Iva Landeka : « Le football croate fait partie des plus techniques d'Europe » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Iva Landeka : « Le football croate fait partie des plus techniques d'Europe »

Alors que l'équipe de France masculine affronte la Croatie ce mardi soir dans le cadre de la Ligue des Nations, la milieu de terrain croate du MHSC Iva Landeka, nous présente son pays. Il est question de foot bien sûr, autant masculin que féminin puisqu’Iva est la capitaine de la sélection féminine croate, mais aussi d'histoire et de traditions, sur et hors du terrain. Le tout avec une grande maturité, beaucoup de sérieux et d'humour à la fois.

Iva, tu avais 2 ans, en 1991, lorsque l'équipe nationale de Croatie a disputé le 1er match de son histoire. Quel est ton premier souvenir d'enfant concernant la sélection nationale ?
Je dirai la Coupe du Monde, en France, en 1998. Il y avait Davor Suker, Zvonimir Boban, Robert Prosinecki, Aljoša Asanović (qui a d'ailleurs joué à Montpellier dans les années 1990). Je n'avais que 9 ans mais je me rappelle encore de cette épopée et de la demi-finale perdue contre la France. C'est la première image qui me revient à l'esprit. La plus récente d'entre elles, c'est évidemment la Coupe du monde 2018 où nous avons à nouveau croisé la route de la France, en finale cette fois, en Russie. Avec là aussi une défaite pour nous…

1998 et 2018 sont de mauvais souvenir pour les Croates…
Spécialement pour moi parce que je suis en France, alors fatalement je me fais un peu chambrer parfois (rires) mais je pense et j'espère que nous aurons une autre chance de nous mesurer à la France, que ce soit lors d’un Euro ou d'une Coupe du Monde, histoire que nous ayons une petite revanche. Je pense que tout le monde en Croatie souhaite que l'on se retrouve (sourire).

Qui était ta première idole en équipe nationale ?
C'est compliqué pour moi d'employer ce mot-là car je ne suis pas quelqu'un qui a des idoles… mais j'adorais voir jouer Zvonimir Boban. C'est d'ailleurs pour cette raison que je suivais beaucoup le Milan AC à l'époque. C'était mon joueur favori dans l'équipe. J'aimais son jeu, tout simplement. Je n'irai pas jusqu'à dire que c’était mon idole car, si je devais me rapprocher un peu plus de cet état d'esprit-là ; j’évoquerais plutôt de mes cousins qui ont été des joueurs professionnels et dont j'ai toujours essayé de m’inspirer. Je travaillais pour leur ressembler. En les voyant, je me disais : « S'ils sont arrivés à devenir professionnels, moi aussi je peux y arriver et je vais le faire ». Pour en revenir au jeu, j'aime beaucoup celui de Luka Modric aujourd'hui, ainsi que celui du milieu de terrain du Bayern Munich Thiago Alcantara… Mais lui n'est pas Croate (sourire). De manière plus générale, quand tu regardes ce type de joueurs au même titre qu’Iniesta ou Xavi, tu ne peux qu'aimer les regarder jouer au foot.

J'adorais voir jouer Boban

Le peuple croate a beaucoup souffert, notamment pendant la guerre, même si ça remonte aux années 90 maintenant. Dans ce contexte, quelle est la place du football dans ce pays ?
Le football est le sport n°1 en Croatie. Comme tu l'as dit, les gens ici ont beaucoup souffert, c'est pourquoi ils sont très attachés à leur indépendance, ils sont très conscients de tout cela parce que c’était il n’y a pas si longtemps. Les Croates sont très fiers en voyant les bons résultats de l’équipe nationale car ils se sont beaucoup battus pour notre pays et que beaucoup de gens sont morts. Porter ce maillot de la Croatie représente beaucoup de choses et c'est aussi une des raisons pour lesquelles les gens aiment et supportent beaucoup notre sélection. Après notre très belle Coupe du Monde, en 2018, quand les joueurs sont revenus à Zagreb il y avait plus d'un million de personnes pour les accueillir alors que notre pays ne compte que 4 millions d'habitants. Ça montre que quelque chose de spécial est vraiment arrivé ce jour-là autour de la sélection. L'engouement est très fort et c'est une bonne chose.

 

La Croatie a toujours formé de très grands milieux de terrain comme Prosinecki, Boban, Modric… toi aussi tu es d'ailleurs dans ce registre. Comment expliques-tu cela ?

C'est très gentil mais je ne sais pas si on peut dire ça (sourires). J'essaie d'apprendre de m'inspirer de joueurs d’une telle qualité car j’évolue dans le même secteur de jeu, mais je ne peux pas dire que je suis à leur niveau… Plus globalement, je dirais que le football croate fait partie des plus techniques d'Europe. Certains joueurs de notre pays ont d'ailleurs des côtés un peu ‘’magiques’’ avec le ballon. C'est une très bonne chose mais cela explique aussi peut-être certaines difficultés des clubs croates sur la scène européenne lorsqu'ils croisent des adversaires plus physiques comme les Allemands par exemple. Ces dernières années, il y eu pas mal de discussions pour essayer de mettre en place des entraînements plus physiques pour progresser dans ce domaine. Je pense que nous allons dans le bon sens mais c'est vrai que ça prend toujours un peu de temps pour s'adapter au football européen dans son ensemble, autant dans le football masculin que féminin d'ailleurs. Disons qu’un footballeur se sent mieux avec le ballon (sourires).

La stratégie mise en place pour le foot féminin croate va dans le bon sens

Connais-tu personnellement quelques joueurs de l'équipe nationale croate ?
J'ai rencontré Luka Modric il y a quelques années quand il était venu jouer à Mostar parce que c'est un bon ami de mon cousin, mais je ne le connais pas personnellement non plus je n'ai pas de contact, avec lui, ni aucun membre de l'équipe nationale masculine.

