Ces Montpelliéraines peuvent être fières ! | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Ces Montpelliéraines peuvent être fières !

Battues de justesse à domicile par lyon (2-3), les féminines du mhsc ont poussé l'ol dans ses retranchements lors d'un match haletant, avant de s'incliner sur un ultime coup de pied arrêté à deux minutes de la fin. Un scénario cruel mais qui ne doit pas éclipser une prestation de haute volée qui restera dans les mémoires

AUTOUR DU MATCH : SANS PRESSION

Marion Torrent l’avait signifié dans son interview de milieu de semaine, les Montpelléraines se présentaient sans pression ce samedi en fin d’après-midi à Grammont, à l’heure de recevoir l’Olympique Lyonnais, actuel leader du championnat. Il faut dire que face à l’un des deux ogres de la division, tout autre résultat qu’une défaite aurait des allures de très grosses performances, pour ne pas dire d’exploit. Et quand on a la chance, comme les Pailladines, d’aborder cette rencontre sur une série de 6 victoires sur ses 7 derniers matchs, il n’y avait pas forcément de pression ou d’obligation de résultat. : « De toute façon ça ne sert à rien de se fixer des objectifs à l’avance, on sait que ce sera un match difficile, il faudra simplement tout donner et se dire à la fin du match qu’on a fait le maximum », disait Marion Torrent. Le décor est planté. Sans certitude de résultat sur ce match mais avec des certitudes tout court dans le jeu depuis plusieurs matchs, les Héraultaises se présentaient donc dans leur dispositif habituel, un  3-4-3 potentiellement évolutif en 3-5-2, avec 3 changements par rapport au 11 de départ victorieux de  St Etienne le week-end dernier : titularisations de Landeka à la place de Škorvánková au milieu et de Mondésir en attaque, aux dépends de Faustine Robert.

Du côté des Lyonnaises, Sonia Bompastor alignait une équipe très offensive, avec notamment les titularisations de Dzsenifer Marozsán et Eugénie Le Sommer, de retour depuis le mois de janvier après leur pige aux États-Unis ces six derniers mois, associées en attaque à Macario et Delphine Cascarino. Du très lourd...

LE MATCH : MHSC 2-3 OLYMPIQUE LYONNAIS

« J’ai toujours en travers notre match aller où on n’avait pas joué. On était passé à côté. Plutôt que de dire qu’on n’a rien à perdre, je préfère dire qu’on a tout à gagner ». C’est avec ces mots que le coach pailladin Yannick Chandioux dépeignait le décor avant le coup d’envoi, tout en indiquant par la même le poids de ses attentes. Au final, il sera passé par tous les états dans une rencontre qui restera à coup sûr dans les annales.
Le technicien pailladin n’a d’abord pas tardé à s’arracher les cheveux. Corner de Marozsan pour la tête de Renard repoussée par la défense héraultaise, sauf que Griedge Mbock arrivait en 2ème rideau pour envoyer le cuir au fond des filets. C’est du classique, de l’attendu, mais quand c’est si bien fait, il n’y a pas grand chose à faire justement (0-1, 4e).  S’en sont suivies 10 minutes d’apnée pour résister aux assauts des Lyonnaises, mais à peine avaient elles sorties la tête de l’eau, que les Montpelliéraines répliquaient de manière chirurgicale : un centre de Mondésir, une reprise en une touche de Petermann et Christiane Endler ne pouvait que regarder filer le ballon au fond des filets. Du grand art (1-1, 17e). Marquer face à la meilleure défense du championnat était déjà une très grosse performance, mais tenir ce score aurait tout d’un exploit. Privées de ballons par des Lyonnaises revanchardes, les Pailladines défendaient sans paniquer, excepté sur les coups de pied arrêtés où elles se montraient clairement vulnérables (28e). Au fil des minutes, les Montpelliéraines parvenaient cependant à faire déjouer leur prestigieux adversaire. Lyon avait le ballon mais se retrouvait coincé, sans solution. En pareil cas, seuls un coup de pied arrêté ou un exploit individuel pouvait faire plier des Héraultaises extrêmement solides. Ce fut le cas à 3 minutes de la pause lorsque, bien servie par Marozsan, Le Sommer redonnait l’avantage à l’OL en taclant comme une redoutable attaquante qu’elle est (1-2, 42e). Mais dans une fin de 1ère période complètement folle, le public de Grammont allait passer de la tristesse à la joie en une fraction de seconde. Sur l’engagement, Marion Torrent était déséquilibrée dans la surface. Madame l’arbitre n’hésitait pas une seconde et désignait le point de penalty. Si Lyon a sa grande n°9, le MHSC a aussi la sienne et Lena Petermann ne tremblait pas pour transformer la sentence et s’offrir un doublé en même temps que l’égalisation à son équipe (2-2, 43e).

