Laura Agard, quand expérience rime avec jeunesse et élégance

A 28 ans, la défenseur montpelliéraine possède déjà une solide carrière au haut niveau. Un parcours attrayant dont la discrétion a souvent été le fil rouge. A l’aube de la réception de Lille ce samedi (14h à Grammont), elle a accepté de lever un peu le voile sur une personnalité aussi mystérieuse qu’attachante.

Dans le portrait-robot du parfait défenseur central, le calme figure souvent parmi les caractéristiques principales ; parce qu’un ‘’stoppeur’’ comme disent les anciens doit calmer, rassurer, voir le jeu. Ça tombe bien, c’est sans doute le trait de caractère principal de Laura Agard. Sur le terrain comme en dehors, son discours et ses attitudes transpirent calme, classe et sérénité. « Je suis calme mais quelque part je suis un volcan, je peux très vite exploser quand quelque chose ne va pas, répond la défenseur montpelliéraine. Sur le terrain, je pars du principe que l’énervement, il faut le montrer dans l’envie, dans la passion, mais plus globalement je ne sais pas d’où ce calme vient. De famille peut-être. On est assez pudique, pas très démonstratif. » C’est sans doute ce calme associé à des qualités techniques indéniables d’anticipation et de relance qui en font aujourd’hui une des cadres du MHSC qui reçoit Lille ce samedi à Grammont (14h).

je suis contente d’être toujours à ce niveau

Des qualités associées à une maturité précoce qui ont rapidement poussé ses entraîneurs à la lancer dans le grand bain. C’était en 2004 avec Toulouse contre Juvisy sur le terrain annexe du Stadium. Elle avait alors à peine 15 ans. Avoir 13 ans de carrière en D1 quand on a seulement 28 ans, ce n’est pas commun. Alors, forcément, quand vient l’heure de se retourner, l’émotion est palpable. « Ça fait forcément quelque chose. Je vois que le foot féminin a beaucoup évolué. Quand je regarde certaines photos, je me dis qu’il y a beaucoup de temps, de choses qui se sont passées et que je suis contente d’être toujours à ce niveau. » Mais au fait Laura, en quoi as-tu changé ? « Comme toute personne, avec le temps on passe par des joies des déceptions et ça construit que ce soit dans le foot ou dans la vie de tous les jours. Je suis content d’avoir vécu certains revers car aujourd‘hui, si ça devait arriver, je saurais mieux comment réagir. Quand arrive quelque chose, il faut toujours en tirer le positif car c’est ce qui forge et ce qui permet d’avancer… Mais les bonheurs c’est très bien aussi. » Au rayon des périodes compliquées, Laura retient ses 3 opérations au genou qui l’ont tenues éloignées des terrains pendant 2 ans (2009-2011) – « C’est forcément un mauvais souvenir mais ça m’a fait prendre du recul et conscience de pas mal de choses. » – mais aussi plein de bons souvenirs comme les deux Coupes de France remportées avec le MHSC (2007-2009) et le titre national glané avec Lyon en 2013. « Dans les meilleurs souvenirs, il y a forcément les titres, reconnait-elle mais je retiens aussi toutes les personnes que j’ai rencontrées et l’enrichissement que ça apporte sur le plan humain. Je ne pourrai pas en citer qu’une mais beaucoup de personnes m’ont marqué et apporté dans les clubs. »

Retrouver la Coupe d’Europe fait vraiment plaisir

Qui dit calme dit souvent mystérieux. Un adjectif qui colle aussi bien à la défenseur montpelliéraine. Alors, qui se cache derrière Laura la footballeuse ? « Si c’est un mystère, il ne faut pas le dévoiler, répond l’intéressée dans un large sourire. Je suis assez réservée, j’ai une petite carapace mais c’est juste une certaine pudeur. Quand on me connait, je le suis moins. J’aime simplement passer du temps avec mes proches et partager des moments avec eux, me balader dans l’arrière-pays ou sur le littoral. A Montpellier et dans sa région, il y a pas mal d’endroits assez calmes et agréables. » Une vision paisible de la vie qui tranche avec le foot et son tumulte sur le terrain. « Le foot m’apporte un certain équilibre, reprend la n°5 montpelliéraine. Ça me permet de me défouler. On fait un métier fabuleux et l’aspect de groupe y est très important. Les joies footballistiques sont d’autant plus belles quand elles sont partagées avec un groupe. C’est aussi pour ça que j’aime profondément le foot. »

L’avantage quand on n’a que 28 ans, c’est que l’on peut avoir suffisamment de recul pour parler du passé et l’avenir devant soi pour écrire encore plein de belles choses. C’est le cas pour Laura avec le MHSC cette saison. Une première moitié de championnat qui s’achève avec la fin de la phase aller ce samedi contre Lille et sur laquelle Laura porte un regard à la fois positif et lucide. « Notre début de saison est positif même si nous avons perdu contre le PSG et Lyon. Mais au-delà de ces 2 défaites en elles-mêmes, ce sont plus les scores qui me chagrinent. On prend tout de même 8 buts sur ces 2 matchs, analyse-t-elle. Maintenant, on a vu l’année dernière que malgré le fait d’avoir perdu ces 2 matchs lors de la phase aller nous avions tout de même terminé 2e. L’autre point positif, c’est que nous sommes qualifiées pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe. Donc, au final, si on m’avait dit ça au mois de juillet, j’aurais signé de suite. » Un retour dans cette compétition qui fait forcément plaisir à Laura Agard qui a atteint la finale de cette compétition en 2013 avec Lyon contre Wolsfbourg « Retrouver la Coupe d’Europe fait vraiment plaisir. C’est une compétition toujours particulière. Nous avons rencontré de belles équipes et maintenant le plus dur reste à venir mais une belle affiche nous attend contre Chelsea. J’espère que cela amènera du monde. Maintenant, on va d’abord se concentrer sur le championnat et ne pas se focaliser trop longtemps, conclut-elle. Il nous reste 2 matchs avant la trêve pour partir à peu près tranquilles en vacances mais maintenant il n’y a plus de petites équipes donc il faudra faire attention tout en restant sûres de nos qualités. » Calme, posée et déterminée, voilà qui colle bien au personnage…

A lire également

15oct2018

Info Club

Le Président Laurent Nicollin et les joueurs Dimitry Bertaud et Daniel Congré se sont tous les 3 rendus dans des établissements scolaires de Montpellier et ses alentours pour lire la Dictée ELA « Leucodystrophie » par Alice Zeniter
Lire la suite

Fonds de dotation

Le Président Laurent Nicollin et les joueurs Dimitry Bertaud et Daniel Congré se sont tous les 3 rendus dans des établissements scolaires de Montpellier et ses alentours (Ecole Sainte Marie à Castries, collège Georges Brassens, collège de la Croix d
Lire la suite

Équipe pro

Le dimanche 21 octobre à 15h, le MHSC reçoit les girondins de bordeaux à la mosson, avec un objectif. Un match qui sera placé, comme le veut désormais la tradition au mois d'octobre sous le signe du soutien au collectif octobre roseLe match :
Lire la suite