Falaye Sacko, sur la crête ascendante | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Falaye Sacko, sur la crête ascendante

Après des débuts difficiles au MHSC où il est arrivé cet été, le défenseur malien semble gagner en régularité. Rencontre.

À l’instar de Jacek Ziober, Carlos Valderrama ou Fabien Lefèvre avant lui, Falaye Sacko fait partie de ces joueurs que l’on repère de loin de prime abord grâce à sa coupe de cheveux. Ici, pas question de cheveux longs (bruns comme le Polonais ou blonds comme Fabi), et encore moins de crinière bouclée comme le n°10 colombien, mais d’une crête blonde décolorée sur le dessus reconnaissable entre mille comme signe distinctif « Cette crête n’a pas de signification particulière, mais je la porte depuis 2014, sourit Falaye. J’ai été connu grâce à ça aussi donc c’est pour ça que je la garde ». Si l’anecdote est sympathique, il serait réducteur de dire que le latéral droit montpelliérain, arrivé cet été à Grammont, ne doit sa réputation qu’à cette facétie capillaire.

Quatrième d’une famille de 8 enfants, Falaye a tapé ses premiers ballons dans sa ville natale de Bamako où sa réputation de jeune joueur prometteur a vite dépassé les frontières de son quartier. Numéro 10 ou ailier à ses débuts, il intègre le Centre de Formation Salif Keita (le plus célèbre du pays), dès ses 16 ans. Dans cette véritable institution nationale qui a vu passer de nombreux talents dont l’ancien Marseillais et Barcelonais Seydou Keita ou bien encore l’ex-Lyonnais et Madrilène Mahamadou Diarra, Falaye franchit chacune des étapes avant de participer à la Coupe du Monde U20 en 2015 en Nouvelle-Zélande. Le Mali y arrache la médaille de bronze en battant le Sénégal dans la petite finale (3-1 / la grande étant remportée par la Serbie face au Brésil). Dans une jeune formation malienne où figuraient notamment le latéral gauche ajaccien prêté par Lyon, Youssouf Koné, ou bien encore l’ancien Monégasque Adama Traoré, Falaye rayonne dans un poste assez inédit de n°6.

Repéré par le club hongrois du Újpest FC, le pensionnaire du club malien de Djoliba AC (D1), rallie le club magyar juste après ce mondial mais n’y passe que quelques jours, avant d’être prêté à la formation belge de Saint-Trond, détenue par le même Président… Mais son expérience au pays de Jacques Brel et Eden Hazard tourne court  : « C’était un peu compliqué puisque l’entraîneur qui m’a fait venir est parti quelques semaines après mon arrivée et que je ne faisais pas partie des plans de son successeur, se souvient le n°77 montpelliérain. Ça ne marchait pas entre nous. Chaque entraîneur fait ses choix et moi je n’en faisais pas partie. J’ai fait la moitié de la saison et ensuite je suis parti au Portugal ».

Le championnat portugais est vraiment un bel endroit pour progresser et j'ai beaucoup appris la-bàs

Direction le Vitória Guimarães où Falaye Sacko recule d’un cran pour donner sa pleine mesure au poste de défenseur latéral droit. Devenu un cadre de son équipe, il dispute près de 120 matchs avec la formation lusitanienne, dont quelques rencontres d’Europa League face à l’Eintracht Francfort et au Standard de Liège notamment : « Il m’a fallu un petit temps d’adaptation au Portugal, notamment à cause de la barrière de la langue, explique-t-il. Ensuite, j’ai commencé à jouer avec l’équipe réserve (qui évoluait en D2), puis avec les pros. Le championnat portugais est vraiment un bel endroit pour progresser et j’ai beaucoup appris là-bas ». 

j'ai choisi le MHSC car c'est un grand club que tout le monde connaît et par lequel sont passés de grands joueurs

