Maëlle Lakrar, la force tranquille

Arrivée cet été au MHSC, la jeune défenseur (18 ans) est un solide espoir du foot féminin français. Rencontre avec une jeune fille pleine d’avenir, à l’heure de recevoir Soyaux ce samedi en championnat (14h30)

Lorsqu’on lui demande d’évoquer ses deux références à son poste de défenseure centrale, Maëlle Lakrar évoque instantanément Raphaël Varane et Sergio Ramos. Deux joueurs au jeu et au tempérament en apparence antagoniques mais qui collent bien à l’état d’esprit de cette joueuse de grand devenir qui n’a pas encore 19 ans. Intraitable dans les un-contre-un - « J’adore les duels » - mais dont la silhouette élégante et élancée transpire le calme et la sérénité.

Montpellier est un club que j'ai toujours apprécié

Ce mélange, Maëlle le tire du plus profond d’elle-même. Née à Orange, elle a grandi sous la protection de sa mère et de son frère, de 5 ans son aîné. « Ils ont tout fait pour que je ne manque de rien », précise-t-elle. Son frangin lui a également transmis le virus du ballon rond. « Tout a commencé à l’âge de 5 ans. On jouait souvent au city et un jour j’ai voulu m’inscrire au foot. Ça m’a plu tout de suite. » Après avoir usé ses crampons avec les garçons dans le club de Salon-de-Provence jusqu’à 15 ans, elle a ensuite rejoint le prestigieux voisin marseillais de l’OM. Là-bas, cette joueuse à l’élégance rare, toujours la tête levée, enchaîne les belles performances et franchit les paliers à pas de géant. Titulaire en D2 à 16 ans, elle a participé à le montée du club phocéen en D1 avant de découvrir l’élite la saison suivante. « Tout est allé très vite pour moi. J’étais la petite jeune (elle a d’ailleurs été une des première joueuses nées en 2000 à évoluer dans l’élite), mais j’ai eu la chance d’être très bien entourée par le club et mes coéquipières ». Si la saison dernière a été beaucoup plus compliquée pour l’OM et s’est conclue par une relégation – « C’est assurément mon pire souvenir, descendre c’est horrible » - Maëlle a continué sa progression… Et a convaincu le MHSC de l’engager. « Montpellier est un club que j’ai toujours apprécié. Je souhaitais rester en D1 et quand les dirigeants m’ont contacté, je n’ai pas hésité. »

Aussi timide et réservée dans la vie qu’accrocheuse sur le terrain, elle a donc rallié les bords du Lez cet été. « J’ai vécu 3 superbes années à l’Insep, il n’y a pas mieux pour allier les études et le foot. Mais 3 ans à Paris ça suffit, je suis très attachée au Sud, sourit-elle. Plus sérieusement, Le MHSC est un très bon club avec de belles infrastructures, un bel effectif… C’était l’endroit idéal pour poursuivre ma progression. »
Pour sa première expérience dans un club du top 4, cette fan de mode qui aime faire du shopping et passer du temps entre amis n’a pas tardé à trouver ses marques. « Le plus dur quand on arrive dans un club d’un tel niveau avec des joueuses internationales, c’est de s’adapter mais j’ai été très bien accueillie, dit-elle d’emblée. Je savais que ça allait être dur de jouer car la concurrence est rude mais le coach m’a fait confiance et m’a fait jouer beaucoup de matchs. » Des matchs où elle a prouvé de grandes qualités même si elle reconnait devoir «  progresser dans mes relances car je perds souvent des ballons facile. »

Je suis persuadée que nous sommes capables de nous relever

Il n’empêche. Sa précocité et son ascension linéaire n’ont pas échappé au giron fédéral puisqu’elle a joué avec toutes les équipes de France de jeunes et a même disputé la Coupe du Monde U20 cet été avec les Bleuettes en étant surclassée. « Une superbe aventure. » dt-elle. Et les A ? « C’est un rêve mais chaque chose en son temps. J’espère avant tout être avec les U19 cet été lors de l’Euro en Écosse. »
En attendant, la n°20 montpelliéraine va revêtir le maillot bleu du MHSC lors de la venue de Soyaux ce samedi (14h30). Un rendez-vous forcément particulier puisqu’il intervient une semaine à peine après l’élimination en Coupe de France face au Paris FC (0-1). « C’est très difficile à expliquer. On avait fait 10 jours de préparation, la veille on se sentait bien et je ne sais pas ce qui s’est passé. On n’a pas réussi à jouer, analyse-t-elle. La déception est énorme mais on ne peut pas rester là-dessus. Il faut se remettre dans le bain et tout donner pour nous relever. Je suis persuadée que nous en sommes capables, conclut-elle. Nous avons la 3e place du championnat à aller chercher. » Derrière sa force tranquille, Maëlle Lakrar sait ce qu’elle veut… Et où elle veut aller.

A lire également

21mar2019

Équipe pro

C'est le gardien de but du Montpellier Hérault Sport Club qui a été désigné par les supporters pailladins comme le meilleur élément du MHSC au cours du mois de mars.Benjamin Lecomte en profite aussi pour monter sur le podium du classement
Lire la suite

20mar2019

Fonds de dotation

Pour ce nouvel épisode de Mercredi c’est Coach MHSC qui t’entraîne ! le MHSC recevait le club de Nézignan. Et ce sont Linda Sembrant, Sofia Jakobsson, Florent Mollet et Jérémie Porsan-Clémenté qui recevaient l’
Lire la suite