Pascal Baills : « Un super état d’esprit » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Pascal Baills : « Un super état d’esprit »

Joueur le plus capé de l'histoire du MHSC, Pascal Baills a bien entendu savouré plus particulièrement la place de leader qu'occupait le club pailladin à l’issue du succès à Nice la semaine passée. L'actuel adjoint de René Girard à la tête de l'équipe première nous livre son sentiment sur cette performance, et nous parle du déplacement au Vélodrome samedi soir.

Pascal. Quel regard portes-tu sur ce succès à Nice et la place de leader qui s’en est suivie ?
Cela prouve une certaine régularité depuis le début de la saison. On travaille pour être le mieux classé possible. On savait avant le match qu'en cas de succès nous aurions peut-être la possibilité d'être leader et les joueurs sont allés chercher cette victoire. C'est très bien. On réalise de très belles choses depuis maintenant un an et demi. Nous avons des valeurs qui correspondent à celles du club

Baills hauteur rouge.jpgDe la « Grinta » notamment ?
Oui, mais pas seulement. Nous avons aussi des joueurs techniques, et ça, pas mal de monde a tendance à l'oublier. J'entends souvent parler de notre « agressivité » et des cartons que l'on prend. On a en prend quelques-uns dans le jeu, c'est vrai, mais à Rennes, par exemple, « Souley » Camara prend un carton jaune parce qu'il touche le ballon de la main, Emir Spahic parce qu'il y a une incompréhension avec Geoffrey Jourdren… Il faut aussi penser à ça. On ne prend pas des cartons sur des « attentats »

Gagner dans les dernières minutes, c’est aussi un signe fort non ?
Cela prouve que les garçons ne lâchent rien. À Rennes nous avons marqué en fin de première mi-temps avant de préserver le score en seconde. A Nice on fait beaucoup d’efforts et on marque à la 83e minute. Gagner les matchs 1-0 prouve certaines valeurs mentales.

En tant que joueur, tu ne lâchais jamais rien sur un terrain. Cette mentalité du MHSC 2010-2011 est elle aussi ta marque de fabrique ?
On ne peut pas dire ça car René (Girard) a le même caractère. Sur le terrain, un joueur comme Emir Spahic a un caractère bien trempé. Sur le plan mental nous avons un groupe costaud. C'est vrai que ce côté volontaire fait partie de nos axes de travail mais nous avons les garçons avec le caractère pour…

Vignette Baills Girard.jpgComment vois-tu la suite de la saison ?
Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c'est que l'on va continuer à travailler comme on le fait en étant sérieux. Nous allons aborder les matchs dans le même état d'esprit et on verra bien où cela nous mènera. Il y a dans ce groupe un état d'esprit vraiment génial. On va essayer de tout faire pour qu'il reste.

Quel chemin parcouru depuis quatre ans…
Ça a été très difficile au départ puisque lors de la première année, à quatre matchs de la fin, on ne savait pas si l'on serait en National ou en Ligue 2… Finalement, nous sommes maintenus en L2. La saison suivante, la première avec Rolland Courbis, nous avions fini à une 8e place qui résumait un peu la valeur du groupe, puis, il y a deux ans, nous sommes montés lors du dernier match face à Strasbourg en ayant fait une saison en dents de scies avec de très bonnes périodes et d'autres plus compliquées… Actuellement, tout se passe très bien. On est surtout content de voir les gens heureux, que ce soit les dirigeants, les supporters ou les membres du club. C’est une satisfaction car il ne faut pas oublier que l'équipe première c'est la vitrine et qu'il y a des gens derrière qui sont tributaires de cette équipe première. On est lucide à ce niveau là aussi.

Comment définis-tu ton rôle d’entraîneur adjoint ?
Notre objectif, avec le staff, c'est de tout faire pour lui faciliter les choses, que ce soit aux entraînements au niveau du relationnel… On essaie de faire pour le mieux en donnant le maximum. Pour l'instant je pense que ça ne se passe pas trop mal

Qu'as-tu ressenti au coup de sifflet final contre Nice ?
Sur le coup, tout est allé très vite. C'est plutôt le lendemain que l'on réalise un petit peu mieux. Mais au-delà de cette place de leader, il est certain qu'étant donné que nous nous déplacions deux fois à Nice à Marseille, il est très positif d'avoir pris trois points au moins sur les deux déplacements. C'est déjà une bonne performance.

Le MHSC se déplace à Marseille samedi soir. Tu as porté les couleurs de l’OM lors de la saison 1991-92. Quel souvenir gardes-tu de cette aventure ?
Que ce soit à Marseille, à Paris, à Lyon, à Monaco ou à Montpellier, on te demande de gagner. Ce qui est particulier à Marseille, c’est qu’il y a beaucoup de monde qui aime l’OM, et quand ça ne marche pas ça peut être plus compliqué, plus virulent. Maintenant il est certain que c'est un grand club européen. Quand on arrive de Montpellier, tout est multiplié amplifié..
De mon côté, j'ai joué 17 matchs dans un effectif au il y avait quand même de sacrés joueurs : Waddle, Mozer, Boli, Papin, Sauzée, Di Meco, DeschBaills hauteur noir.jpgamps et j’en oublie. Je sortais de Montpellier où je faisais entre 30 et 36 matchs par saison, et je n'ai pas voulu rester parce que je trouvais que je ne jouais pas assez. J'ai passé une très belle année où nous avons été champions avec malheureusement ce moment très difficile en demi-finale de coupe de France à Furiani. Je garde cependant de très bons souvenirs de mon passage à l’OM.

Un mot sur le 5-4 de 1998 face à l'OM disputé avec le MHSC…
Je pourrais dire que j'ai gagné 4-0 à Marseille à la mi-temps et que j'en ai pris cinq en une demi-heure en seconde ! À la limite, c'est un match où il n'y a rien de réel. Que l'on mène 4-0 à la pause, ça paraissait incroyable… et que l'on en prenne cinq en seconde mi-temps l’est tout autant. À la mi-temps, on ne réalisait pas trop ce qui arrivait et à la fin c'était un peu la désolation… On est passé par toutes les émotions sur ce match

Que faudra-t-il à Montpellier pour espérer faire résultat à Marseille ?
Il faudra du courage mais surtout de la qualité technique parce que si nous n'avons pas le ballon, nous allons souffrir. Marseille est une équipe physique, athlétique, avec de la puissance et de la vitesse. Maintenant, si l’on arrive à tenir le ballon, ça peut être intéressant pour nous. La fatigue de la Coupe d’Europe ? En ayant gagné 3-0 la fatigue on l'oublie. Didier Deschamps récupère des joueurs, il a la possibilité de faire tourner… Ce dont je suis sûr c’est qu’il faudra faire un grand match si l’on veut réussir quelque chose là-bas.
 

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

28juin2022

Féminines

Le club montpelliérain annonce ce jour la signature de la joueuse de 24 ansFormée à l’OL où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, cette gardienne moderne dotée d’une bonne technique et habile sur les sorties aériennes a choisi le
Lire la suite

Supporters

La campagne d'abonnement pour la saison 2022/23 a débuté ce mardi après-midi à Grammont.Retrouvez les premiers abonnés du MHSC en vidéo sur MHSCTV ci-dessous !
Lire la suite