Mais au bout de 6 ans, et après avoir pris part à la Coupe d’Afrique des Nations en janvier 2022 avec les Aigles du Mali, Falaye ressent un « besoin de changer d’air » et rejoint l’AS Saint-Etienne « Les Verts me suivaient depuis longtemps. Ils m’ont proposé de les rejoindre lors du mercato d’hiver, juste après la CAN et j’ai accepté, raconte-t-il. On a tout fait pour sortir l’équipe de la zone rouge, mais finalement, Saint-Etienne est descendu en Ligue 2 ». Une descente qui n’a pas empêché Falaye de montrer ses qualités avant de voir sa saison écourtée par une blessure, ce qui a d’ailleurs eu un impact sur la fin de l’exercice stéphanois. Si les Verts ne peuvent donc pas lever l’option d’achat, le MHSC flaire le bon coup et l’engage à l’été 2022 « J’ai choisi Montpellier car je pense que c’est un grand club que tout le monde connaît et par lequel sont passés de grands joueurs, souligne-t-il. C’est un club familial, qui renvoie une très belle image et qui donne envie d’y venir. J’ai eu le Directeur Sportif, Bruno Carotti, au téléphone, on a beaucoup échangé et je lui ai donné ma parole que je viendrai ici ». 

que ce soit enzo (Tchato) ou moi qui joue, on est tous là pour l'équipe et l'important, c'est de gagner

Les débuts ont pourtant été compliqués. Ballotté entre l’axe et le côté droit d’une défense tantôt à 4, tantôt à 5 éléments, ce fan de Dani Alves a rapidement été impliqué dans plusieurs situations défensives défavorables qui ont coûté des buts à son équipe ; au point de perdre sa place durant quelques matchs au profit du jeune Enzo Tchato…. Mais pas de quoi ébranler le mental du personnage « Dans le football, tout ne peut pas bien marcher tout le temps, philosophe l’international malien. On peut avoir des qualités et des facilités mais on vit parfois des périodes plus difficiles. Malgré-ce, j’essaie toujours de m’adapter, que ce soit aux tactiques de l’entraîneur ou au poste où il choisit de me mettre. J’essaie toujours de donner mon maximum pour l’équipe. On peut faire de bons ou de mauvais matchs mais il faut toujours donner le meilleur de nous-même », détaille-t-il avant d’ajouter : « Quant à Enzo (Tchato), j’ai toujours essayé de l’aider et de l’encourager. Que ce soit lui ou moi qui joue, on est tous là pour l’équipe et l’important, c’est de gagner ». S’il assure « ne pas avoir douté car je pense avoir traversé des périodes plus compliquées, que ce soit à Saint-Etienne ou en équipe nationale du Mali », Falaye Sacko a quand même mis de longues semaines à retrouver sa place dans le onze de départ.

Le coach met tout le monde au même niveau et c'est ce qui fait avancer l'équipe. c'est sa grande force

Acté sous les ordres de Romain Pitau durant la trêve Coupe du Monde, ce choix a depuis été conforté par Michel Der Zakarian, qui lui a toujours maintenu sa confiance depuis son arrivée. « Chacun de nos entraîneurs cette saison m’a apporté quelque chose, souligne-t-il, avant de s’attarder un peu plus sur la méthode Der Zakarian : « Je me sens à l’aise avec le coach. Quand il est arrivé, il m’a parlé, il m’a mis en confiance et montré ce que je pouvais et devais faire. Aujourd’hui, il n’y a rien de plus important que la communication », estime-t-il. « Le coach met tout le monde au même niveau et c’est ce qui fait avancer l’équipe. C’est comme dans une famille ; si tu mets quelqu’un au-dessus de l’autre, ça ne peut pas marcher. Je pense que c’est la grande force du coach. On travaille dur, il pousse tout le monde à fond et les résultats suivent ».

