Cozza - Bertaud : une autre coupe pour apprendre

Vainqueurs de la Coupe Gambardella la saison passée, les deux jeunes Montpelliérains ont débuté en pro lors du déplacement à Guingamp en Coupe de la Ligue en octobre. Alors que le 8ème de finale se profile mercredi à La Mosson contre Lyon (21h05), ils évoquent leur parcours respectif.

LEUR PARCOURS

Dimitry Bertaud : Je suis né à Montpellier et j’ai débuté le foot à l’âge de 6 ans à Castries. J’ai rejoint le MHSC à 13 ans avant de gravir tous les échelons jusqu’à signer mon 1er contrat pro en fin de saison passée. Pourquoi gardien de but ? Parce que je détestais la perspective des changements et de pouvoir être sur le banc alors je me suis dit « si je suis gardien je suis sûr de jouer tout le match » (sourire).
Nicolas Cozza : Je suis né à Ganges et j’ai commencé le foot au Vigan à l’âge de 5 ans. Vers 8 ans j’ai rejoint Ganges et l’US Basse Cévennes jusqu’à mes 11 ans, date à laquelle j’ai rejoint le MHSC. J’y ai fait toute ma préformation puis ma formation jusqu’à passer pro cet été. Concernant mon positionnement, au début, dans les petites catégories il n’y a pas vraiment de poste défini mais je me suis rapidement fixé derrière.

LEUR côté ‘‘supporter’’

Nicolas : Je me rappelle de Tino Costa qui tirait très bien les coup-francs. C’est lui qui m’a le plus marqué. En outre, j’ai toujours baigné dans le MHSC puisque mon grand-père, Jean-Louis Besson a été le 1er capitaine de La Paillade en 1974. C’est une fierté pour lui que je défende les couleurs du club. D’ailleurs j’évolue au même poste que lui.    
Dimitry : J’ai toujours bien aimé Souleymane Camara, du coup c’est une grande fierté de le côtoyer aujourd’hui car c’est un grand joueur. En plus on s’entend très bien. Comme supporter, j’ai forcément été marqué par le titre de Champion de France en 2012. C’est l’année où je suis arrivé au club.  

La coupe gambardella

Dimitry : Nous avons fait un très beau parcours dans cette compétition et nous en sommes très fiers d’avoir donné son dernier titre au Président Louis Nicollin. C’est quelque chose de fort. Au-delà de l’aspect sportif, je retiens l’ambiance qui nous a menée jusqu’au sacre. On s’entendait tous très bien et c’est ce qui a fait la différence. Avoir cette victoire au Stade de France, devant nos familles, c’était fabuleux. Quand Amir (Adouyev) inscrit le dernier tir au but et que je vois que nous avons gagné. C’était un moment extraordinaire.
Nicolas : Nous sommes passés de justesse contre Auxerre puis contre Metz et on s’est dit que si nous nous étions qualifiés, c’est que nous avions notre petite étoile. La chance nous a souri un peu en finale aussi puisqu’on l’a emporté aux tirs au but mais c’était sans doute un signe. Si je devais résumer ce parcours je dirais le mot plaisir. La force de cette équipe c’était le collectif. Nous étions une famille. Le jour de la finale, jouer au Stade de France, c’était vraiment quelque chose. Si je devais retenir un seul instant, ce serai évidemment le moment où je soulève la coupe. J’aimerais bien le revivre.

LEUR premier contrat pro

Nicolas : C’est évidemment une très grande joie de signer pro, encore plus dans mon club formateur. J’ai toujours supporté le MHSC alors j’étais le plus heureux du monde tout simplement. Après tant de travail passé en formation est en pré-formation, c’est une grosse fierté d’en arriver là et de porter le maillot de notre club de cœur. Ce n’est que du bonheur. Maintenant il faut continuer à travailler car rien n’est acquis.
Dimitry : J’ai eu ce même sentiment de fierté. Signer ici, dans notre ville, avec toute notre famille qui nous a soutenu depuis la formation jusqu’ici, c’est quelque chose de fort. Quand on en arrive là, on repense à toutes les années au centre, à nos coéquipiers, aux éducateurs aussi. Nous sommes très fiers de porter ce maillot sur nos épaules dans cette ville  où nous avons grandi et où notre famille et nos amis vivent aussi. C’est un rêve de gosse qui se réalise. Maintenant qu’on y est, on en profite et on travaille surtout pour y rester et progresser.

