Charlotte Bilbault, le bonheur d’un retour | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Charlotte Bilbault, le bonheur d’un retour

Montpelliéraine entre 2010 et 2014, la milieu de terrain internationale tricolore a renoué le fil de son histoire montpelliéraine cet été. Pour son plus grand bonheur et celui de son club.

Son cœur battait sans doute très fort il y a 15 jours contre Dijon lorsqu’elle a foulé pour la 1ère fois la pelouse du terrain Mama-Ouattara en match officiel avec le maillot orange et bleu sur le dos. Et même si elle assure avoir « gagné en maturité » et « progressé dans la gestion de ses émotions »,
chacun des mots prononcés par Charlotte Bilbault à l’évocation de ce retour en terres montpelliéraines, transpire un bonheur et une joie aussi sincère que communicative : « C’est vrai que j’avais hâte de jouer ce 1er match sous le maillot du MHSC, reconnait-elle. Je connais beaucoup de personnes qui travaillaient ici lors de mon 1er passage et qui sont toujours-là, donc ça me faisait chaud au cœur de les revoir. C’est comme si j’étais de retour à la maison. Renouer le fil de mon histoire montpelliéraine n’était pas anodin. En plus, cela s’est soldé par une victoire, donc je ne pouvais pas rêver mieux. »

Mais attention, il n’y a pas que dans la gestion de ses émotions que Charlotte Bilbault a changé. Débarquée à Montpellier à l’âge de 20 ans, durant l’été 2010, cette milieu de terrain défensive joviale et au tempérament affirmé, n’était alors qu’une jeune espoir du football français, membre des catégories de jeunes tricolores. En 4 saisons, Charlotte avait porté le maillot montpelliérain à 78 reprises et inscrit 5 buts, mais à l’été 2014, son contrat n’avait pas été reconduit : « A l’époque, je voulais continuer et je pensais même finir ma carrière ici parce que c’est sans doute là où je me suis sentie le mieux. C’était dur à encaisser mais je n’avais plus trop de temps de jeu et j’étais en fin de contrat, se souvient-elle. Avec le recul, je n’en retiens que le positif car cela m’a permis de vivre de belles aventures sportives, mais aussi de me forger mentalement. » Partie dans un 1er temps à Soyaux, Charlotte est appelée en Equipe de France A et rejoint le Paris FC dans la foulée. Sa carrière l’a ensuite menée à Bordeaux, club qu’elle a contribué à mener jusqu’à la 3ème place du championnat puis au tour préliminaire de la Ligue des Champions pour la 1ère fois de son histoire (défaite de justesse contre Wolfsbourg). « Une aventure magnifique », se remémore-t-elle avec un large sourire.

En revenant à Montpellier, je reste dans la continuité de ma progression

En fin de contrat en Gironde cet été, elle est alors à la croisée des chemins. La Juventus et surtout le PSG lui font les yeux doux, mais c’est à Montpellier que la native de Saint-Doulchard choisit de revenir. « Le coach, Yannick Chandioux, m’a très régulièrement appelé pour me présenter le projet du MHSC. Il a beaucoup insisté pour que je vienne et avait même fait floquer un maillot à mon nom pendant les discussions, se remémore Charlotte. J’ai aussi eu le Président Laurent Nicollin au téléphone. J’ai choisi le côté cœur et je suis revenue. Je connaissais très bien le club, je savais que ce serait plus facile en termes d’intégration, même si le groupe a beaucoup de nouvelles joueuses. J’avais besoin d’une certaine stabilité professionnelle et je suis vraiment ravie d’être là. En revenant à Montpellier, je reste dans la continuité de ma progression. »

Car ne croyez pas que Charlotte Bilbault est uniquement revenue dans l’Hérault pour le cadre de vie. La jeune joueuse qui est partie il y a 8 ans est devenue l’une des joueuses les plus régulières du championnat et une référence à son poste qui totalise aujourd’hui pas moins de 52 sélections en équipe de France A après avoir participé à la Coupe du Monde 2019 en France et à l’Euro cet été en Angleterre. Toujours extrêmement volontaire, capable de multiplier les courses et de ratisser un maximum de ballons, elle a aussi appris à se canaliser pour jouer plus juste et être plus efficace. Mais si elle a acquis un nouveau statut, ne comptez pas sur elle pour avoir changé d’état d’esprit « La mentalité, je ne la changerai pas, sinon, mon père va vite me remettre les pieds sur terre, rigole-t-elle.

