Elisa de Almeida, nature mâture | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Elisa de Almeida, nature mâture

Arrivée au MHSC en début de saison dernière, la jeune défenseur de 22 ans a vu sa progression ralentie par les blessures le confinement lors du dernier exercice. Suffisant pour décupler sa motivation à l'heure où les Montpelliéraines s'apprêtent à retrouver leur terrain de Grammont ce vendredi soir pour la réception de Guingamp (18h30, deuxième journée de D1 Arkema). Portrait

Il lui aura suffi de deux interventions pour la remettre dans le bain. Samedi dernier à Fleury lors de la 1ère journée de championnat, Elisa De Almeida a livré un duel sans merci avec l'attaquante essonnienne Julia Spetsmark ; dont elle a fini par sortir vainqueur puisque la n°9 suédoise est restée muette. Dans son style caractéristique, tête levée, silhouette sèche, affûtée comme une lame, l'ancienne joueuse du Paris FC a livré une prestation très solide, même si elle concède pour sa part « pouvoir faire mieux ». Quoi qu'il en soit, elle est bel et bien de retour et c'est déjà ça.

Tête de proue du recrutement défensif de l'été 2019, la native de Châtenay-Malabry (22 ans) avait fait forte impression dès son arrivée à Grammont. Dans la foulée de ses performances remarquées en club, elle avait été appelée pour la 1ère fois de sa carrière en équipe de France A, entrant même en jeu lors de la réception de l'Islande en octobre 2019 à Nîmes. La suite fut plus compliquée. Blessée au pied, elle avait été éloignée des terrains durant près de deux mois et demi et, alors qu'elle s'apprêtait à retrouver le chemin de la compétition, la crise sanitaire et l'arrêt du championnat qui s'en est suivi ont coupé court à ses envies de retour sur le rectangle vert. « Ça a été dur d'être éloignée des terrains tout ce temps, explique-t-elle. Être en salle au lieu d'être sur le terrain, c'est difficile mais ce sont les aléas du foot, et quand je pensais revenir, le confinement est arrivé. » Une péripétie dont elle ne veut retenir que l’aspect positif : « C'était un peu dur d'arrêter comme ça, d'un coup surtout pour moi qui allais reprendre après une blessure, mais dans la vie, il faut essayer de mettre toutes les situations à profit et c'est ce que j'ai essayé de faire en passant du temps avec ma famille. Quand on a repris, on était toutes en forme, on avait toutes faim de ballon et la préparation s'est bien déroulée. Ça m'a permis de revenir à mon niveau d'avant la blessure. Je me sens bien physiquement. » Ça tombe bien car, avec seulement 10 matchs disputés en 2019-2020, c’est donc presque une 7ème recrue qui débarque au MHSC.

la priorité reste le projet sportif et celui du MHSC est très attrayant

Fille d’une mère travaillant dans la chirurgie esthétique et d’un père ingénieur commercial, c’est d’abord en suivant les pas de son frère, Alexandre (qui a 25 ans aujourd’hui), qu’Elisa a découvert le foot « Petite, je voulais tout faire comme lui, je le suivais partout, sourit-elle, alors, comme il jouait au foot, je suis tombée dedans ». D’abord attaquante, cette fan du Real Madrid et d’un certain Cristiano Ronaldo (elle a du goût et ses origines portugaises sont sans doute aussi passées par là), a ensuite été replacée en défense centrale lorsqu’elle a quitté le club masculin d’Épinay-sur-Orge pour rejoindre le Paris FC Féminin, lors de ses 15 ans. Une formation à l’Insep tout en jouant pour l’ex-Juvisy le week-end, 39 matchs de D1 entre 2016 et 2019 et la voilà donc qui débarque au MHSC l’été dernier. « Le projet qui m’a été présenté par le Président Laurent Nicollin et le coach Frédéric Mendy m'a tout de suite séduit, souligne Elisa. En plus, comme il était défenseur central comme moi, le coach m'a tout de suite dit ce qu'il allait m'apprendre et là où je devais progresser. Le feeling est passé immédiatement.Je n’oublie pas non plus que la vie à Montpellier est très agréable, c’est un atout indéniable, mais la priorité reste le projet sportif et celui du MHSC est très attrayant. »

Une chose est sûre, Elisa a immédiatement apporté un plus à son équipe : vitesse, rudesse dans les duels, communication…, cette habituée des équipes de France de jeunes – qui a notamment remporté l’Euro U19 en Slovaquie avec les Bleuettes en 2016 – a rapidement fait sa place dans le collectif montpelliérain : « Le club est très familial. J’ai l’impression d'être-là depuis des années et puis… qui n'aime pas le Sud ? Il n’y a que quand il pleut… ici ça ne rigole pas ! Ce sont souvent des trombes d’eau, le crachin, ça n’existe pas ! » (sourire)

à nous de créer des automatismes

Sous le soleil ou sous la pluie, c’est bien la victoire que les Montpelliéraines viseront ce vendredi soir (18h30) lors de la réception de l’En Avant Guingamp à Grammont (sans public, 2ème journée de D1 Arkema) « L'année dernière, nous avions concédé le nul contre les Bretonnes à la maison et nous n'avions pas joué le retour là-bas puisque c'était le confinement, se souvient Elisa. Guingamp est une équipe solide, hargneuse, qui défend et qui attaque ensemble. C'est un match à ne surtout pas prendre à la légère… D'ailleurs, je pense qu’il faudra prendre chaque match très au sérieux car le niveau en D1 se resserre. » Un succès vendredi permettrait également aux Montpelliéraines d’oublier quelque peu les points lâchés en ouverture sur la pelouse de Fleury samedi dernier « C'est frustrant d’avoir dû partager les points dès notre premier match mais, comme nous a dit le coach, il y a eu des bonnes choses. Il faut les garder et continuer de s'améliorer, assure Elisa. C'est difficile de faire une analyse après un seul match joué. Nous avons perdu quelques joueuses mais le club a aussi engagé de bonnes recrues. Maintenant, à nous de créer des automatismes, d'apprendre à bien se connaître pour que chacun puisse jouer avec les qualités de l'autre. Je suis vraiment confiante sur la qualité de l'effectif cette saison. » Ne voyez pas dans cette analyse, un simple reflet de son naturel souriant et jovial, mais plutôt celui d’une fille mâture qui sait d’où elle vient et où elle veut aller « Collectivement, l’objectif est de finir européenne à la fin de saison, conclut la n°5 montpelliéraine.  Sur le plan personnel, j’espère apporter tout ce que je peux à l'équipe et donner mon maximum à chaque match et sur chaque entraînement. » Sans oublier bien sûr l’équipe de France. Elisa a d’ailleurs été convoquée par Corinne Diacre pour le prochain rassemblement de l’équipe de France. Une preuve supplémentaire de son très grand potentiel…

A lire également

15sep2020

Équipe pro

5 jours après la venue de Lyon, c'est Angers qui débarque à La Mosson ce dimanche (15h)  !Une triple dose de foot en une semaine ? Même pas peur ! On en redemande même. Après Nice et Lyon, c'est donc Angers qui débarque pour le
Lire la suite