La belle progression de Maëlle Lakrar | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

La belle progression de Maëlle Lakrar

Pour sa 4ème saison dans l’Hérault, la défenseur de bientôt 22 ans a franchi un grand cap en l’espace de quelques mois. Décryptage de son ascension avec l’intéressée à l’aube de recevoir Dijon ce samedi (16h35 à Grammont) dans le cadre de la 15ème journée de championnat 

3 septembre 2021. Les Féminines du MHSC s’inclinent à domicile sur la plus petite des marges (0-1) face au PSG. Dans une fin de match heurtée où les Montpelliéraines ont failli égaliser dans le temps additionnel, la frustration est grande et Maëlle Lakrar, d’un naturel pourtant timide et effacé, laisse éclater sa colère au point d’être expulsée après le coup de sifflet final. « C'est quelque chose que je regrette parce que c'était à chaud et que ce n'est pas du tout dans mon caractère. C'est d'ailleurs pour cela que la plupart des gens ont été choqués, reconnait aujourd’hui l’intéressée. Cette expérience m'a fait grandir et je sais que je ne le referai plus. »

Je suis très reconnaissante envers le coach car il a continué de me faire confiance

Quelques jours plus tard, la sanction tombe et la jeune défenseur montpelliéraine écope de 4 matchs de suspension. Le genre de mésaventure qui peut vous plomber une saison, à fortiori quand un nouveau coach vient d’arriver et qu’il met son équipe en place. Mais pour Maëlle Lakrar, cette péripétie a peut-être été le point de départ d’une nouvelle vie : « Ce qui ne m'a pas plu, c’est que j'ai puni mon équipe. J'avais l'impression de lâcher le groupe sur une longue période et je m'en suis plus voulu pour ça que sur mon cas personnel, explique-t-elle. Ça m'a donné envie de travailler dur aux entraînements parce que je savais que je n'avais pas de match le week-end. Je n'ai rien lâché. Je suis aussi très reconnaissante envers le coach car il a continué de me faire confiance. Il m'a dit que c'était dommage de finir sur cette note-là parce que j'avais sorti un gros match, mais que ça pouvait arriver à tout le monde et que c'était peut-être aussi un mal pour un bien, parce que ça fait partie de l'apprentissage. »

même si je ne parle pas beaucoup, je devais montrer sur le terrain que je pouvais être une leader

Six mois plus tard, celle qui possède depuis son plus jeune âge l’étiquette de grand espoir du foot féminin français après avoir débuté en D1 à 16 ans du côté de l’OM, semble avoir franchi un cap en s’imposant sur la durée dans le onze de départ montpelliérain au sein duquel elle pourrait enchaîner ce soir une 10ème titularisation consécutive en championnat. Aussi solide dans les duels que calme et efficace dans ses relances, Maëlle s’est bien adaptée au nouveau schéma à trois défenseurs axiales mis en place par Yannick Chandioux, après avoir évolué au poste de latérale gauche à l’OM, puis dans l’axe et sur le côté droit depuis son arrivée au MHSC : « Quand tu sais défendre, normalement, tu sais le faire à tous les postes de derrière ; après on s’adapte, sourit la n°20 montpelliéraine. Être polyvalente, c'est un bon point pour une joueuse. » Et quand on la taquine sur le fait qu’elle est, du haut de ses presque 22 ans et de ses 77 matchs de D1, la plus expérimentée des 4 candidates aux 3 postes de la charnière centrale (13 pour Elsig, 15 pour Mpome et 47 pour Nicoli), la native d’Orange sourit : « Le coach m'en a parlé en début de saison, en me disant que je devais être un modèle pour les jeunes et que, même si je ne parle pas beaucoup, je devais montrer sur le terrain que je pouvais être une leader. C'est ce que j'essaie de faire et je suis contente d'avoir la place que j'ai aujourd'hui dans le club. Je suis satisfaite d’avoir l’opportunité de jouer régulièrement et j'espère aussi montrer la bonne voie aux plus jeunes joueuses de notre effectif. »

