Dominika Škorvánková, couteau suisse façon slovaque | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Dominika Škorvánková, couteau suisse façon slovaque

Alignée à plusieurs postes depuis le début de saison, la joueuse de 31 ans fait de cette polyvalence un atout précieux. Décryptage avant le déplacement au Paris FC ce vendredi soir (18h30) en ouverture de la 16ème journée de D1 Arkema.

En l’absence de Nérilia Mondésir (suspendue), Esther Mbakem Niaro (victime d’une rupture du ligament croisé du genou) et Lena Petermann (malade), Yannick Chandioux a dû se creuser la tête et innover en plaçant Cyrielle Blanc au poste d’avant-centre contre Guingamp il y a 15 jours à Grammont. Un choix qui aurait sans doute pu aussi se porter sur Dominika Škorvánková, tant l’internationale slovaque (31 ans) fait preuve d’une sacrée polyvalence depuis le début de la saison… Mais elle aussi était malade « Je ne sais pas si le coach aurait fait ce choix-là, car nous n’en avons pas discuté, raconte la capitaine de l’équipe nationale slovaque, avec un petit sourire en coin. Ce qui est sûr, c’est que, malgré la défaite (0-1), Cyrielle a fait du bon boulot. Ce n’était pas facile pour elle car ce n’est pas son poste de prédilection, mais le coach a bien fait de l’y essayer car c’est quelqu’un qui a beaucoup de qualités, qui ne lâche rien et qui donne tout pour l’équipe. Elle a aussi une bonne protection de balle, ce qui est très positif au poste de numéro 9. C’est aussi une preuve de courage de la part de Cyrielle d’avoir tenté l’expérience ».

Quel que soit le poste dans lequel on a besoin de moi, j'essaie de donner mon maximum

L’analyse est assez poussée. Il faut dire que, question polyvalence, Dominika Škorvánková en connait un rayon. Milieu de terrain axiale de formation, capable de jouer n°6 en double pivot, n°8 (son poste de prédilection) ou même n°10, ‘’Sko’’ a la plupart du temps évolué dans une position excentrée cette saison, d’abord en position de piston (à gauche puis à droite), quand le coach montpelliérain Yannick Chandioux privilégiait une défense à 3 axiales, puis en position d’ailière depuis le retour au 4-3-3 il y a quelques semaines : « Il est vrai que j’ai beaucoup changé de position cette année mais il fait voir les choses positivement et  c’est ce que je fais. Je suis une milieue axiale de formation mais si le coach me demande de jouer à l’aile ou en position de piston, je le fais sans souci si ça peut aider le coach et l’équipe. En plus, c’est toujours un plus pour une joueuse de pouvoir évoluer à plusieurs postes. Quel que soit celui dans lequel on a besoin de moi, j’essaie toujours de donner mon maximum ».

c'était encore plus dur de voir l'équipe en difficulté sans pouvoir l'aider

Pour le poste de n°9, ce ne sera donc pas pour tout de suite. Affaiblie par un virus, Dominika a dû renoncer à la confrontation face aux Bretonnes il y a 15 jours. « J’étais vraiment au fond du trou physiquement. J’ai perdu 4kg, c’est beaucoup trop, et maintenant je vais devoir travailler pour les récupérer car c’est très important pour mes muscles, mes jambes et l’explosivité, encore plus quand on évolue sur un côté. Je voulais jouer mais, vu mon état, ce n’était bon ni pour moi ni pour l’équipe de forcer les choses… et j’ai compris qu’il valait mieux que je reste chez moi... même si j’espère que ça ne m’arrivera plus ». Contrainte de regarder le match « dans mon lit sur ma tablette », Dominika a donc assisté, impuissante, à la défaite surprise de son équipe face à un candidat déclaré au maintien (0-1). « Nous avions beaucoup d’absences dans le secteur offensif et, en prenant un but dès la 2ème minute de jeu, c’est rapidement devenu compliqué et nous n’avons pas réussi à inverser le cours du match, explique Dominika. De mon côté, c’était encore plus dur de voir l’équipe en difficulté sans pouvoir l’aider. Quand je suis revenue le lundi après le match, il y a 10 jours, j’ai vu mes coéquipières, le coach et le staff très tristes, ce que je comprends car j’étais très déçue aussi…  mais ça ne sert à rien de ressasser le passé. On doit se bouger et se concentrer sur le prochain match. On a tout fait pour analyser cette défaite et comprendre ce qu’il s’est passé. On a vu ce qu’on devait améliorer et ce qu’on ne devait plus reproduire. On peut juste apprendre de ce genre de rencontre et ensuite repartir de l’avant ».

