Luna Gevitz, architecte de ses rêves | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Luna Gevitz, architecte de ses rêves

Passée par le MHSC il y a presque 10 ans, la défenseuse danoise a retrouvé Montpellier cet été… Non sans avoir grandement évolué . Rencontre avant la réception de bordeaux ce vendredi (21h, 4ème journée de d1 arkema)

« Quand mon téléphone a sonné et que la proposition du MHSC est arrivée, je me suis remémorée les images de Montpellier dans ma tête, j’ai souri et j’ai eu tout de suite envie de revenir. » C’est avec ces mots aussi simples que sincères que Luna Gevitz a évoqué la rapidité avec laquelle son retour au MHSC s’est concrétisé. Il faut dire que l’internationale danoise de 28 ans, n’a pas posé ses crampons en terre inconnue au moment de signer au MHSC, quelques jours seulement avant la première journée de championnat.

Née à Aarhus, cité étudiante du centre du Danemark située à 3h de route de Copenhague – et qui est aussi la deuxième plus grande ville du pays – Luna Nørgaard Gevitz a grandi à Alken, village voisin « où tout le monde se connait et où on aime regarder le foot tous ensemble », sourit-elle. C’est sans doute là qu’est née la vocation de la jeune femme pour le ballon rond : « J’ai commencé le foot à 6 ans, se souvient-elle. A l’époque, il n’y avait pas de club féminin alors mon père est allé chercher des filles aux alentours pour qu’on puisse s’entraîner ensemble avec ma petite sœur. Il a été mon premier coach. »

Je n’avais que 18 ans, donc, tout était nouveau mais c’était vraiment sympa. Ça m’a beaucoup fait progresser

Son père, qui travaille, comme son épouse, pour l’insertion des personnes en situation de handicap a de la suite dans les idées. Après avoir lancé la carrière de Luna (la 3ème de ses 4 filles), il l’envoie débuter sa carrière au sein du club féminin danois du IK Skovbakken. Puis, en 2012, alors que Luna a tout juste 18 ans, tout s’accélère. « Je suis venue une première fois 2 semaines à Montpellier au mois de février pour voir comment c’était de jouer à l’étranger et pour apprendre à connaître un peu le club, se remémore Luna. J’ai finalement signé au MHSC l’été suivant. » Cette défenseuse centrale de grand gabarit fera donc partie de la génération dorée des joueuses nées en 1994 (son année de naissance), 1995 et 1996 où figuraient notamment Sandie Toletti, Claire Lavogez, Margaux Bueno, Aurélie Gagnet, Solène Durand et Faustine Robert, qui remporta 3 titres consécutifs de Championnes de France U19. Luna gagnera le 3ème et dernier sacre de cette trilogie (en 2013), avec en prime 4 apparitions en pro cette saison-là et même un but inscrit dès le 1er de ses 2 matchs en D1 (sur le terrain d’Issy-les-Moulineaux le 3 février 2013). « J’avais vraiment vécu une bonne année ici. C’était une grande expérience pour moi pour une première aventure à l’étranger. Je n’avais que 18 ans donc, tout était nouveau mais c’était vraiment sympa. Ça m’a beaucoup fait progresser. »

je me suis rapidement sentie bien dans ce projet et en phase avec les objectifs du club

A l’été 2013, Luna choisit pourtant de rentrer au Danemark : « J’étais au milieu de mes études et c’était difficile de trouver l’équivalence avec le Danemark alors j’ai préféré rentrer finir mon cursus scolaire au pays, explique-t-elle. A l’époque, j’avais une proposition du Fortuna Hjørring, qui était le meilleur club danois et qui jouait la Ligue des Champions. C’était une belle progression pour moi, alors je n’ai pas hésité. » En plus d’y découvrir la plus prestigieuse des compétitions européennes, Luna y entame ses études d’architecte (elle a été officiellement diplômée en janvier dernier) : « C’était un club 100 % féminin et il y avait pas mal de facilités pour concilier les études. J’ai passé 6 ans là-bas. C’était vraiment top de pouvoir allier mes passions pour l’architecture et le football. »

