Maëlys Mpome, bien plus qu’un effet de mode | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Maëlys Mpome, bien plus qu’un effet de mode

La jeune défenseur de 19 ans est passée cette saison de solide espoir à pièce maîtresse de l’arrière-garde montpelliéraine. Rencontre 

Si certains associent encore le foot féminin à l’image des garçons manqués, on les invite à croiser Maëlys Mpome. Une fois les crampons rangés au vestiaire, il n’est pas rare de croiser la jeune fille de 19 ans, pomponnée, dans diverses tenues civiles, robes ou autre. Elle avoue même, le sourire en coin, avoir déjà eu 6 coiffures différentes depuis le début de saison : « J’aime bien m’habiller, reconnait-elle. Le foot féminin a parfois cette image de sport pour les garçons manqués, mais ce n’est pas parce qu’on fait du foot qu’on ne peut pas rester féminine. Il faut faire la part des choses : le foot c’est un sport et, quand on sort du terrain, on est des femmes... D’ailleurs, si on regarde notre effectif, beaucoup de nos joueuses sont féminines et c’est le cas dans tous les clubs. »

ce n’est pas parce qu’on fait du foot qu’on ne peut pas rester féminine

Très fashion dans la vie, Maëlys Mpome est pourtant loin d’être un simple effet de mode sur le terrain. Arrivée durant l’été 2020 alors qu’elle n’avait pas encore 18 ans, la native de Champigny-sur-Marne avait déjà montré de belles aptitudes en 6 apparitions en équipe fanion lors du dernier exercice, mais elle a de toute évidence franchi un cap depuis le début de la saison puisqu’elle a déjà pris part à 15 des 20 rencontres officielles disputées par le MHSC, toutes compétitions confondues. « Je pense que c’est l’aboutissement de mon travail et de celui de l’ensemble de l’équipe, du staff et du club, explique la jeune défenseur montpelliéraine. La saison dernière a été compliquée, elle a été une sorte d’apprentissage accéléré pour moi  mais, collectivement, nous sommes reparties sur de bonnes bases, on a bien travaillé durant la préparation et aujourd’hui je suis contente que tous ces efforts paient. »

Quand je suis arrivée, ça m’a fait bizarre. Je ne m’attendais pas à ça et je ne pensais pas que le niveau serait si haut

Solide dans les duels, à l’aise de la tête et surtout capable de compenser certaines erreurs de jeunesse par sa vitesse, Maëlys Mpome reconnait qu’elle doit encore progresser « dans tous les secteurs, et particulièrement au niveau de ses relances et pour éviter les fautes de concentration », mais sa progression depuis la saison dernière est assez impressionnante : « Je n’avais jamais gouté à la D1, se souvient-elle. Quand je suis arrivée, ça m’a fait bizarre. Je ne m’attendais pas à ça et je ne pensais pas que le niveau serait si haut. Les filles m’ont bien accueillie, tout le monde a été patient et aujourd’hui, même si je dois encore progresser, je me sens à l’aise. Je suis contente, j’aime jouer au foot et je joue sans me poser trop de questions. Après, quand les résultats de l’équipe vont mieux, ce qui est le cas cette année, on prend plus de plaisir à jouer ça c’est sûr. »

Alignée au sein de l’axe à 3 mis en place par Yannick Chandioux, elle rayonne dans ce système et dans une défense à 5 éléments très jeune où figurent 3 joueuses (Belloumou, Lakrar et Mpome) qui ont moins de 22 ans. « Franchement, l’âge m’importe peu, évacue-t-elle. Qu’une joueuse ait 15, 20 ou 30 ans, l’important, c’est que ça marche. Plus globalement, ce système à 3 axiales nous a permis de trouver un bon équilibre avec Johanna (Elsig) qui est au milieu, qui organise la défense et nous guide avec son expérience, tandis que Maëlle et moi, nous sommes là pour courir et couvrir, vu que nous sommes plus jeunes… et que nous faisons parfois quelques erreurs aussi » (sourire). 

