« Clarisse incarne bien les valeurs de La Paillade » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

« Clarisse incarne bien les valeurs de La Paillade »

Clarisse Le Bihan a disputé la semaine passée son 100ème match de D1 avec le MHSC. Avant la réception de guingamp ce samedi à grammont en championnat (14h30), plusieurs personnalités du club (actuelles et passées), lui rendent un hommage amplement mérité.

Laurent Nicollin (Président du MHSC) : « Quand je vois un tel chiffre, ça veut dire que le temps passe. J’en discutais avec elle récemment et Clarisse est quand même chez nous depuis 2016, ce n’est pas rien. Ça ne nous rajeunit pas mais ça prouve qu’elle est attachée au club et que nous sommes attachés à elle. Comme pour les garçons, c’est bien que des joueuses s’identifient à un club. Sportivement, Clarisse est une joueuse de qualité qui a porté le maillot de l’équipe de France et qui a fait de très belles saisons avec nous. Humainement, c’est quelqu’un que j’apprécie, qui est très ouverte et qui a de belles valeurs. C’est une Bretonne donc elle a une certaine mentalité, un certain état d’esprit et j’espère qu’elle restera avec nous la saison prochaine, même si je sais qu’elle a des envie d’étranger. Si ce n’est pas le cas, elle nous et elle me manquera car c’est quelqu’un que j’aime beaucoup. On la sent comme un poisson dans l’eau, elle s’est adaptée à la vie pailladine et à la vie montpelliéraine. Avec ses valeurs bretonnes ajoutées aux valeurs de La Paillade et du Sud, ça fait quelqu’un qui est une vraie leader pour le groupe et qui défend âprement les couleurs de La Paillade. C’est toujours important d’avoir des personnes comme ça sur lesquelles on peut s’appuyer. » 

Yannick Chandioux (entraîneur du MHSC) : « Je considère Clarisse comme une vraie historique du club, à travers ses 100 matchs en D1 avec le MHSC et ses nombreuses saisons disputées ici. Je trouve qu'elle incarne bien l'image du MHSC ; cette image de combat, de gagnante, de ne rien lâcher. Elle a été un petit peu embêtée par ses blessures, mais dès lors qu'elle est en forme, c'est une vraie compétitrice. Elle a ma confiance et elle a un gros temps de jeu parce qu'elle travaille beaucoup. Elle tire aussi le groupe, elle accompagne les jeunes… C'est une joueuse importante du club et j'espère qu'elle fera encore beaucoup de matchs sous ces couleurs. Si on rentre plus précisément sur la partie technique, elle a un profil plutôt adaptable ; elle peut jouer à plusieurs postes, ce qui est toujours intéressant pour un coach. Dans certains cas, ça peut paraître être une faiblesse, mais pour Clarisse, ça n'en est pas une parce qu'elle arrive très facilement à s'adapter. J'ai l'impression aussi qu'elle aime cette rotation, ce changement de rôle. Peut-être que cela la maintient toujours en éveil. L'autre point important, c’est son côté fédérateur. Elle fait partie des cadres et j'espère qu'elle sera là encore un petit moment pour le club. »

Inès Belloumou (coéquipière au MHSC) : « Atteindre 100 matchs en D1 sous le maillot de Montpellier, je trouve que ça représente bien sa personnalité. Clarisse est quelqu'un de très professionnel, sur le terrain comme en dehors. Le foot, c'est une grande partie de sa vie. Elle y consacre beaucoup de temps ; lors des matchs et des entraînements, bien sûr, mais aussi sur son temps de repos. Quand elle fait un mauvais match, elle n’est vraiment pas bien derrière. Ça ne me surprend pas qu'elle ait atteint ce chiffre et je lui souhaite de le faire grandir encore dans les mois et les années à venir. Sur le terrain, elle est capable de jouer dans plusieurs postes. Elle est très forte techniquement, elle a la vista, elle comprend le foot. Sur le plan humain, Clarisse est quelqu'un de très protectrice. Quand elle voit que quelque chose ne va pas, c'est la première personne qui va venir vers toi, qui va essayer de t'aider, de te conseiller. C’est quelqu'un de bien, sur qui on peut vraiment compter. C'est une grande chambreuse aussi, elle a beaucoup d'humour. Je me retrouve souvent contre elle lors des jeux à l'entraînement et j'en sais quelque chose ! (rire) »

