De la nuit à la folie, le MHSC battu à domicile par Rennes (2-4) | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

De la nuit à la folie, le MHSC battu à domicile par Rennes (2-4)

Menés 2-0 au bout d'un quart d'heure, les Montpelliérains sont revenus à 2-2 avant le repos, avant de s'incliner dans un match aussi beau à voir que frustrant à analyser

AUTOUR DU MATCH : confirmation et émotion

Confirmation et émotions sont sans doute les deux mots qui synthétisent le mieux le sentiment et les attentes qui régnaient autour de la réception de Rennes ce vendredi soir à la Mosson en ouverture de la 26e journée de Ligue 1.

Après la victoire à Lorient la semaine passée sur la plus petite des marges (1-0), ce qui constituait le 3ème succès des Montpelliérains en 8 matchs disputés depuis le début de l’année civile 2022, toutes compétitions confondues, une confirmation était donc attendue face à Rennes pour voir si le MHSC était à nouveau capable d’enchaîner par un deuxième résultat positif consécutif, ce qui ne lui est jamais arrivé depuis le début de la deuxième partie de saison. Face à Rennes, un candidat déclaré à l’Europe, la mission était évidemment très compliquée, d’autant que les Pailladins était privés de Mamadou Sakho, blessé, en défense, mais le test était aussi très intéressant à passer.

L’émotion ensuite donc pour deux raisons : la première car Gaëtan Laborde, qui a joué  les 4 premiers matchs de la saison avec le MHSC avant de s’envoler pour le Stade Rennais à la toute fin du mois d’août, retrouvait l’antre Montpelliéraine pour la première fois en tant qu’adversaire depuis son départ des bords de la Mosson. En fin d’échauffement, et pour témoigner de la gratitude du club envers son ancien protégé, Gaëtan a d’ailleurs reçu son titre de joueur de la saison 2020/2021, décerné par les supporters montpelliérains en fin de saison dernière.

Émotion aussi enfin, parce que c’est René Girard, l’entraîneur du sacre, qui est venu donner le coup d’envoi fictif de la rencontre dans le cadre des festivités des 10 ans du titre de Champion de France du MHSC. Toujours un plaisir de revoir l’ancien adjoint d’Aimé Jacquet à la tête de l’équipe de France fouler la pelouse d’un stade de la Mosson où il a sans doute vécu le meilleur moment de sa carrière d’entraîneur principal. 

Côté compositions d’équipes, l’entraîneur languedocien, Olivier Dall’Oglio, avait - relativement - fait dans le classique avec ses forces du moment et remplacé Stephy Mavididi, Mihailo Ristić et Mamadou Sakho, tous trois blessés, par Valère Germain, Ambroise Oyongo et Mattheus Thuler. Côté rennais, l’armada offensive était de sortie avec Majer, Terrier et Bourigeaud,  sans oublier la présence de deux anciens Montpelliérains au coup d’envoi : Gaëtan Laborde et Jonas Martin.

LE MATCH : MHSC 2-4 STADE RENNAIS FC

Si certaines personnes se demandent pourquoi on aime tant le foot, on leur fera passer le DVD de la première période. De la nuit au jour, des bas fonds aux étoiles, du froid au chaud, cette première mi-temps aura été une montée d’adrénaline constante, comme seul le ballon rond peu nous en offrir. Le froid et la nuit d’abord, lorsqu’à l’issue d’un magnifique mouvement, le centre de Traoré trouvait Terrier qui fusillait Omlin de la tête et ouvrait le score (0-1, 8e). De la nuit aux ténèbres, le pas a ensuite vite été franchi : nouveau centre de Traoré et Bourigeaud, qui, du pied cette fois, doublait la mise (0-2, 16e). Lorsque, quelques instants plus tard, Jonas Omlin sauvait l‘insauvable sur une nouvelle tête de Martin Terrier, on se dit que la soirée allait être longue. Comme au match aller, les Rennais venaient de mettre une danse aux Pailladins dans un premier quart d’heure d’enfer… Dominés dans tous les secteurs du jeu, on se demandait bien comment les joueurs du MHSC allaient réagir. Mais le football à ceci de magique, de presqu’irrationnel, qui fait qu’un match n’est jamais joué d’avance. Apparue comme anecdotique au départ, la réduction du score dans la foulée d’Ambroise Oyongo qui reprenait victorieusement un centre de Téji Savanier (1-2, 20e), allait être le déclencheur de la révolte. Passés de dominés à dominants, les Héraultais gagnaient désormais tous les duels, comme transfigurés sans trop savoir pourquoi. Un retour de flamme aussi inattendu qu’agréable pour le public de La Mosson, qui allait chavirer de bonheur quelques instants plus tard. Sur un centre de Joris Chotard, Elye Wahi envoyait un retourné acrobatique d’un autre monde, hors de portée de Gomis et arrachait l’égalisation (2-2, 42e). Fou on vous dit ! 

