Maxime Esteve, en toute humilité | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Maxime Esteve, en toute humilité

Lancé dans le grand bain pour pallier les nombreuses absences en défense dès la 1ère journée contre l’OM, le jeune défenseur de 19 ans s’est installé en charnière centrale. Pas de quoi faire tourner la tête de ce pur produit de la formation montpelliéraine. Rencontre 

L’histoire n’est pas si lointaine et Maxime Esteve la raconte avec des étoiles plein les yeux : « Je me souviens de ce match contre Strasbourg, de ce penalty arrêté par Johann Carrasso qui se rompt le ligament croisé du genou sur le coup et de cette fameuse montée en Ligue 1. J’étais dans les tribunes tout au long de cette saison-là. Sur le terrain, il y avait Messieurs Carotti et Delaye, ainsi que Tino Costa, mon joueur fétiche à l’époque. Sur les coups de pied arrêtés, il était juste incroyable. »

Douze ans ont passé et Maxime Esteve a gardé cette ferveur pour le MHSC où il est arrivé à l’âge de 12 ans, ainsi que ses yeux d’enfant lorsqu’il évoque ses débuts professionnels, lui qui a vécu son baptême du feu en Ligue 1 le 8 août dernier face à l’OM. « Quand j’étais gamin, j’aillais aux matchs tous les week-ends, alors forcément oui, j’ai rêvé d’être là, avoue-t-il. Savoir qu’aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir défendre les couleurs de ce club sur le terrain, c’est quelque chose d’énorme. »

Il est vrai que la trajectoire de ce jeune homme de 19 ans, a des allures de conte de fée. Après avoir fait un an de basket (il ne mesurait pas encore 1m93 comme aujourd’hui, mais avait sans doute déjà le physique de l’emploi), Maxime Esteve a tapé ses premiers ballons à Canet d’Hérault entre 7 et 11 ans avant de rejoindre le MHSC dans la foulée et de déménager à Pérols pour éviter la récurrence de trop longs trajets. S’en est suivie une formation 100% orange et bleue, qui le vit passer successivement dans les équipes d’Etienne Gaury, François Kieffer, Romain Pitau, Gilles Beaumian, Frédéric Mendy, Bruno Lippini, Frédéric Garny et enfin, à nouveau Romain Pitau l’an passé en N3 avec l’équipe réserve. Ce qui est plus étonnant, c’est son cheminement sur le terrain : « Au départ, j’ai été recruté en numéro 10, sans doute parce qu’à cet âge-là, les joueurs de grands gabarits et les plus rapides sont souvent les meilleurs ;

il y a très peu d’erreurs techniques et beaucoup plus de lucidité et dans la gestion des temps forts et des temps faibles

A l’époque, j’avais la chance d’être un peu en avance sur les autres physiquement », explique-t-il. « J’ai aussi joué en attaquant de pointe et en position d’ailier gauche, mais dès que j’ai intégré le Centre de Formation du MHSC, j’ai reculé au poste d’arrière gauche, jusqu’à la saison passée où Romain Pitau m’a décalé en charnière centrale. »

Le champion de France 2012 avec le MHSC a vraiment eu du flair sur le coup. Aligné en charnière centrale en ouverture du championnat face à l’OM, Maxime a montré d’emblée qu’il n’avait pas froid aux yeux malgré le contexte et la présence à ses côtés du jeune Matheus Thuler qui découvrait lui aussi l’élite hexagonale : « J’ai ressenti un peu de pression, bien sûr, mais de la bonne pression, raconte-t-il. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre et une belle carte à jouer car il y avait beaucoup d'absents à ce moment-là et que je devais saisir ma chance en donnant le maximum. » Quant aux différences entre la N3 et la Ligue 1, le jeune défenseur reconnait que le changement est important : « Il y a la vitesse, la technique, la vélocité des joueurs… mais ce que je retiens surtout, c’est qu’il y a très peu d’erreurs techniques et beaucoup plus de lucidité et dans la gestion des temps forts et des temps faibles. Je pense que concentration est le mot le plus qui synthétise un peu tout car l'adversaire est très malin. Il faut toujours rester vigilant. Une seconde d’inattention et c’est trop tard… »

J’essaie de profiter du moment présent tout en étant conscient que tout peut aller très vite dans un sens comme pour l’autre

Depuis ses débuts réussis, sa progression est aussi régulière qu’impressionnante. Apparu lors de 10 des 11 premiers matchs de championnat cette saison (7 titularisations), Maxime réalise des prestations de plus en plus convaincantes et apporte sa vitesse dans l’axe. « Ça se passe de mieux en mieux », estime-t-il modestement, tout en tenant à souligner l’importance de la présence à ses côtés de Mamadou Sakho. « Je lui pose beaucoup de questions et je suis très attentif à ses réponses et à ses conseils. Quand on est jeune et qu’on évolue aux côtés d’un tel joueur, on boit ses paroles. Je n’imaginais pas un jour faire la paire en pro avec un joueur comme lui que je regardais à la télé il n’y a pas si longtemps ».

