MHSC – OL féminin, histoire d’un ‘’Classico’’ à la française | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

MHSC – OL féminin, histoire d’un ‘’Classico’’ à la française

Alors que les Montpelliéraines se déplacent à Lyon ce samedi à 21h (13ème journée de D1 Arkema), zoom sur l’historique très important entre deux des plus beaux palmarès du football féminin français.

Si le Paris-Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais font aujourd’hui la course en tête pour l’obtention du titre de championnes de France, une confrontation entre l’OL et le MHSC a toujours une saveur particulière. Pourquoi ? Parce que ces deux clubs sont des pionniers du football féminin français, aux histoires riches et d’ailleurs souvent liées.
Tout commence durant l’été 2006. Bien que Juvisy (aujourd’hui Paris FC) ait remporté le titre cette année-là, la section féminine du MHSC termine la saison à la seconde place et reste sur deux titres de championnes de France sur les trois saisons précédentes, acquis en 2004 et 2005 sous la direction du regretté Regis Durand.

Si elles avaient alors échoué dans leur quête de décrocher un troisième titre de championnes de France consécutif, les Montpelliéraines le doivent sans doute à leur fabuleux parcours en Ligue des championnes cette année-là. Après avoir éliminé les Danoises de Brøndby en quart de finale (photo ci-dessus avec Sonia Bompastor sous le maillot montpelliérain), les filles de Patrice Lair étaient alors devenues cette même saison le premier club féminin français à atteindre les demi-finales de la Ligue des Championnes. Les équipières d’Élodie Ramos et Hoda Lattaf n’avaient dû leur défaite à ce stade de la compétition qu’au nombre de buts marqués à l’extérieur qui n’est plus en vigueur aujourd’hui (victoire 1-0 des Héraultaises à Francfort, défaite 3-2 à Montpellier / photo ci-dessous). Cette victoire face à Francfort au match aller, grâce à un but de Ludivine Diguelman, a d’ailleurs marqué le premier succès d’un club féminin français sur les terres d’un club allemand.

Durant ce même été 2006, l’Olympique Lyonnais féminin n’a que deux ans d’existence après avoir ‘’absorbé’’ le club féminin du FC Lyon deux ans plus tôt… Mais le Président Jean -Michel Aulas affiche déjà son ambition. La finale de la Coupe de France 2006 (sur le terrain d’Aulnat) fut d’ailleurs le premier affrontement historique entre les deux clubs. Ce jour-là, les Montpelliéraines s’étaient imposées (1-1 à la fin du temps réglementaire, succès 4-3 aux tirs au but) à l’issue d’un match épique où les Héraultaises avaient terminé à 10 après l’expulsion de la gardienne Céline Deville et deux arrêts durant la séance de tirs au but de Virginie Faisandier, habituelle meneuse de jeu, mais contrainte de chausser les gants puisque plus aucun remplacement n’était possible.

Une première folle confrontation qui connaîtra son prolongement quelques jours à peine après cet épilogue savoureux : en effet, 4 cadres de l’effectif pailladin de l’époque (Laure Lepailleur, Camille Abily, Hoda Lattaf et la capitaine Sonia Bompastor) annoncent qu’elles quittent l’Hérault pour rejoindre l’OL. Un coup de tonnerre qui marque une première bascule. L’OL est championne de France pour la première fois de son histoire au printemps 2007, mais les Montpelliéraines résistent jusqu’au bout, ramènent le nul 1-1 de Lyon et ne perdent définitivement pied qu’à 3 journées de la fin, lorsque les Lyonnaises viennent de s’imposer 3-0 à Montpellier le 28 avril 2007.

Cependant, avec une équipe largement rajeunie, la résistance héraultaise fait plaisir à voir… et elle connaîtra son apogée 2 semaines après ce revers en championnat. Opposées en finale de la coupe de France sur la pelouse annexe du stade de France, le 12 mai, l’OL et le MHSC se retrouvent dans un contexte où les Lyonnaises partent légitimement favorites. Cependant, les deux formations se livrent un match fou qui se termine sur le score de 3-3, avant que les Montpelliéraines ne l’emportent aux tirs au but, à la surprise générale. Auteures d’une finale exceptionnelle sous le maillot orange et bleu, les deux internationales tricolores Élodie Thomis et Louisa Necib rejoignent l’OL dans la foulée.

Dès lors, la voie était ouverte et de nombreuses joueuses ont fait des aller-retours entre Grammont et Tola-Vologe (alors centre d’entraînement de l’OL). La défenseur Delphine Blanc quitte Lyon pour rejoindre Montpellier durant l’été 2009, tandis que la défenseuse centrale pailladine, Sabrina Viguier, fait le chemin inverse un an plus tard. Sur les 4 années suivantes, Céline Deville et Mélissa Plaza feront directement la route entre Montpellier et Lyon, tandis que Laura Agard (photo ci-dessus) et Elise Bussaglia (passées par Montpellier mais qui ont entre-temps joué respectivement à Rodez et au PSG) rejoindront également l’Olympique Lyonnais.