Poussée dans ses retranchements alors qu’elle n’avait jamais encaissé 2 buts dans un même match de championnat cette saison, l’OL avait désormais tout à refaire face à des Pailladines valeureuses et opiniâtres ; comme à leurs plus belles heures. Il fallait d’ailleurs remonter à presque 15 ans et un succès aux tirs au but en finale de la Coupe de France 2006-2007, pour voir les Montpelliéraines marquer 2 buts contre Lyon (3-3 ce jour-là).
Cette quête du 3ème but était d’ailleurs l’objectif des deux équipes à l’entame d’une seconde période haletante. Le MHSC allait-il réaliser l’exploit ou Lyon allait-il faire respecter la hiérarchie ? Chacune des deux équipes défendait son bout de gras. Tandis que Macario mettait Schmitz à contribution sur coup-franc (54e), avant que la gardienne allemande capte aussi la tentative de Le Sommer (58e), les Montpelliéraines répondaient par une organisation défensive sans faille et tentaient de se montrer dangereuses par des attaques rapides. A ce petit jeu, le rapport de force a duré, les Montpelliéraines ont plié, comme sur cette frappe de Mbock détournée de justesse par Schmitz (72e), mais à deux minutes de la fin, un nouveau coup de pied arrêté allait leur  être fatal lorsque Mbock s’offrait un doublé sur corner synonyme de victoire lyonnaise (2-3, 88e). D’entrée les Montpelliéraines avaient semblé fébriles sur coup de pied arrêtés, et elles ont fini par le payer. Au-delà de ce scénario cruel, c’est la prestation d’ensemble que les Pailladines doivent retenir : jamais les Lyonnaises n’avaient autant été bousculées cette saison, jamais elles n’avaient encaissé 2 buts, et surtout, il y a bien longtemps, (sans doute depuis la 2ème place des Montpelliéraines printemps 2017), que le public de Grammont n’avait pas autant vibré, et ne s’était pas autant identifié à son équipe. C’est cela qu’il faut retenir. La défaite est amère mais vous avez été grandes mesdames ! Bravo à vous !      

La fiche technique

Samedi 22 janvier 2022.
13ème journée de D1 Arkema.

Terrain Mama-Ouattara - Grammont

Mi-temps : 2-2
Score final : 2-3
Arbitre : Mme Rochebilière.

MHSC : Petermann (17e, pen 43e) ; Lyon : Mbock (4e, 88e), Le Sommer  (42e).
MHSC : Mpome (24e), Elsig (53e)
 

MHSC : Schmitz – Mpome, Elsig, Lakrar – Torrent (cap.), Puntigam, Landeka , Belloumou (Weerden 85e) – Mondésir (Škorvánková, 76e), Petermann (Robert, 76e), Le Bihan (Blanc 89e). Entraîneur : Yannick Chandioux

OLYMPIQUE LYONNAIS: Endler – Sombath, Buchanan, Renard (cap.) – Cayman Marozsán, Mbock D. Cascarino – Macario (Laurent, 64e), Hegerberg, Le Sommer. Entraîneur : Sonia Bompastor 

 

A lire également

21mai2022

Équipe pro

Ce samedi avait lieu le dernier match de la saison 21/22, à cette occasion le MHSC se déplaçait à Angers. .Malgré une bonne débauche d'énergie, les montpelliérains ont été pénalisé en fin de première période par un penalty de Mangani.
Lire la suite

20mai2022

Équipe pro

Il y a 10 ans jour pour jour le MHSC était sacré champion de France après sa victoire à Auxerre (1-2) lors de la 38ème et dernière journée de championnat.John Utaka, auteur des deux buts pailladins, se souvient de cette soirée historique au micro de
Lire la suite