Le bonheur est dans le prêt : Marie Petiteau | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Le bonheur est dans le prêt : Marie Petiteau

Après Clément Vidal hier, rencontre aujourd'hui avec la jeune gardienne Marie Petiteau (19 ans), prêtée cette saison à l'US Saint-Malo en D2 féminine

Marie, en premier lieu comment vas-tu ?
Ça va super bien merci beaucoup. Tout se passe très bien pour moi depuis le début de la saison à Saint-Malo. En plus du côté foot, j'ai la chance de pouvoir continuer mes études de kiné en parallèle du côté de Rennes. Même si cela fait une grosse charge de travail, et un peu de route cela se fait (sourire). Le club fait en sorte que mon double projet puisse se concrétiser, j’en suis très heureuse et je croise les doigts pour que ça continue comme ça, dans le bon sens.

Tu as choisi de rejoindre Saint-Malo en D2 cet été sous forme de prêt. Pourquoi et qu'est-ce qui t'a précisément attiré dans ce
projet ?

Je savais que si je restais à Montpellier, je n'allais pas avoir beaucoup de temps de jeu, ce qui constituait un problème dans ma tête, à la fois pour ma progression et aussi dans l'optique de participer à la coupe du monde des moins de 20 ans l'été prochain avec l'équipe de France. Je souhaitais vraiment jouer, tout en ayant la possibilité de réaliser mon double projet avec mes études en parallèle comme je le disais précédemment. Du coup, si j'ai choisi Saint-Malo, c'est aussi, parce que le club m'offrait la possibilité d'allier le foot et les études, ce que d'autres formations ne m'offraient pas forcément. Au départ, je ne pensais pas à l'option d'être prêtée mais le MHSC a émis l'idée et cela s'est fait naturellement.. Toutes les parties étaient OK.

Comment décrirais-tu ce club et cette ville de Saint-Malo ?
Il fait froid mais l'air breton est bon (sourire). Il y a la mer juste à côté et le cadre de vie est absolument magnifique. Concernant le club, je m'y suis très vite sentie bien intégrée et il y a tout pour réussir. Le coach fait énormément confiance aux jeunes et je me sens vraiment bien dans cette équipe.

Jusqu'ici tu n'avais connu que des clubs pros (Bordeaux et Montpellier). Tu découvres cette saison un club amateur. Comment le vis-tu ?
Très bien. On ressent un petit décalage dans le sens où on n'a pas forcément autant d'entraînements, mais aussi et surtout parce qu'on s'entraîne le soir. Peut-être que certaines personnes pourraient être gênées par ça, mais pour ma part, cela me convient très bien car ça me permet de concilier mes études la journée, de m'entraîner le soir et de jouer régulièrement à un bon niveau. C’est un bon moyen de poursuivre ma progression, puisqu’après les U19 et les entraînements de D1, je découvre la D2 cette saison. Ce changement de statut ne m'a pas du tout dérangé.

Comment te sens-tu dans cette équipe et comment est-ce que tu la décrirais ?
Je me sens très bien dans cette équipe. J’ai été très bien intégrée et tout se passe très bien avec le groupe. Au niveau du jeu, je dirai que nous avons une équipe qui joue beaucoup sur la vitesse de ses attaquantes mais tout en pratiquant tout de même un football de qualité.

Quel regard portes-tu sur ton début de saison personnel ?
Je me suis blessée contre Nantes en tout début de saison (4ème journée, le 3 octobre NDLR), en me luxant l'épaule, ce qui m'a privée de deux ou trois matchs. La prise en charge de la blessure et le retour se sont très bien passés et je suis revenue assez vite. Le coach m'a directement mise en position de titulaire. Après, je ne vais pas cacher que la saison dernière ayant été tronquée par la crise sanitaire, qui avait interrompu le championnat U19, cela faisait très longtemps que je n'avais pas joué de match. Ça m'a vraiment fait du bien d'enchaîner les rencontres. Au début, j'ai vraiment eu besoin d'un petit peu de temps pour retrouver mes repères car, pour une gardienne, l’entraînement ne suffit pas, il faut jouer pour retrouver ses marques, notamment dans l'espace et au niveau des trajectoires de balles. C’est revenu peu à peu, mais même si je sens que cela revient au fil du temps, j'ai conscience que je dois encore progresser dans certains secteurs de mon jeu ; et c'est à cela que je m'évertue au quotidien l'entraînement. Quoiqu'il en soit, je me répète, ça fait vraiment du bien de jouer et je suis contente de retrouver de bonnes sensations. Je sens que ce prêt me permet de progresser. C'est une bonne chose dans l'optique de revenir plus forte.