La découverte du monde pro

Nicolas : Ce qui me marque le plus, c’est que les plus anciens du vestiaire, au lieu de rester entre eux, s’ouvrent à nous, les jeunes. Ils viennent nous parler, nous conseiller et nous rassurer. Je discute beaucoup avec Daniel Congré qui évolue au même poste que moi, tandis que Souleymane Camara, que j’ai souvent au marquage lors des entraînements, me conseille également beucoup sur ma façon de jouer. D’autre part, le fait d’arriver une heure avant l’entraînement pour commencer à travailler est assez impressionnant. Ça a été un gros changement. Sur le terrain ça va beaucoup plus vite, il faut être beaucoup plus appliqué techniquement… et physiquement aussi il faut être beaucoup plus costaud.
Dimitry : Nicolas a à peu près tout dit. La préparation avant l’entraînement en salle notamment nous permet de nous mettre bien dans les séances Par rapport à l’ambiance, cela ne me change pas trop du centre car ça rigole beaucoup en dehors des séances. Le climat est très bon. Tout le monde se parle et les anciens nous conseillent beaucoup, ainsi que les gardiens pour ce qui me concerne. Je trouve ça très bien. Sur le terrain, il faut être très concentré du début à la fin de l’entraînement. Au niveau des tirs, ça frappe plus fort, c’est plus malin, ça place mieux aussi. On progresse au quotidien.

leur début pro

Dimitry : J’étais à la fois content et confiant. Le stress est venu petit à petit quand je voyais le match arriver mais c’était vraiment de la bonne pression et ensuite j’ai pris énormément de plaisir. J’ai savouré tous les moments avant la rencontre et bien évidemment le match en lui-même. Le plus surprenant, c’est le public qui est plus nombreux, le bruit des tribunes. Pour communiquer il faut vraiment hausser la voix. Je retiens aussi la vitesse de jeu. Après avoir raté ma première sortie, je me suis dit que sur la suivante, j’allais y aller plus franchement car il ne fallait pas hésiter. Le fait de gagner était aussi très important, en plus sans prendre de but. J’étais très content de cette victoire qui nous a permis de poursuivre notre bonne série.
Nicolas : J’étais très content de rentrer en jeu et de faire ma première apparition avec les pros. Je n’étais pas stressé mais confiant. J’attendais ce moment depuis un petit moment donc c’est avant tout la satisfaction qui prédominait. J’étais très heureux. J’ai également effectué ma première apparition en Ligue 1 contre Lyon il y a quelques jours et voir tout ce public était assez impressionnant. Je suis rentré côté gauche, le côté de Traoré qui était frais, très vif et très rapide. C’était un bon test et je suis content que nous n’ayons pas pris de but. Dans les deux cas je retiens que le jeu va beaucoup plus vite et que techniquement c’est beaucoup plus propre. C’est bien d’avoir débuté, maintenant il ne faut pas s’arrêter là.

L’un vu par l’autre

Dimitry vu par Nicolas : Dimitry est quelqu’un qui donne confiance dans ses buts. Il a une bonne relance, il est imposant, et, par sa  carrure, il fait peur aux attaquants. Pour l’affronter parfois aux entraînements, je vous assure qu’il vaut mieux l’avoir avec que contre soi. Ensuite, au niveau des réflexes, c’est un chat. Il n’est pas très grand mais il a des appuis très dynamiques et va chercher les ballons très loin. C’est un très bon gardien. En tant que personne, c’est quelqu’un que je côtoie tous les jours, on rigole beaucoup. C’est quelqu’un de confiance. Côté chambrage, il ne lâche jamais son téléphone. Dès qu’il sort de l’entraînement il envoie un message à sa copine (rires).
Nicolas vu par Dimitry :Ah il chambre… (sourire) À chaque fois qu’il va à la salle de muscu, il croit que c’est Hulk, il me chambre mais il sait très bien qu’au final il va partir en courant ! (sourire) Plus sérieusement, Nicolas est un très bon défenseur, à la fois dur sur l’homme et propre dans ses relances. Ensuite c’est un super coéquipier. on peut parler, on peut rigoler et sur le terrain c’est quelqu’un qui a beaucoup d’avenir. Il a souvent été capitaine aussi, c’est un leader, un vrai. Il sait s’adresser au groupe quand il le faut et ça c’est très important.

Le match de Coupe de la Ligue contre Lyon

Dimitry : Le fait de recevoir à la Mosson est vraiment quelque chose de positif. La Coupe de la Ligue est aussi un objectif important pour le club. On va tout donner pour se qualifier
Nicolas : Ce n’est pas un tirage facile car c’est une équipe qui a de grosses individualités capables de faire des différences à tout moment mais contre les grosses équipes, nous arrivons souvent à faire des résultats positifs cette saison alors pourquoi pas gagner ?

A lire également

17juin2019

Féminines

La joueuse allemande (27 ans) rejoint la section féminine du club montpelliérainIl était écrit que le MHSC, club historique du foot féminin français, et l’Allemagne qui reste l’une des formations les plus titrées de la discipline,
Lire la suite

Info Club

En partenariat avec Mondial Peinture et Colombus VOYAGE, le MHSC organise un jeu concours pour gagner un voyage pour 2 personnes afin de suivre les matchs de préparation du club montpelliérain aux Etats-UnisUne chance unique de vivre un été
Lire la suite

16juin2019

Info Club

Zoom sur les informations relatives à la campagne d’abonnement pour la saison 2019-2020.Une fois de plus, les Pailladins comptent sur votre soutien dans ces nouvelles aventures.LOCALISATIONLa campagne d’abonnement 2019/2020 se
Lire la suite