e club a beaucoup évolué en termes d’infrastructures, mais j’ai tout de suite senti que cet Esprit Paillade qui fait la force du MHSC était toujours-là

Plus sérieusement, j’arrive à un âge où il ne me reste que quelques saisons au plus haut niveau, donc je veux vraiment profiter de tous les instants que ce soit, aux entraînements, en match et avec le groupe et l’objectif, c’est aussi, durant les 3 années qui viennent, de ramener au moins un titre ou d’emmener l’équipe en Ligue des champions. » Un vrai discours de cadre : « Il est certain que mon statut est un peu différent aujourd’hui que celui de mon 1er passage, poursuit-t-elle. J’ai pris de l’expérience dans les différents clubs où je suis passée, j’ai aussi intégré l’équipe de France donc j’ai côtoyé le haut niveau ; j’ai énormément appris, j’ai pris en maturité, j’arrive à prendre plus de recul sur certaines situations, mais j’aime toujours autant chambrer et me donner à fond sur le terrain. » La transition est toute trouvée pour évoquer un thème très cher à Charlotte, l’Esprit Paillade : « Le club a beaucoup évolué en termes d’infrastructures, on est dans de supers conditions, mais j’ai tout de suite senti que cet Esprit Paillade qui fait la force du MHSC était toujours-là, explique la n°6 montpelliéraine. Celle qui l’incarne le mieux et depuis très longtemps, c’est ‘’Toto’’ (Marion Torrent), mais je trouve qu’il me correspond bien aussi. »

faire notre petit bonhomme de chemin

Il devra sans doute être décuplé ce vendredi si les Montpelliéraines veulent faire vaciller le Champion de France Lyonnais : « C’est sans doute la meilleure équipe européenne, voire mondiale, donc il faudra bien se préparer. A nous d’être bien concentrées sur le plan de jeu que le staff souhaite mettre en place, mais on a hâte d’y être. De toute façon, c’est dans ce genre de match qu’on progresse et nous espérons faire la meilleure prestation possible », explique Charlotte avant d’ajouter : « Notre équipe est très jeune avec pas mal de U19 et de U20, mais aussi beaucoup de joueuses qui ont touché le haut niveau, qui ont été en équipe de France et ou qui postulent actuellement pour y être. Nous avons une équipe ambitieuse mais nous voulons faire notre petit bonhomme de chemin sans forcément que l’on parle trop de nous. Même s’il reste évidemment des choses à améliorer, les deux premiers matchs ont été positifs et on continue de bosser au quotidien pour s’améliorer. Je crois en ce groupe. »
Au moment d’évoquer ses objectifs personnels, l’ancienne bordelaise espère « continuer à avoir du temps de jeu en club et en Equipe de France », avec l’objectif d’aller à la Coupe du Monde l’année prochaine. D’ici là, Charlotte savoure son retour au MHSC « C’est vraiment un bonheur d’être là » conclut-elle. Bonheur partagé…

 

 

A lire également

16sep2022

Équipe pro

Premier rendez-vous du mois d'octobre à domicile avec la réception de l'AS monaco, le dimanche 9 octobre à 13h dans le cadre de la dixième journée de Ligue 1 Uber eats. Une rencontre placée sous le signe du soutien à la campagne Octobre
Lire la suite

05oct2022

Équipe pro

Nouvelle rubrique cette saison sur MHSCfoot.com : l'infographie de la semaine. Avant la réception de l'AS Monaco ce dimanche (13h), zoom en un coup d'oeil sur les chiffres clés de la partie  
Lire la suite

03oct2022

Histoire

Il y a 10 ans, le 3 octobre 2012, le MHSC décrochait le premier point de son histoire en Ligue des Champions dans les dernières secondes d’un match mythique sur la pelouse de Schalke 04. SouvenirsC’est bien connu, le football aime les
Lire la suite