Nous sommes dans une bonne dynamique, on va tout faire pour maintenir le club en ligue 1

Sur un plan personnel, Falaye Sacko enchaîne les prestations de bonne facture. S’il a conscience qu’il doit « se concentrer davantage et être plus attentif sur les taches défensives, tout en s’améliorant dans la finition », l’international malien apporte une certaine vitesse et un côté imprévisible au couloir droit montpelliérain grâce à ses qualités de contre-attaquant. Très à l’aise dans son nouveau cadre de vie – « Montpellier est une ville et un club où je me sens bien » - Falaye Sacko est aussi persuadé que le MHSC est sur la bonne voie pour obtenir son maintien, malgré une saison marquée par des moments difficiles : « On va s’en sortir martèle-t-il. Si tu te dis que tu ne peux pas et que tu te mets ça dans la tête, tu ne vas jamais y arriver. Aujourd’hui, nous sommes dans une bonne dynamique et on va tout faire pour maintenir le club. J’y crois ! Il y a un bon groupe et de bons joueurs ». 

Mon objectif est de délivrer un maxium de passes décisives et pourquoi pas de marquer, mais l'essentiel, c'est avant tout que l'équipe se maintienne

Dont un que Falaye connait plus particulièrement, en la personne de Kiki Kouyaté, avec qui il partage sa chambre en sélection nationale du Mali : « Je lui parlais déjà bien avant que le club le contacte. Je lui disais : ‘‘si un jour Montpellier t’appelle, viens parce que c’est un bon club pour toi !’’ Quand j’ai su que le MHSC était intéressé, je l’ai appelé et je lui ai dit : ‘‘Il y a de bons joueurs ici, tu vas te sentir à l’aise. On va faire les matchs et essayer de remonter l’équipe’’ ». La transition est toute trouvée pour évoquer leurs prochaines échéances communes en sélection : « C’est quelque chose de très important pour nous, souligne Falaye. Nous sommes actuellement premiers de notre poule de qualification à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (2024 en Côte d’Ivoire NDLR) en ayant gagné nos deux premiers matchs. Deux autres rencontres se profilent pour nous face au Maroc lors de la prochaine trêve internationale contre la Gambie, les 24 et 28 mars. C’est une grosse échéance pour nous ».

D’ici là, la nouvelle paire malienne du MHSC espère faire des merveilles sous le maillot orange et bleu. S’il rêve de marquer son 1er but sous ses nouvelles couleurs, Falaye Sacko pourrait tout aussi bien délivrer sa 3ème passe décisive de la saison pour un coup de tête salvateur de son compatriote, qui aime notamment monter pour apporter sa grande taille sur les coups de pied arrêtés offensifs. Il est plutôt pas mal ce scénario non ? Et s’il se réalisait cet après-midi contre Clermont ? : « Pourquoi pas ? sourit Falaye. Mon objectif est de délivrer un maximum de passes décisives et pourquoi pas de marquer… et si c’est pour aujourd’hui, c’est tant mieux ! Mais l’essentiel, c’est avant tout que l’équipe se maintienne en fin de saison ». 
Plutôt calme et casanier en dehors des terrains, Falaye aura alors le sentiment du devoir accompli et pourra savourer tranquillement un maintien synonyme de progression, autant sur le plan personnel que collectif.

A lire également

24Jan2024

Équipe pro

Le dimanche 17 mars, le MHSC recevra le PSG pour le match de gala de l'année dans le cadre de la 26ème journée de championnat. La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !     Le
Lire la suite

03mar2024

Équipe pro

Menés au score à deux reprises face à un rival direct pour le maintien, les pailladins Ont su trouver les ressources pour arracher un point. La preuve que cette équipe ne lache pas.AUTOUR DU MATCH : Un tournant importantSi la saison est loin d
Lire la suite

02mar2024

Féminines

Menées à la marque par une belle équipe bordelaise, les Montpelliéraines ont frôlé la correctionnelle avant de renverser le score en 5 minutes. Une victoire qui fait du bien, mais qui rappelle que rien ne sera facile jusqu’au bout.AUTOUR DU
Lire la suite