Là encore, ses yeux d’enfants et son bonheur d’être là sont palpables… Mais si les messages positifs qu’il reçoit et l’engouement naissant qu’il génère auprès des supporters « lui font très plaisir », Maxime Esteve n’en garde pas moins la tête sur les épaules : « J’essaie de profiter du moment présent tout en étant conscient que tout peut aller très vite dans un sens comme pour l’autre. Je donne tout pour être le meilleur possible et donner raison aux gens qui disent du bien de moi. Cela dit, j’essaie aussi d'être réaliste : J'arrive dans un monde où, pour l’instant, tout se passe bien mais il faut que je fasse en sorte que ça continue de bien se passer justement… » Une belle leçon d’humilité qui trouve son prolongement quand on évoque la signature de son premier contrat professionnel en septembre dernier. « J’en suis très fier et très honoré, avoue-t-il d’emblée. Maintenant, je pars toujours dans l’optique de dire que  je ne suis pas réellement un joueur professionnel, tant que je n’ai pas joué entre 50 et 100 matchs au moins en Ligue 1 »

le contenu est bon. Nous devons juste gagner en expérience, tous ensemble

Ce dimanche face à Nantes à La Mosson, il pourrait déjà disputer la 11ème rencontre de Ligue 1 de sa jeune carrière. Et comme le jeune homme regarde pas mal le foot à la télé, il a déjà cerné les contours du prochain adversaire de son équipe : « Nantes réalise un bon début de saison avec un effectif qui est pourtant quasiment le même que celui du dernier exercice lors duquel les Canaris étaient en difficultés, Il leur fallait sans doute un peu de temps pour se roder, et aujourd’hui, Nantes réalise de très belles performances. Ça promet une très belle opposition et nous allons tout faire pour décrocher les 3 points », analyse-t-il avant d’évoquer plus précisément les performances du MHSC : « Je trouve notre début de saison plutôt bon, et, même lorsque nous n’avons pas gagné, nous n’avons jamais été très loin de faire un résultat positif, que ce soit contre l’OM ou Lille où l’on ne perd que par un but d’écart ou contre Troyes où on arrive à arracher un point à 10 contre onze. Nous pourrions peut être avoir 6 ou 7 points de plus au compteur, mais le contenu est bon. Nous devons juste gagner en expérience, tous ensemble. »

Un gain d’expérience que cet admirateur de Presnel Kimpembe a aussi pu engranger récemment en disputant un match amical avec l’équipe de France U20 : « Pour être honnête et réaliste, plus jeune, je n'avais pas le niveau pour prétendre aux sélections de jeunes, alors je ne regarde jamais les listes de ma génération. C'était même totalement sorti de ma tête, avoue celui qui a évolué en charnière centrale lors de cette sélection avec le joueur du Bayern, Tanguy Kouassi. Quand Monsieur Delaye est venu m’annoncer cette sélection, j'étais très surpris et très content. Au final, tout s’est bien passé et j’espère évidemment y retourner. »

Quand tu es né ici, que tu es amoureux du club et que tu as la chance de défendre ces couleurs, la joie est immense

Un début d’aventure en bleu qui assoit encore un peu plus le bon début de saison du jeune défenseur pailladin pour qui tout va décidément très, très vite. Pas trop vite même Max ? « Je n’ai pas peur que ça aille trop vite, non, parce que c'est ce que je voulais : jouer régulièrement, vivre cette passion avec ce club auquel je suis très attaché et dont je suis fier de défendre les couleurs. A moi de rester concentré, de continuer de m’améliorer et de ne surtout pas m'enflammer. Le danger serait de vouloir faire ce que je ne sais pas faire. »

Homme posé qui « aime simplement passer du temps avec des amis » Maxime Esteve est aussi et surtout un grand passionné de cinéma. De quoi mesurer pleinement la qualité du début de scénario de sa carrière pro « Quand tu es né ici, que tu es amoureux du club et que tu as la chance de défendre ces couleurs, la joie est immense et je suis le plus heureux du monde d’être-là, conclut-il. Quand nous avons battu Lens il y a 15 jours, j’ai eu des frissons au coup de sifflet final. Gagner dans cette ambiance magnifique, c’était un super moment, l‘un des meilleurs moments de ma jeune carrière. C’était un plaisir monstre. » S’il continue comme il a commencé, avec écoute, travail et humilité, la suite promet d’être encore plus belle…

A lire également

19mai2022

Info Club

"Ils s'étaient dit rendez-vous dans 10 ans..." dit la chanson. Nos Champions, eux, n'ont pas manqué leur rendez-vous avec les suppportersAprès la belle fête des 10 ans du titre au Stade de La Mosson, nos Champions ont prolongé leur
Lire la suite

17mai2022

Info Club

Samedi, le MHSC lui a rendu l'hommage qu'il méritait avant la rencontre MHSC vs PSG.Vitorino Hilton a pris le micro pour conclure cette journée très spéciale pour lui et pour tous les amoureux du Montpellier Hérault SC. Ecoutez-le ci-dessous
Lire la suite