il faut garder l’exigence car il y a des joueuses de qualité sur le banc qui peuvent vous suppléer

L’autre erreur serait aussi, pour Maëlys, notamment en raison de sa jeunesse, de se croire trop vite installée dans une position de titulaire indiscutable… Mais elle en a bien conscience : « Quand on arrive quelque part et qu’on doit prouver, il faut forcément toujours amener cette chose en plus pour pousser le coach à vous réaligner la semaine suivante et à bousculer la hiérarchie, analyse la n°12 montpelliéraine. Une fois qu’on est ‘’installée’’ de mon point de vue, on joue plus sereinement on a moins cette pression à ce dire ‘’si aujourd’hui, je me loupe, c’est la fin du monde’’. Pour avoir vécu les deux situations, je préfère évidemment la seconde, mais j’ai bien conscience qu’il faut garder l’exigence car il y a des joueuses de qualité sur le banc qui peuvent vous suppléer. »

En début de saison, nous avons fait des faux pas qu’on aurait pu éviter, mais je trouve que nous sommes bien montées en puissance ensuite

Buteuse pour la première fois de sa carrière en D1 contre Saint-Etienne en janvier dernier –  « J’étais contente parce que le coach m’en avait beaucoup parlé et que nous avions beaucoup travaillé les phases arrêtées à l’entraînement » – Maëlys Mpome sera l’un des fers de lance du MHSC à l’heure de recevoir le Stade de Reims ce samedi en championnat (14h30 à Grammont) « Nous sommes parties de très loin, après un début de saison où nous avons fait des faux pas qu’on aurait pu éviter, notamment à Guingamp, mais je trouve que nous sommes bien montées en puissance ensuite, explique l’internationale tricolore chez les jeunes. Depuis notre succès dans les dernières secondes à Saint-Etienne (1-2, le 30 octobre), nous avons réalisées de bonnes séries, en encaissant peu de buts et en en marquant pas mal. Notre dernier succès il y a 15 jours contre Guingamp (6-0) va dans ce sens. Il faut continuer dans cette voie ». Prochaine étape donc, le Stade de Reims, une équipe réputée pour sa vélocité en contre, avec notamment son duo offensif Feller - Bécho que Maëlys connait bien : « J’ai passé un an avec la première à l’Insep, et je connais la seconde depuis toute petite vu que nous étions en sélection d’Île de France ensemble. C’est une fille avec qui je m’entends bien, raconte Maëlys. Concernant le match de samedi, Reims est une équipe à prendre très au sérieux car offensivement elles marquent beaucoup. Il ne faudra pas tomber dans la facilité. Au contraire ! » Un succès est en tout cas primordial si les Montpelliéraines veulent poursuivre leur belle remontée au classement : « Nous n’avons plus vraiment notre destin en mains pour ce qui est du classement mais nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour gagner tous nos matchs car nous n’avons plus de droit à l’erreur. »

Une fin de saison canon en orange et bleu serait en tout cas la meilleure des façons pour Maëlys de préparer ses futures échéances internationales puisqu’elle est potentiellement sélectionnable pour l’Euro U19 et la Coupe du Monde U20 qui se déroulent tous les deux cet été. « Je n’ai jamais participé à une phase finale de tournoi international, donc ça fait forcément envie, conclut-elle. Après, je pense que travailler en club c’est la 1er des choses à faire et le reste suivra en fonction. » Optera-t-elle pour une 7ème coiffure différente pour fêter ça ? Réponse dans peu de temps... 

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

29juin2022

Équipe pro

Le jeune milieu de terrain (20 ans) a étendu son engagement avec le Montpellier Hérault Sport Club.Le MHSC est heureux d'annoncer la prolongation de contrat de son milieu terrain. Formé au club,  Joris avait été le 3ème plus jeune
Lire la suite

28juin2022

Féminines

Le club montpelliérain annonce ce jour la signature de la joueuse de 24 ansFormée à l’OL où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, cette gardienne moderne dotée d’une bonne technique et habile sur les sorties aériennes a choisi le
Lire la suite