Nicolas Cozza : « Je n'oublierai jamais » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Nicolas Cozza : « Je n'oublierai jamais »

Dernière étape de notre semaine consacrée au capitanat. Le défenseur portrait le brassard lors du sacre du MHSC en Coupe Gambardella de 2017. Il décrypte le rôle de capitaine dans une équipe de jeunes

Nicolas. Ton parcours a souvent était accompagné du brassard de capitaine. Comme l'expliques-tu ?
J’ai eu la chance d’être capitaine dans toutes les catégories de jeunes depuis l’âge de 10 ou 11 ans, toujours à Montpellier. Quand tu es jeune, on te désigne plus capitaine que ce que tu le deviens. Cela dit, les "obligations" entre guillemets restent les mêmes. Être capitaine, c’est être leader, c’est celui qui doit amener l’équipe vers l’avant, qui doit l’aider à garder son calme dans les moments d'euphorie ou dans les moments où ça va moins bien... et qui doit aussi remotiver ses équipiers dans les périodes les plus compliquées.

Chez les jeunes, il y a un peu plus d’insouciance. L’important, c’est d’avoir un côté fédérateur.

Chez les pros, ce sont souvent les joueurs les plus expérimentés qui ont le brassard, alors qu'en équipes de jeunes, vous avez tous le même âge...
Oui. C’est impossible de se démarquer par rapport à son vécu puisque nous avons à peu près tous le même. On essaie simplement d’être leader mais aussi d’être exemplaire, de discuter, de pousser l’équipe vers l’avant. Ce sont ces qualités-là qui doivent ressortir. Le concept des réunions n’existe pas forcément. De ce point de vue-là, comme on gagnait quasiment tous nos matchs chez les jeunes, il n’y avait pas besoin de faire de réunion de crise (sourire). On a des discussions avec le coach, au cas par cas ou avec deux ou trois joueurs mais pas plus que ça. C’était plus le bonheur de se retrouver entre nous, de discuter de ce qui était allé et de ce qui n’était pas allé sur le terrain, mais surtout de rire et de partager des moments ensemble. Chez les jeunes, il y a un peu plus d’insouciance aussi. L’important, c’est d’avoir un côté fédérateur. Après, sur mon poste plus précisément, le fait d’être défenseur central t’oblige aussi à beaucoup communiquer, que ce soit avec ton gardien, tes collègues de la défense ou bien encore sur le plan tactique avec les milieux et les attaquants. Ces discussions-là sont sur le terrain mais peuvent aussi se prlonger à posteriori pour corriger certaines choses ou essayer de comprendre certaines erreurs.

Même si tu ne l'as encore jamais été en pros, qu'est-ce qui différencie le plus selon toi le fait d'être capitaine chez les jeunes et en Séniors ?
Chez les jeunes, c'est déjà une responsabilité et il faut l’assumer. Après, je pense qu'être capitaine en pro implique beaucoup plus de responsabilités. Il faut toujours veiller à ce que tout le monde aille bien, amener l’équipe vers le haut et aussi beaucoup échanger pour mesurer ce qui va et ce qui va moins bien. C’est là où la différence se fait par l’expérience : les personnes plus expérimentées savent repérer ce qui va et ce qui ne va pas pour mettre des mots dessus et ensuite corriger les soucis... d'où l'importance aussi des joueurs qui sont des relais sur le terrain, sans pour autant porter le brassard.

Je je lui ai apporté (au président louis nicollin) son dernier trophée. C’était extrêmement émouvant et je ne l’oublierai jamais.

Tu es aussi le dernier capitaine du MHSC, vainqueur de la coupe Gambardella en 2017, avant de l'apporter au Président Louis Nicollin...
C’est un moment qui restera gravé à vie dans ma mémoire. Avoir été capitaine dans toutes les équipes de jeunes du club durant toutes ces années et remporter la Coupe Gambardella, c’est inoubliable. Pour ce qui est d’avoir apporté la coupe dans les tribunes du Stade de France au Président Louis Nicollin, ce n’était absolument pas prévu, ça nous a simplement semblé normal d’aller la lui apporter. Pour ma part, ça reste forcément un moment particulier parce que je lui ai apporté son dernier trophée. C’était extrêmement émouvant et je ne l’oublierai jamais.

Tu espères être capitaine en pro un jour ?
Bien sûr que je l’espère. Après, personne ne sait ce qui va arriver. Ce qui est certain c’est que je travaille dur pour m'imposer, devenir un titulaire indiscutable de l’équipe et ensuite les choses viendront naturellement. Ce qui est certain c’est que le brassard de capitaine ça se gagne, ça ne se demande pas. Il faut prouver sur le terrain pour l’obtenir. C’est la raison pour laquelle, quand ça se fait, ça se fait naturellement

 

A lire également

02juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

26juin2022

Féminines

Après le forfait de dernière minute de maelys mpome, Judith coquet sera la seule représentante du MHSC au sein de l’équipe de France U19, qui débute ce lundi son Championnat d’Europe en République tchèque face au Pays hôte (11h)
Lire la suite

21juin2022

Équipe pro

Le jeune latéral gauche (24 ans) débarque en prêt au MHSC, en provenance du Club Bruges (D1 belge)En pleine reconstruction de son couloir gauche défensif après les départs de Mihailo Ristić et Ambroise Oyongo, le MHSC officialise aujourd’hui l
Lire la suite