MHSC 1-3 PSG : Du rêve au cauchemar en 2 minutes | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

MHSC 1-3 PSG : Du rêve au cauchemar en 2 minutes

Après avoir bousculé les Parisiens et rêvé de victoire en première période, les Montpelliérains ont vu le match basculer sur deux éclairs adverses

AUTOUR DU MATCH : sacrée ambiance !

Pour ce match de gala face au Champion de France en titre, La Mosson affichait complet. Cette belle assistance a donc pu assister aux multiples animations d’avant match parmi lesquelles la bâches au rond central, les drapeaux, les étendards, les gaines gonflables…. A cela s’ajoutaient 15 000 drapeaux du sponsor de la rencontre, Transavia, distribués en tribune et bien évidemment les 2 canapés bord terrain PasinoBet et NG Promotion. Pour faire chauffer encore plus l’ambiance, les deux équipes sont entrées avec, en fond des animations flammes devant la tribune Gevaudan et 8 futs d'étincelles. Enfin, Andy Delort a reçu son trophée de joueur du mois de novembre Groupe Ilios de novembre des mains d’Anaïs, l’une de ses fidèles supportrices, une belle surprise pour tous les deux. Le coup d’envoi fictif de la rencontre a quant à lui été donné par Emmanuel Brehmer (Président du directoire de l'aéroport de Montpellier) , Nathalie Stubler (PDG Transavia) et Nicolas Henin (DG Adjoint de Transavia).

Côté compo, Michel Der Zakarian avait aligné le même onze que samedi dernier contre Amiens avec Chotard et Savanier au milieu, sans oublier les retours de suspensions de Congré et Mendes, absents en milieu de semaine à Dijon. A Paris, Thomas Tuchel était privé de Maquinhos, resté dans la Capitale pour un heureux événement, Di Maria était sur le banc, mais ce PSG avait fière allure, avec notamment un trident offensif Mbappé, Icardi, Neymar

LE MATCH : MHSC 1-3 PSG

Dans une ambiance survoltée, il n’y eut guère que 10 minutes d’observation : le temps pour Andy Delort, sur un coup-franc rapidement joué, de dégainer une frappe qui obligeait Navas à enlever le ballon de sa lucarne du bout des gants (10e). Si Mbappé lui répondait d’une frappe trop enlevée (20e) et que le coup franc de Neymar était détourné par Rulli (29e), les Pailladins montaient en puissance au fil des minutes. Le pressing était plus haut, les impacts plus forts, et voilà les Parisiens sur le reculoir et qui commençaient à déjouer. La Mosson se mettait alors à pousser avec son équipe et elle chavirait de bonheur lorsque, sur un corner de Teji Savanier, la tête de Daniel Congré était détournée dans ses propres filets par Paredes. Déjà impliqué sur le 3e but montpelliérain l’an passé, l’Argentin n’aime décidément pas La Mosson (1-0, 41e)

Au retour des vestiaires, les Parisiens, sans doute vexés, ne tardaient pas à repartir de l’avant mais c’est bien Gaëtan Laborde qui allumait la première mèche d’une frappe au-dessus (47e). Cependant, ce sont bien les visiteurs qui donnaient le tempo et privaient les Héraultais de ballon. Rulli (des poings, 56e et d’une sortie autoritaire dans les pieds d’Icardi, 67e), sauvait les siens à deux reprises et ses équipiers s’arc-boutaient pendant un bon quart d’heure. Au fil des minutes, les hommes de Michel Der Zakarian ressortaient de leur boite à l’instar de ce centre de Delort (encore auteur d’un match énorme) que Chotard ne pouvait conclure (58e), ou bien de cette magnifique transversale de Florent Mollet pour Laborde dont le centre tir fuyait le cadre (71e).