Lena Petermann (coéquipière au MHSC) : « Sur le terrain, c'est une leader. C'est quelqu'un qui œuvre beaucoup pour le collectif. Elle donne toujours tout sur le terrain et veut toujours gagner. C'est une joueuse très créative, qui est à l’aise des 2 pieds… Lors de ma première saison ici, elle jouait plus haut sur le terrain. Aujourd'hui elle évolue dans un registre plus défensif, mais tu sais qu'elle peut te délivrer de bons ballons à n’importe quel moment. Elle peut jouer au milieu ou en attaque, avec la même qualité. Elle sent le jeu et c'est très facile et agréable de jouer avec elle. En dehors du terrain, c'est quelqu'un de très gentille. Quand je suis arrivée à Montpellier, elle a tout fait pour me mettre à l'aise ; elle a toujours essayé de parler avec moi en anglais, elle a toujours cherché à savoir comment j'allais, comment je m'adaptais… Prendre soin des autres fait partie de ses caractéristiques principales... Quand une joueuse a un problème, elle sait qu'elle peut aller voir Clarisse et qu'elle fera son possible pour l’aider. Clarisse a une certaine aura. C'est quelqu'un de très important pour notre équipe. Avoir disputé 100 matchs en D1 sous le maillot du MHSC est un bel accomplissement. 100 matchs pour un même club, ça n’arrive pas souvent ; ça montre son attachement à ce maillot. »

Sonia Haziraj (l’entraîneur qui l’a faite débuter en D1, à Saint-Brieuc) : « Quand je l'ai lancée en D1, Clarisse n'avait pas encore 16 ans. Je n'avais pas de crainte de la faire débuter si jeune car elle avait déjà cette capacité athlétique et mentale de rivaliser avec les plus grandes. Elle a toujours su ce qu'elle voulait. Clarisse avait aussi de belles capacités sur le plan technique puisqu'elle pouvait jouer des deux pieds et, déjà l'époque, elle pouvait évoluer à tous les poste offensifs. Aujourd'hui, je vois même qu'elle peut jouer dans l'entrejeu, en n°6, n°8 ou devant la défense. Elle a toujours eu cette capacité de comprendre le jeu, donc forcément ça aide. Je l'ai toujours suivie depuis et je trouve que Montpellier était un bon choix pour elle. Ça lui permettait de poursuivre sa progression dans un club structuré qui a une vraie filière féminine. Je suis persuadée qu'elle a encore une marge de progression, car elle à cette capacité à faire la différence, soit par la passe, soit par un bon déplacement ou un jeu sans ballon qui sera utile pour l'équipe. Vu son talent au départ, je ne suis pas surprise qu'elle réalise une si belle carrière. Durer au haut niveau, ce n'est pas forcément facile. Je pense qu'elle a quelque chose à jouer encore plus haut et pourquoi pas en sélection. Connaissant Clarisse, je ne pense qu'elle ait tiré un trait sur l’équipe de France. Je suis convaincue qu'elle peut à nouveau atteindre cet objectif. Je ne suis pas étonné qu’elle se soit si bien adaptée à Montpellier. Elle est partie très jeune de chez elle puisqu'elle est entrée en section sportive en cinquième à Vannes. Partir si jeune de chez soi implique une belle force de caractère et une forte capacité d'adaptation. Toute jeune déjà, elle avait un état d'esprit très collectif et un certain leadership. Pour conclure je lui dirai simplement que je continue à la suivre car c'est une fierté de voir ce qu'elle réalise aujourd'hui. Je lui dirai de bien garder ses objectifs en tête. »

