l'arrivée de Claude Puel, l'ASSE a pris un tournant en faisant énormément appel aux jeunes de sa formation, souligne-t-il. C'est une équipe très généreuse, qui court beaucoup, qui aime bien harceler le porteur du ballon et qui n'est pas facile à jouer. Elle compte des jeunes de qualité et des hommes d'expérience comme Whabi Khazri qui sont très importants pour les encadrer. C'est un adversaire de qualité. »
Homme calme, discret et qui avoue « être plutôt quelqu'un qui observe avant d’intervenir », Grégory Peres savoure en tout cas son nouveau défi en orange et bleu : « J’ai toujours apprécié le MHSC. C’est un club qui s'est construit d'année en année grâce à la famille Nicollin qui est très impliquée, avec des gens passionnés qui ont tout donné jusqu'à obtenir ce fabuleux titre de champion de France en 2012 estime Grégory. C'est un club qui n'a jamais cessé d'améliorer ses infrastructures aussi, qui a investi au niveau de la formation, ainsi qu’au niveau de sa section féminine avec à chaque fois de très bons résultats… En outre, on ressent vraiment cet esprit familial présent à tous les étages avec des anciens qui perpétuent les valeurs du MHSC. C'est très rare de ressentir cela et c'est très agréable. » Et ce dernier de conclure : « Avec ma femme et mes enfants nous n'avions jamais quitté Dijon avant d’aller à Brest. Nous avons passé 2 belles années en Bretagne et désormais on découvre Montpellier et sa région avec grand plaisir. Nous sommes très heureux d’être ici ! » Bienvenue dans la famille, Grégory !  

 

A lire également

21mai2022

Équipe pro

Ce samedi avait lieu le dernier match de la saison 21/22, à cette occasion le MHSC se déplaçait à Angers. .Malgré une bonne débauche d'énergie, les montpelliérains ont été pénalisé en fin de première période par un penalty de Mangani.
Lire la suite

20mai2022

Équipe pro

Il y a 10 ans jour pour jour le MHSC était sacré champion de France après sa victoire à Auxerre (1-2) lors de la 38ème et dernière journée de championnat.John Utaka, auteur des deux buts pailladins, se souvient de cette soirée historique au micro de
Lire la suite