jouer à trois derrière me plaît beaucoup parce qu'on a plus de liberté

Véritable pilier du renouveau montpelliérain, ce système à 3 défenseurs axiales apparait comme l’un des points forts du MHSC cette saison. « Il nous permet d'être plus compactes et d’avoir un bloc défensif très solide, qui part d'ailleurs des attaquants car ce ne sont pas que les défenseurs qui défendent, souligne Maëlle. Le coach a mis en place ce système en nous montrant ce que chacune d'entre nous devait faire face à telle ou telle équipe et nous avons rapidement su gérer cette organisation. C'est pourquoi il a choisi de la faire perdurer dans le temps, alors que nous avions démarré la saison en jouant à quatre derrière. Ce bloc défensif dans son ensemble est notre point fort depuis le début de saison. J'espère qu'on va continuer à ne pas encaisser de but parce que c'est la première étape pour gagner un match.  A titre personnel, jouer à trois derrière est quelque chose qui me plaît parce qu'on a plus de liberté. » 

Tout le monde est concerné ; on sait qu’on peut faire quelque chose de bien ensemble

Même si ce bloc a cédé lors du dernier match des Montpelliéraines à Fleury (défaite 1-0), Maëlle Lakrar tient à rester positive : « Le fait que le coup d’envoi ait été retardé nous a un peu perturbées. Nous sommes restées au moins 30 minutes dans le vestiaire, l’effet de l’échauffement était retombé et je pense que cela a un peu joué sur notre début de match, analyse la défenseur montpelliéraine. En première mi-temps, ce n'était pas vraiment nous, nous n’arrivions pas à mettre notre jeu en place comme nous le faisions d'habitude. Nous y sommes parvenues après le repos mais, malheureusement, Fleury était très bien en place défensivement et nous n'avons pas su trouver la faille pour égaliser. C'est dommage. Perdre face à un concurrent direct est toujours décevant mais on donnera tout jusqu’au bout pour nous rapprocher de la 3ème place et pourquoi pas atteindre le podium, même si on sait que ça va être compliqué. » Prochaine étape dès cette après-midi avec la réception de Dijon à Grammont. Une équipe bourguignonne que les Montpelliéraines avaient battu à l’ultime seconde lors de la 1ère journée grâce à un coup-franc direct de Sarah Puntigam : « 3 semaines sans match, c’est long, alors j’ai forcément hâte de retrouver les terrains, avoue Maëlle. Le match aller avait été très difficile mais le fait d’avoir gagné dans les dernières secondes comme nous l’avons fait à Saint-Etienne montre que notre équipe a une grande force de caractère. Tout le monde est concerné ; on sait qu’on peut faire quelque chose de bien ensemble. »

Sur un plan plus personnel, si Maëlle continue d’enchaîner les belles prestations, elle pourra peut-être postuler prochainement à une place chez les Bleues après avoir connu toutes les sélections de jeunes tricolores : « L’équipe de France, ça fait rêver, conclut celle qui a été privée d’une éventuelle sélection avec les U23 durant cette trêve internationale en raison d‘un petit souci au genou. C’est dans un coin de ma tête mais il faut que je continue à travailler car il y a beaucoup de bonnes joueuses à mon poste et on verra bien ce qui se passe ensuite. » Tout vient à point à qui sait attendre dit l’adage…

L’adversaire : "Une équipe solide et stable"

Ce samedi après-midi (coup d’envoi à 16h35), le MHSC va croiser la route d’une équipe de Dijon battue de justesse à l’aller (2-1) et qui pointe actuellement à la 8ème place de D1 Arkema : « Même si c’était un match difficile, il a quelque part lancé notre saison car c’était vraiment important de gagner ce 1er match, explique Maëlle Lakrar. Plus globalement, Dijon est une équipe solide et stable qui peut surprendre certains adversaires comme on l'a vu contre Fleury qu'elles ont accroché il y a une dizaine de jours en match en retard (0-0). Les Dijonnaises avaient bien tenu défensivement et s’étaient même créées pas mal d'occasions de l'emporter. Ce sera à nous de faire très attention et de ne surtout pas prendre ce match à la légère car le championnat se resserre et tous les matchs sont difficiles ». 

 

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT a débuté LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

06juil2022

Équipe pro

Les joueurs du MHSC ont eu droit à une séance d'entraînement à Carnon ce jeudi matin. L'occasion de faire le point avec le préparateur physique pailladin, Benjamin Guy. Ecoutez-le sur MHSCTV ci-dessous.
Lire la suite