Laura Agard (ex-coéquipière au MHSC, aujourd’hui joueuse au Milan AC, en Italie) : « Sur le terrain, Clarisse est quelqu'un qui est toujours très positive, qui aide l'équipe dans tous les domaines. Techniquement, elle a les deux pieds, un bon jeu de tête, c'est une sorte de Laurent Blanc en version attaquante (sourires). Nous sommes amies depuis notre passage commun à Montpellier. On est même parti 2 fois en voyage ensemble, à Cuba et au Cambodge. J'espère qu'on pourra se refaire ça très vite. Clarisse est une personne bienveillante, empathique, quelqu'un de vrai, en qui j'ai entièrement confiance, qui fait partie de mes amies proches et que je considère comme ma famille. Concernant ses 100 matchs au MHSC, même si elle envoie des photos de sa Bretagne dès qu’il y a eu une heure de soleil, on sait très bien que maintenant qu'elle a trouvé le soleil à Montpellier elle ne veut plus le lâcher (sourire). Plus sérieusement, je pense que cette longévité est surtout le signe qu'elle se sent bien au MHSC. Je connais très bien les valeurs du club pour y avoir joué. C'est un club familial, un peu un cocon aussi. Clarisse incarne bien les valeurs du Sud et celles de La Paillade. »

Sandie Toletti (ex-coéquipière au MHSC, aujourd’hui joueuse à Levante, en Espagne) : « Pour commencer, je dirai que Clarisse met sa bonne humeur au service du collectif sur le terrain comme en dehors. Cette bonne humeur, c'est ce qui la caractérise le plus. On se connaissait depuis plusieurs années puisqu'elle est de la fin d'année 1994, et moi du milieu d'année 1995. On s'est rapproché lors de l'aventure des Jeux Olympiques de Rio avec l'équipe de France en 2016 où nous étions presque tout le temps ensemble. Quelques mois plus tard, elle a signé à Montpellier. Nous étions à côté dans le vestiaire, ensuite j'ai déménagé et mon domicile n'était pas très loin du sien. On pouvait régulièrement manger ensemble. Je ne garde que des bons souvenirs de cette période. Footballistiquement, Clarisse amène beaucoup de bonne humeur aux entraînements, mais c'est une vraie « tueuse » devant le but. À chaque fois qu'elle se retrouvait en position de marquer, que ce soit du droit ou du gauche, on savait pertinemment que ça ferait but au bout. Aujourd'hui, elle évolue au milieu terrain, dans un registre plus défensif mais pour avoir eu quelques matchs, je trouve qu'elle s'est très bien adaptée à ce nouveau poste. Elle récupère beaucoup de ballons et distille de bonnes passes aussi. C'est vraiment bien. Elle n'a pas eu de réussite avec les blessures il y a quelque temps et je suis vraiment très heureuse de voir quel enchaîne les bonnes performances depuis quelque temps. Il faut qu'elle continue comme ça. Atteindre 100 matchs avec le maillot du MHSC sur les épaules en D1, c'est vraiment quelque chose de très beau. Je tiens vraiment à la féliciter pour cela Elle n'est pas été formée ici mais est devenue une vraie Pailladine et aussi une vraie sudiste. Elle aime vraiment le soleil aussi…. D'ailleurs, elle nous chambre souvent avec la Bretagne, mais je voudrai quand même lui poser la question de savoir où elle vivra après la fin de sa carrière ? (sourire). Clarisse a aussi beaucoup d’humour Je ne sais même plus pourquoi on en était venu à ce délire, mais on se surnommait l'une l'autre « chameau ». Du coup, je me souviens d’un match contre le Paris FC où elle avait fait le pari qu'elle mettrait une tête de chameau si elle marquait… et elle l’avait fait… et ensuite, la tête de chameau nous suivait partout en déplacement. C'était devenu une sorte de mascotte. Pour conclure, je tiens simplement à la féliciter et je lui souhaite de finir l'année en beauté. Sur le terrain qu'elle montre qu'elle veut vraiment défendre ce maillot et je trouve que c'est quelque chose de très important. »

A lire également

02juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

21juin2022

Équipe pro

Le jeune latéral gauche (24 ans) débarque en prêt au MHSC, en provenance du Club Bruges (D1 belge)En pleine reconstruction de son couloir gauche défensif après les départs de Mihailo Ristić et Ambroise Oyongo, le MHSC officialise aujourd’hui l
Lire la suite

17juin2022

Équipe pro

La LFP vient de révéler le calendrier de la prochaine saison de Ligue 1 Uber eatsPour le MHSC, la saison 2022-2023 débutera le week-end du 7 août 2022 avec la réception de l'ESTAC Troyes. Cette saison que l’on espère réussie se clôturera
Lire la suite