Devenu le premier club féminin français champion d’Europe en 2011 à Fulham contre Potsdam (2-0) et en 2012 sur le même score contre Francfort au Stade Olympique de Munich, le club lyonnais pouvait alors compter sur pas moins de 5 anciennes Montpelliéraines, dont toutes étaient titulaires lors du premier sacre (photo ci-dessus) et 4 lors du second. Comme un clin d’œil du destin, c’est avec l’ancien entraîneur du MHSC, Patrice Lair, qui avait remporté 2 coupes de France avec le club montpelliérain lors des finales épiques de 2006 et 2007 évoquées plus haut) que les Rhodanienne ont gagné leurs deux premiers titres en Ligue des champions, sans compter les sacres nationaux acquis lors de ces mêmes saisons.

Par la suite, les mouvements entre les deux clubs furent moins fréquents. L’expérimentée attaquante lyonnaise, Laetitia Tonazzi (ci-dessus à droite) a quitté Lyon pour finir sa carrière à Montpellier durant l’été 2014, tandis que la Montpelliéraine Claire Lavogez (ci-dessus à gauche) a quitté les bords de la Mosson pour poursuivre la sienne sur les bords du Rhône l’été suivant.

Ce mouvement précis a marqué d’ailleurs une nouvelle tendance : si, jusque-là, l’OL venait chercher de l’expérience à Montpellier, elle est ensuite allée y trouver de la jeunesse, à l’image des signatures d’Emelyne Laurent en 2017 ou de Sakina Karchaoui (ci-dessus à gauche) en 2020. De son côté, le MHSC a recruté quelques Lyonnaises en manque de temps de jeu dans leur club. Ce fut le cas pour la gardienne Méline Gerard, (alors doublure de Sarah Bouhaddi / ci-dessus à gauche)) durant l’été 2017, ou bien encore de la jeune latérale gauche Daïna Bourma la même saison. La gardienne Cindy Perrault (formée à Lyon et actuellement titulaire à Guingamp) a également porté le maillot montpelliérain durant deux saisons entre 2019 et 2021, après des passages à Albi et Grenoble.

Aujourd’hui, une seule ancienne Pailladine figure dans l’effectif lyonnais, en la personne de Janice Cayman (ci-dessus à droite) qui a rejoint les bords du Rhône en 2019, après deux saisons et demie sous les couleurs héraultaises. En face, aucune ancienne Lyonnaise dans l’effectif du MHSC, à une exception prêt, celle de la deuxième gardienne languedocienne Romy Salvador (ci-dessus à droite), qui a effectué une partie de sa formation à l’OL sans jamais y porter le maillot de l’équipe première.

Du côté des entraineurs enfin, outre Patrice Lair, évoqué précédemment, l’actuelle coach lyonnaise, Sonia Bompastor, a également porté le maillot montpelliérain, tout comme son adjointe Camille Abily. Entraîneur de l’OL entre 2017 et 2019, Raynald Pédros a également été un éphémère joueur du MHSC lors de la saison 1999-2000 de triste mémoire.

Vous l’aurez compris, une opposition entre Montpellier et Lyon, même plus déséquilibrée que par le passé puisque les Lyonnaises partent sans aucun doute favorites, c’est toujours un match à part entre deux clubs qui se respectent et qui ont tous les deux marqué l’histoire du football féminin français. Les deux clubs se sont même affrontés 5 fois en finale de la Coupe de France, les deux dernières en 2015 (photo ci-dessous) et 2016. Hasard du calendrier, les deux équipes se retrouveront d’ailleurs dès le week-end prochain, toujours à Lyon, en 8ème de finale de cette même Coupe de France.

Mais ce soir, c’est bien de championnat dont il sera question avec deux objectifs similaires et différents à la fois : les Lyonnaises doivent s’imposer pour recoller à la tête du championnat et notamment au Paris-Saint-Germain qui est allé s’imposer au Groupama Stadium le 11 décembre dernier. De leur côté, les Montpelliéraines tenteront de résister, voire de grappiller un bon résultat, dans leur course à la troisième place qualificative pour la prochaine Ligue des Championnes. Les époques changent, les joueuses et les entraineurs aussi mais les enjeux restent et cette opposition entre le MHSC et l’OL, comme les précédentes, va vraiment valoir le détour.

Crédit photos : Panoramic et archives MHSC

A lire également

03fév2023

Féminines

le samedi 25 février à 13h45, les féminines du MHSC reçoivent l'en avant guingamp dans le cadre de la 15ème journée de D1 Arkema. Les joueuses de yannick chandioux vous attendent nombreuses et nombreux pour les soutenir lors de cette rencontre.
Lire la suite

Équipe pro

Samedi 25 février à 21h, le MHSC reçoit Lens à La Mosson et à l'occasion des vacances scolaires, la place est à 2€ pour les -16 ans là en Tribune Famille !La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !
Lire la suite

17Jan2023

Équipe pro

Dimanche 12 février, opération spéciale lors de la venue du Stade Brestois à La Mosson, avec la majorité des tribunes à 10 €.Soyez-là, Les Pailladins ont besoin de votre soutien !La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les
Lire la suite