La suite de sa carrière l’amena successivement à Guingamp – « Je connaissais Solène Durand et Faustine Robert qui évoluaient là-bas et qui m’ont dit le plus grand bien du club alors j’ai foncé. » – puis dans le club suédois du BK Häcken, où elle évoluait la saison dernière « C’était la meilleure équipe de Suède, avec de grosses ambitions. Le projet était très attractif et j’ai eu l’opportunité de rejouer la Ligue des Champions. » Mais une fois le tour préliminaire passé cet été (où elle avait affronté Lyon, le Bayern Munich et Benfica), l’appel du retour au MHSC a été le plus fort : « J’ai tout de suite senti qu’il y avait des ambitions ici, explique l’internationale danoise. On sent vraiment que toutes les joueuses qui viennent ici sont là pour progresser et faire un bout de chemin vraiment intéressant avec le club en jouant les premières places du championnat. Le coach et son staff sont des gens très sérieux et je me suis rapidement sentie bien dans ce projet et en phase avec les objectifs du club. »

j’ai su me forger un caractère de leader sur le terrain que je n’avais pas forcément lors de mon premier passage

Si elle a redécouvert un environnement familier et des joueuses avec lesquelles elle avait déjà évolué par le passé (comme Charlotte Bilbault, Marion Torrent ou Faustine Robert), Luna Gevitz reconnait que « la ville de Montpellier a beaucoup grandi, notamment au niveau des constructions. Le MHSC a aussi beaucoup progressé au niveau des infrastructures » (sourire).

Luna aussi a beaucoup grandi. Partie avec le statut de jeune joueuse pleine d’avenir il y a 10 ans, elle revient avec celui de cadre et de joueuse d’expérience. Pas de quoi l’effrayer, au contraire : « Disons que je me connais bien mieux comme personne. détaille-t-elle. Au niveau du football, j’ai su me forger un caractère de leader sur le terrain que je n’avais pas forcément lors de mon premier passage. Je pense avoir progressé sur le plan technique mais aussi dans le jeu. Aujourd’hui, j’ai 28 ans, je prends beaucoup de plaisir à l’idée de partager mon expérience, mais je suis persuadée que je peux encore progresser. C’est ma volonté. »

Sur le plan tactique, l’arrivée de cette défenseuse centrale solide dans les duels et dotée d’un bon jeu de tête offre une nouvelle option à Yannick Chandioux, qui évolue tantôt à 2, tantôt à 3 défenseuses centrales : « Je peux évoluer dans les deux systèmes, assure Luna. La saison dernière, je jouais d’ailleurs à 4 en club et à 3 axiales en équipe nationale donc ça ne me dérange pas. En plus je suis très férue de tactique et je trouve très positif que l’on puisse maîtriser les deux systèmes pour être plus dynamique et réactive. »

le  groupe a vraiment envie de progresser et de travailler ensemble. On sent aussi que beaucoup de joueuses ont une grande intelligence de jeu

S’établir durablement en sélection justement fait partie des objectifs de Luna « J’ai été souvent appelée en sélection ces dernières années mais j’ai très peu joué. Je travaille pour gagner ma place en équipe nationale et pour aider le club à aller le plus haut possible, explique-t-elle. A ce titre, je trouve que le MHSC dispose d’une très bonne équipe avec un groupe qui a vraiment envie de progresser chaque jour et de travailler ensemble. On sent aussi que beaucoup de joueuses ont une grande intelligence de jeu. Ce groupe a des qualités individuelles mais aussi collective avec une bonne tactique mise en place pour nous aider à avancer. » Sur un plan plus personnel, Luna Gevitz n’a pas raté son retour en orange et bleu puisqu’elle a inscrit un doublé dès son 2ème match, il y a 15 jours à Reims. « C’était énorme de pouvoir inscrire un doublé dès mon deuxième match pour mon retour ici. C’était un super sentiment. » Il en appelle sans doute bien d’autres. Et pourquoi pas dès vendredi soir face à Bordeaux ?

A lire également

17nov2022

Équipe pro

Venez vibrez à La Mosson pour MHSC-OM et MHSC-PSG en réservant vos places dès à présent !      MHSC - OMDate : Lundi 2 janvier 2023Heure : 19hLieu : Stade de La MossonCompétition :17ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Lire la suite

06déc2022

Équipe pro

Philippe Soulier est bénévole au MHSC depuis une quinzaine d'années.Depuis 2011, il est intendant de l'équipe de D1 féminine du Montpellier Hérault SC. MHSCTV est allé à sa rencontre pour sa série de reportages Ils font le MHSC. Portrait d
Lire la suite

05déc2022

Fonds de dotation

Avec 8 buts inscrits au mois de novembre, 2000€ avaient été collectés pour l'association bleuet de france, 658€ de collecte se sont rajouté à cette somme.Comme annoncé chaque but inscrit au mois de novembre en Ligue 1 Uber Eats et
Lire la suite