on n'a rien à perdre donc on doit juste garder en tête notre objectif qui est de ramener les 3 points de la victoire

Après deux semaines sans match (puisque le week-end passé était réservé à la Coupe de France), c’est donc par un choc que les Féminines du MHSC reprennent le chemin de la compétition ce vendredi soir avec un déplacement sur la pelouse du Paris FC, rival direct des Héraultaises dans la course au podium (18h30). « On sait que le Paris FC joue bien au ballon et que ça va être un match difficile pour nous mais on n’a rien à perdre donc on doit juste garder en tête notre objectif qui est de ramener les 3 points de la victoire ». Rien à perdre vraiment ? N’est-ce pas au contraire le match de la dernière chance dans la course à l’Europe pour les équipières de Dominika Škorvánková ? « Il n’y a que 5 points d’écart entre les 2 équipes au coup d’envoi, c’est beaucoup et peu à la fois », répond-t-elle. « Quand tu perds, tu te dis toujours que c’était notre dernière chance mais il reste toujours un match après. Si on gagne, on revient à 2 points et si on perd, il nous restera encore des matchs, dont des confrontations directes contre Fleury et le PSG. C’est une rencontre importante, c’est vrai, avec une certaine pression, mais il ne faut pas qu’elle nous inhibe non plus. Cette pression n’est pas et ne doit pas être excessive ». 

nous sommes toujours en course pour la 3ème place qualificative pour la prochaine ligue des championnes

La transition est toute trouvée pour évoquer la saison des Montpelliéraines dans son ensemble : « Jusqu’à présent, je pense qu’elle n’est pas mauvaise. J’ai ce ressenti parce que nous sommes toujours en course pour la 3ème place qualificative pour la prochaine Ligue des Championnes, ce qui nous permet de garder une grande motivation car tout le monde rêve d’y participer. On livre un duel à distance entre Fleury, le Paris FC et nous, ce qui nous oblige à être performantes tous les week-ends et ça rend cette saison passionnante ». 
Pour atteindre ce fameux objectif, le MHSC aura besoin de son internationale slovaque au top de sa forme, dont la motivation est très importante à l’aube de ce rendez-vous. A fortiori quand on lui demande si la qualification pour la prochaine Ligue des Championnes est toujours possible : « J’y crois toujours ! » conclut-t-elle avec beaucoup de détermination, « Tant que mathématiquement c’est possible, il faut s’accrocher et ça l’est encore donc ce n’est pas l’heure de se poser des questions ». Le résultat de vendredi, lui, sera une première réponse. 

A lire également

12mai2024

Info Club

QUAND ET Où ?La campagne d’abonnement 2024/2025 se déroulera à partir du mardi 18 juinAu Club House du Centre d’entraînement Bernard-Gasset Diadora Utility  (Grammont).Sur la billetterie en ligne du club iciINFOS PRATIQUESLes
Lire la suite

19mai2024

Équipe pro

Ce dimanche soir, le MHSC se déplaçait à lens pour la dernière journée de la saisonDès le debut de la rencontre c'est l'ancien Montpelliérain Elye Wahi qui a ouvert le score dès la 6ème minute, Machado a doublé la mise
Lire la suite

16mai2024

Féminines

déjà Sacrée en novembre, Sonia Ouchene décroche son second trophée de joueuse du mois en remportant le titre de joueuse des mois d'avril-mai.Qui succèdera à Maelle Lakrar, sacrée joueuse de la saison 2022/2023 ? C'est ce que sont
Lire la suite