« Une question de fierté »

A l’heure de défier le PSG ce samedi à Jean-Bouin (18h30, 16e journée de D1), Sakina Karchaoui appelle à l’union sacrée pour finir la saison du mieux possible  

Samedi dernier, Sakina Karchaoui a fêté son 23ème anniversaire. Chose rare, c’était lors d’un week-end sans match ; la faute à une élimination précoce de la Coupe de France, début janvier contre le Paris FC. « On s’est pris une grosse claque, reconnait d’emblée la défenseur montpelliéraine. Ce n’était pas la première de la saison, mais celle-là, a fait particulièrement mal. » Alors, après avoir passé une semaine avec l’équipe de France A dont elle est désormais une pensionnaire régulière, Sakina a regagné les terrains de Grammont avec pour objectif de préparer le déplacement au PSG ce week-end en championnat. « On a l'habitude de revenir de sélection et de faire directement un match de championnat ou de coupe derrière. Là, malheureusement, ça n’a pas été le cas puisqu’on s’est fait éliminer en coupe. Alors on s’est mis dans la tête que c'était comme une semaine de match, on a mis la même intensité aux entraînements et lors des oppositions pour préparer au mieux cette rencontre face au PSG. » Un match qui s’annonce difficile face à l’actuel 2ème du championnat mais que Sakina n’aborde pas en position de victime expiatoire. « Ce sera difficile car le PSG est une grosse équipe mais si chacune d’entre nous joue avec ses qualités et reprend la confiance, je pense qu'on peut les embêter, détaille-t-elle. Il faut qu'on soit solidaire entre nous et qu'on s'en donne les moyens parce que c'est possible. C'est une question de fierté. »

Chacun a sa façon d'être leader

Les mots sont pesés et lourds de sens. « En première partie de championnat, nous n'avons pas été à notre niveau et nous avons accumulé un retard dans la course à l'Europe qui est rédhibitoire aujourd'hui, explique-t-elle au moment d’analyser la saison de son équipe. C'est d'autant plus surprenant et regrettable que nous avons la même équipe la saison dernière ; chacune a forcément toujours ses qualités, donc je pense que c'est dans la tête. Pour être honnête je vous avoue que je ne comprends pas très bien ce qui s'est passé. » Et lorsqu’on lui demande comment elle a vécu cette situation inédite pour cette enfant du club, Sakina reconnait que ça n’a pas été évident. « Je l’ai très mal vécu. J'ai débuté en D1 à 17 ans, et, depuis, on a toujours lutté jusqu’au bout pour les 2 premières places et pour aller en finale de Coupe, alors, voir qu’on est ‘’out’’ sur les deux tableaux à ce moment de la saison, ça fait forcément un pincement au cœur. » Une situation qui aurait pu pousser cette joueuse de 23 ans, cadre de Jean-Louis Saez depuis 5 saisons maintenant, à sortir de sa réserve. Mais si ses gestes techniques et ses rushes dans le couloir gauche attirent légitimement le regard des observateurs sur le terrain, Sakina n’est pas du genre à chercher la lumière en dehors. « Je suis quelqu'un de très discrète, je garde beaucoup de choses pour moi mais je suis très entière, quand ça part, ça part, explique la n°7 montpelliéraine. Sur le terrain, quand il y a quelque chose à dire je le dis pour le bien de l'équipe, pour progresser et non pas pour crier sur quelqu'un, ça je pense que toutes les filles savent bien. Après, quand il y a des réunions, j’écoute car tout le monde est important dans le vestiaire, je participe aussi, mais je ne suis pas quelqu'un qui parle beaucoup non plus. Chacun a sa façon d'être leader. » 

Il n’empêche, la frustration est bien là et Sakina compte bien s’en servir de moteur pour aider son club à finir la saison du mieux possible. « Je suis arrivée ici à l’âge de 12 ans… La Paillade, l'état d'esprit qu'on doit mettre quand on est ici et quand on met ce maillot sur les épaules, ça veut dire quelque chose pour moi, alors il est hors de question de lâcher. Parfois, ça arrive des saisons comme ça mais, désormais, il faut penser au terrain et se focaliser sur cette 3ème place que nous devons absolument aller chercher. Le club met beaucoup de choses à notre disposition donc donner le maximum sur le terrain c'est le minimum que l’on puisse faire. » 

se focaliser sur cette troisième  place que nous devons absolument aller chercher

Après et seulement après, il sera temps de penser à cette Coupe du Monde en France cet été. « C’est bien d’avoir gagné (3-1 contre les USA il y a 15 jours NDLR) car les États-Unis sont une des meilleures équipes au monde que ce soit sur le papier au niveau du classement FIFA, maintenant il ne faut pas se reposer sur cela non plus, souligne Sakina ; c'est un bon indicateur mais ce n'est que la phase de préparation. On verra la coupe du monde ce que ça donnera. »  

Un Mondial qui pourrait lui permettre de retrouver le Stade de La Mosson. « J’étais déçue d’avoir manqué le match France – Belgique en 2017 (elle était blessée), et j’espère que j’aurais l’occasion de jouer à La Mosson avec le maillot bleu lors de son Mondial, conclut-elle. J’aimerai jouer à Montpellier devant ma famille et les gens du club. Ce sont eux qui partagent notre quotidien. J'ai été formée au MHSC, j'y ai grandi et quand je porte le maillot de l'équipe de France, c’est pour mon pays mais c'est aussi pour mon club et pour représenter tous ces gens qui m'ont permis d'en être là aujourd'hui. » En attendant, Sakina refuse de brûler les étapes. « Cette échéance est forcément dans un coin de ma tête, jouer une Coupe de Monde dans son pays, est une opportunité magnifique, mais j’essaie toujours de prendre les choses l’une après l’autre : Quand on est en sélection on fait tout pour avoir sa place et pour participer à cette superbe aventure mondiale, mais une fois que je suis à Montpellier, la priorité c'est Montpellier. Ce sont deux objectifs bien réels mais bien distincts. » Avec un dénominateur commun : la volonté de donner le maximum pour gagner.  

A lire également

18fév2019

Équipe pro

[[nid:19336]] 
Lire la suite

17fév2019

Équipe pro

Le dimanche 24 Février (15h), le MHSC recevra le stade de reims à La Mosson. Un match important pour prendre des points et continuer notre marche en avant. face à un promu qui réussit bien son retour en l1, les pailladins auront besoin de votre
Lire la suite

Équipe pro

Ce dimanche après-midi le MHSC se déplaçait à Lille pour le compte de la 25ème journée de Ligue 1 Conforama. Les Pailladins ont obtenu un match nul de haute lutte (0-0) !Pour cette rencontre Michel Der Zakarian a dû se passer des services de Andy
Lire la suite