Au retour des vestiaires, restait à savoir comment les Rennais, si séduisants d’entrée, allaient digérer la pilule. Mais il était écrit que ce match n’était vraiment pas comme les autres : 5 minutes après la reprise, Martin Terrier, parti en profondeur, était stoppé irrégulièrement dans la surface. Avec sans froid mais sans célébrer son but, Gaëtan Laborde transformait la sentence et redonnait l’avantage à Rennes. Nouveau coup de massue (2-3, 52e). Dès lors, les Rennais mettaient à nouveau le pied sur l’accélérateur, et il fallait un grand Jonas Omlin, décisif à 3 reprises, pour empêcher les Bretons de creuser l’écart…. Avant une nouvelle bascule. Sorti en dehors de sa surface, le portier Rennais faillit toucher le ballon de la main devant Wahi (évidemment, pas de VAR !, 65e), le coup franc de Téji Savanier était dévié sur la barre par Gaëtan Laborde (68e), avant que la frappe de Florent Mollet ne soit sauvée sur la ligne par Melling (69e). Malheureusement, alors qu’on semblait plus proche d’une égalisation héraultaise que d’une victoire Rennaise, Santamaria, Bourigeaud puis Majer, combinaient et le Croate finissait le travail en même temps qu’il enterrait les derniers espoirs pailladins (2-4, 85e). Cette fois, il n’y eut plus de retour de flamme. A l’issue d’un match de haute volée, les Montpelliérains s’inclinent donc 4-2 à la maison. Dur à encaisser au vue de la prestation d’ensemble, mais c’est ainsi. Si les Rennais ont tremblé par moment, il faut aussi reconnaitre qu’ils ont une grande équipe. Désormais, les Montpelliérains doivent retenir le positif de cette rencontre pour bien rebondir, dès le week-end prochain à Nantes.

La fiche technique

Vendredi 25 février 2022.
26ème journée de Ligue 1 Uber Eats.

Stade de La Mosson.

Mi-temps : 2-2
Score final : 2-4
Arbitre : M. Amaury Delerue.

MHSC : Oyongo (19e), Wahi (42e); Rennes : Terrier (8e), Bourigeaud (16e), Laborde (pen, 52e), Majer (84e)

MHSC : Savanier (26e), Germain (73e); Rennes : Traoré (28e), Aguerd (70e).
 

MHSC : Omlin - Souquet (Sambia 78e), Cozza, Thuler, Oyongo - Ferri, Chotard (Leroy 87e) - Germain (Makouana 78e) , Savanier, Mollet (Delaye 87e) - Wahi. Entraîneur : Olivier Dall'Oglio.

STADE RENNAIS FC: Gomis - Traoré (cap.). Omari, Aguerd, Meling - Martin - Majer (Doku 89e), Santamaria - Terrier (Truffert 80e), Laborde (Guirassy 73e), Bourigeaud. Entraîneur : Bruno Genesio.

 

Le fait du match : le magniifique cadeau d'anniversaire d'Elye Wahi

Lancé en Ligue 1 par Michel Der Zakarian alors n’avait pas encore 18 ans, le 16 décembre 2020, Elye Wahi n’a cessé de progresser et de nous étonner depuis. Buteur pour la 1ère fois dans l’élite contre Monaco à peine un mois plus tard, Elye a empilé les matchs et les buts depuis, au point de disputer ce vendredi soir contre Rennes, son 50ème match en Ligue 1. Un chiffre qui a de quoi forcer l’admiration vu son jeune âge et un anniversaire que le natif de Courcouronnes a fête de la plus belle des manières en marquant un but exceptionnel, mélange d’intelligence, de talent et d’instinct. L’intelligence d’abord pour jouer de son corps et utiliser son défenseur pour se placer idéalement, le talent pour réaliser un merveilleux retourné acrobatique, et l’instinct pour avoir pensé à faire ce geste, le plus dur mais aussi le seul possible à cet instant précis. Le tout offre un but magnifique au MHSC, qui égalisait alors à 2-2.

Face aux Bretons, Elye a livré une prestation à son image : celle d’un joueur capable de dévorer les espaces avec sa vitesse et ses dribbles déroutants, mais dont la panoplie de s’arrête pas à cette unique faculté d’aller vite. Capable de caler les ballons, de fixer une défense et de trouver les bons intervalles par son intelligence de déplacement, il s’affirme de plus en plus comme un attaquant complet, capable de marquer et de faire marquer. Auteur désormais de 10 buts en 50 rencontres avec le MHSC, Elye Wahi est partie sur des bases assez impressionnantes … à tout juste 19 ans…

A lire également

02juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

26juin2022

Féminines

Après le forfait de dernière minute de maelys mpome, Judith coquet sera la seule représentante du MHSC au sein de l’équipe de France U19, qui débute ce lundi son Championnat d’Europe en République tchèque face au Pays hôte (11h)
Lire la suite

21juin2022

Équipe pro

Le jeune latéral gauche (24 ans) débarque en prêt au MHSC, en provenance du Club Bruges (D1 belge)En pleine reconstruction de son couloir gauche défensif après les départs de Mihailo Ristić et Ambroise Oyongo, le MHSC officialise aujourd’hui l
Lire la suite