Parlons de la sélection croate féminine dont tu es la capitaine…
L'équipe nationale féminine croate va de mieux en mieux. Cela mettra sans doute un peu de temps avant d'en voir les résultats, mais la stratégie qui a été mise en place il y a quelques années va dans le bon sens. Désormais, un travail plus important est effectué sur les jeunes joueuses ; plusieurs rassemblements de détection et de perfectionnement sont organisés, notamment pour les enfants. Il y a plus d'infrastructures pour les équipes de jeunes aussi. Cela portera ses fruits dans quelques années, j'en suis persuadée. Aujourd'hui certains membres de notre sélection évoluent à l'étranger mais la majorité est quand même au sein du championnat croate. C'est une fierté pour moi d'être capitaine de cette équipe de Croatie. De par le fait que j'ai pas mal évolué à l'étranger, j'essaie d'apporter ce que j'ai appris, de beaucoup discuter avec mes coéquipières aussi, de parler dans mon pays de ce qu'est le football féminin à l'étranger… Parfois, après une défaite, c'est difficile d'encaisser certains de nos résultats mais j'essaie d'expliquer que notre jour viendra, qu'il faut être patientes et continuer de travailler. C'est la seule solution pour le moment en attendant des jours meilleurs en termes de résultats, mais je suis sûre qu'ils viendront.

Beaucoup de choses sont faites ici pour aider le foot féminin à aller de l'avant

Quels sont vos objectifs avec l'équipe nationale justement ?
Nous pouvons encore mathématiquement nous qualifier pour le prochain Euro mais, pour être honnête, ce sera vraiment difficile. L'objectif est de prendre match après match pour voir si nous pouvons créer la surprise. Nous jouerons notre prochain match contre la Suisse en espérant obtenir un bon résultat et ensuite nous essaierons de battre la Roumanie. Nous devons tout donner pour finir ces qualifications du mieux possible

Partons loin du foot : si tu devais nous présenter ton pays comment le ferais-tu ?
En premier lieu, je dirais que c'est un pays magnifique, avec des belles plages, de belles montagnes, de nombreux parcs nationaux à visiter. C'est aussi un pays chargé d'histoire et nous avons de beaux musées pour la retracer. C'est un pays qui a aussi eu beaucoup d'influence sur le plan architectural : l'influence turque mais aussi l'influence austro-hongroise. C'est très beau à regarder. Les gens sont joyeux et accueillants. La nourriture est pas mal non plus, notamment niveau du poisson.

Quel est ton plat croate préféré ?

J'aime beaucoup les soupes de maman. C'est ce que je préfère (sourire). J’apprécie aussi le Sarma (chou farci à la viande) qui est un plat traditionnel que nous mangerons à Noël ou à Pâques.

Forcément un match particulier

D’où es-tu originaire ?
Je suis née à Mostar en Bosnie-Herzégovine car il y a un hôpital là-bas, mais j’ai grandi, à Posusje qui se situe à une heure de route de Mostar. Mes sœurs, elles, sont nées en Croatie, près de Split.

Qu’est-ce que tu aimes le plus en France ?
Je dirais les gens, tout simplement. J'aime leur mentalité, ils aiment la vie. Sur un plan plus professionnel, j'aime évoluer dans ce pays parce que beaucoup de choses positives sont faites pour le football féminin et aider ce sport à aller de l'avant. C'est le cas dans notre club du MHSC, où tout est fait pour que nous ayons de bons résultats. J'ai vraiment l'impression qu'ici tout est fait par exemple pour qu'on accroche la troisième place qualificative pour la prochaine Ligue des Champions. Ça veut dire beaucoup. La ville de Montpellier est aussi magnifique, sans oublier la plage. C'est vraiment super de vivre dans un tel endroit. Il y a beaucoup de possibilités de sortir, de prendre un café, de faire des choses intéressantes et je le répète, ici nous avons vraiment de bonnes conditions pour jouer au foot c'est un très bel endroit.

On imagine que tu vas regarder le match mardi ?
Oui. Ce sera forcément un match difficile puisque nous devrons jouer sans Modric, ni Rakitic mais nous avons aussi de bons jeunes joueurs qui auront du coup leur chance sur ce match-là. Après, ce sera forcément un match particulier parce qu'avec la pandémie, les joueurs n’ont pas évolué ensemble depuis presque 10 mois… et quand on ajoute qu'il y aura plusieurs nouveaux jeunes joueurs… Cela n'enlève en rien de la qualité de l'équipe car les jeunes ont beaucoup de potentiel et je pense qu'il faudra retrouver certains repères, notamment au niveau des duels et du rythme. Quoi qu'il en soit, un match contre la France est toujours quelque chose de fort à disputer et je suis sûr que les joueurs croates seront très motivés pour réaliser une belle prestation… Tout comme les Français d'ailleurs.

Ton pronostic pour mardi ?

Je dirais un succès de la Croatie 2-1 pour que nous puissions enfin gagner contre la France (sourire).

A lire également

07aoû2022

Équipe pro

Le dimanche 21 août (15h), c'est auxerre qui se présentera au Stade de La mosson dans le cadre de la troisième journée de Ligue 1 Uber eats. La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !Le match : MHSC - AJ
Lire la suite

13aoû2022

Équipe pro

Ce SAMEDI le MHSC se déplaçait AU PARC DES PRINCES pour le compte de la 2ème journée de Ligue 1 Uber Eats.Pour leur premier déplacement de la saison, nos Pailladins avaient rendez-vous avec les Parisiens, champions de France en titre, dans leur
Lire la suite