L’expulsion de Pedro Mendes pour un second carton jaune (72e) et le coup-franc lunaire de Neymar qui trouvait la lucarne dans la foulée (1-1, 73e) remettaient les compteurs à zéro en même temps qu’ils assenaient un sacré coup sur la tête des Montpelliérains… mais que dire de la suite : deux minutes plus tard, le Brésilien servait Mbappé qui doublait la mise (1-2, 75e). En deux minutes, le scénario étoilé est devenu cauchemardesque. A onze contre dix, tout est devenu plus simple pour le PSG et Icardi triplait la mise ensuite (1-3, 82e). Un score sévère mais qui ne doit en rien occulter la belle prestation des Montpelliérains, exemplaires d’abnégation et de courage. Désormais, place à Lille dans le Nord, dès vendredi prochain.

La fiche technique

Samedi 7 décembre 2019.
17e journée de Ligue 1 Conforama.

Stade de La Mosson.

Mi-temps :1-0
Score final : 1-3
Arbitre : M. Gautier.

MHSC : Paredes (CSC, 41e) ; PSG : Neymar (73e), Mbappe (75e), Icardi (82e)
MHSC : Mendes (5e, 72e), Oyongo (45e+4), Chotard (80e), Souquet (85e); PSG : Bernat (58e), Thiago Silva (84e).
MHSC : Mendes (72e)

MHSC : Rulli - Mendes, Hilton (cap.), Congré - Chotard -Souquet, Le Tallec, Savanier (Mollet, 66e), Oyongo -  Laborde (Sambia 76e), Delort. Entraîneur : Michel Der Zakarian.

PSG : Navas - Meunier, Thiago Silva, Kimpembe (Diallo 17e), Bernat - Gueye (Kouassi 24e), Paredes, Sarabia - Mbappé (Choupo-Moting, 89e), Icardi, Neymar. Entraîneur : Thomas Tuchel.

 

Le fait du match : Cette équipe a un âme

En regardant la rencontre, les fidèles du domaine de Grammont on sans doute dû entendre résonner les préceptes de base de Michel Der Zakarian lors de ses séances, de formateur comme d’entraîneur : Du duel certes, du combat, oui, mais aussi et surtout de la discipline, des valeurs et son immuable « défendre en avançant ». Après 20 premières minutes plutôt en position d’attente, les Montpelliérains ont mis tout leur cœur pour bousculer ensemble, et de façon régulière, une équipe parisienne pas forcément habituée à ça. Venu en nombre, le public de La Mosson s’est vite identifié à son équipe et a décuplé ses forces en chantant à tue-tête. Il y avait comme un côté fusionnel indicible entre le public héraultais et son équipe ; une sorte d’instant de grâce et d’unité comme seul le football peut en générer. L’idylle s’est prolongée pendant 73 minutes, moment choisi par un Naymar, transparent, agacé et parfois agaçant jusque-là, pour provoquer le deuxième avertissement synonyme d’expulsion pour Pedro Mendes et transformer lui-même la sentence d’un coup franc magistral. Sa seconde accélération du match aboutira au but de Mbappé deux minutes plus tard (75e). Une preuve de plus de son talent. En deux minutes, les Montpelliérains ont donc basculé du rêve au cauchemar mais il ne faut pas s’arrêter à cette péripétie. Avec cette envie, cette discipline, et surtout ce public dont on aimerait qu’il vienne plus nombreux pour chanter dans le sillage de nos fidèles supporters, cette équipe peut aller loin… Parce qu’elle a du talent, des guerriers mais surtout une âme. Vous pouvez être fiers de vous les garçons !    

A lire également

18sep2020

Équipe pro

Achetez vos places dès Lundi pour ne pas rater le rendez-vous phare de la saison Parce qu’un derby n’est jamais un match comme un autre, même avec une jauge à 5000 personnes, parce qu’un derby ça se vit au stade et pas à la
Lire la suite

15sep2020

Équipe pro

5 jours après la venue de Lyon, c'est Angers qui débarque à La Mosson ce dimanche (15h)  !Une triple dose de foot en une semaine ? Même pas peur ! On en redemande même. Après Nice et Lyon, c'est donc Angers qui débarque pour le
Lire la suite

20sep2020

Équipe pro

Il y a 30 ans jour pour jour, le MHSC domptait le PSV Eindhoven et ses stars au stade de la Mosson en 16ème de finale aller de la Coupe des Vainqueurs de Coupe.« Ils nous ont pris pour des jambons ! », lança Louis
Lire la suite