Quel regard portes-tu sur votre saison sportive ?
Notre début de saison a été quelque peu compliquée, ce qui est notamment dû au fait il y a eu beaucoup d'arrivées à l'intersaison. Il nous a fallu un petit peu de temps pour nous connaître, apprendre à évoluer ensemble et trouver des automatismes ; cela va  beaucoup mieux aujourd'hui. Ce groupe a toujours eu beaucoup de qualités sur le plan individuel, on l'a senti dès le départ, mais on avait du mal à jouer ensemble, ce que nous parvenons à faire depuis plusieurs matchs désormais et les résultats s'en ressentent de manière positive.. Ça marche mieux.

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour la suite de la saison ?
Personnellement, c'est de jouer un maximum de matchs, de continuer à gagner du temps de jeu et de l'expérience tout en prenant le moins de buts possible car ça reste le plus important pour une gardienne (sourire). Collectivement, nous visions la montée avant l'ouverture du championnat mais notre début de saison compliqué nous a fait perdre un petit peu de temps et du terrain. Cela dit, il suffit que nous fassions une bonne série et qu'à l'inverse les équipes de devant perdent des points et tout peut très vite être relancé et les cartes redistribuées. La porte reste ouverte.

Toi qui n'avais joué jusqu'ici que dans les championnats de jeunes, que t'inspire cette D2 féminine ?
Le niveau est très homogène. On voit très bien au classement qu'entre les quatre premières, ça va se jouer à rien pour le titre final et l'accession qui va avec. Après, je trouve que c'est un championnat qui donne beaucoup sa chance aux jeunes joueuses. Dans beaucoup d'équipes, les joueuses les plus âgés ont 31 ou 32 ans et pour le reste il y a beaucoup de jeunes. Sur le plan du jeu, ça va moins vite qu'en D1, il y a moins de petit jeu, de jeu dans les pieds, c'est forcément un petit peu différent mais c'est très enrichissant. Je pense que c'est une bonne chose de passer par ce championnat pour s'aguerrir.

Qu’est-ce qui surprend le plus quand on arrive dans ce championnat ?
Je dirai la vitesse. La transmission des ballons est beaucoup moins rapide que dans l'élite. Mais c'est vraiment très bien pour moi d'avoir connu toutes ces étapes : je suis passée par les U19, je me suis entraînée avec la D1, maintenant je découvre la D2, avant, je l’espère, de revenir en D1 au MHSC.

Justement, revenir au MHSC fait toujours partie de tes plans ?
Bien sûr que oui ! Mon objectif est vraiment de prendre du temps de jeu à Saint Malo, de gagner en expérience, de progresser pour pouvoir apporter un maximum à mon équipe actuelle et revenir ensuite plus forte à Montpellier. J'ai signé un contrat longue durée au MHSC et je souhaite vraiment m'y imposer.

Quel regard portes-tu sur notre saison montpelliéraine ?
J'ai pu observer quelques matchs et, sur ce que j'ai vu, j'ai impression que l'équipe a eu un bon déclic et qu'il y a du mieux par rapport à la saison passée. C'est difficile de savoir précisément ce qu’il s’est passé, car je ne connais pas toutes les joueuses de l'effectif, je ne vis pas dans le groupe donc c'est toujours délicat de porter un regard extérieur sur la situation mais ça fait plaisir de voir Montpellier gagner

On imagine que la perspective de jouer la coupe du monde U20 cet été avec potentiellement d'autres  joueuses montpelliéraines est aussi un objectif pour toi ?
Bien sûr ! C'est aussi pour cela que j'ai fait le choix de partir en prêt à Saint-Malo car il était important pour moi de jouer en club  pour pouvoir prétendre à la sélection et disputer cette fameuse coupe du monde. Je savais que sans jouer ce ne serait pas possible. C'est forcément dans un coin de ma tête j'ai très envie d'y être.

Pour conclure, quel message souhaiterais-tu faire passer aux supporters, aux dirigeants et aux joueuses du MHSC ?
Je leur souhaite les meilleures fêtes possible, malgré le contexte du Covid qui est toujours présent, ce qui est forcément particulier. Je leur souhaite de profiter au maximum de leur famille ; c’est ce que je vais  faire d'ailleurs en rentrant quelques jours sur Bordeaux. La famille est quelque chose de très important. Je souhaite évidemment à tous les membres du club sur le terrain comme en dehors ainsi qu'aux supporters la meilleure deuxième partie de saison possible, ainsi que le meilleur hors du terrain pour l'année 2022.

A lire également

02juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

26juin2022

Féminines

Après le forfait de dernière minute de maelys mpome, Judith coquet sera la seule représentante du MHSC au sein de l’équipe de France U19, qui débute ce lundi son Championnat d’Europe en République tchèque face au Pays hôte (11h)
Lire la suite

21juin2022

Équipe pro

Le jeune latéral gauche (24 ans) débarque en prêt au MHSC, en provenance du Club Bruges (D1 belge)En pleine reconstruction de son couloir gauche défensif après les départs de Mihailo Ristić et Ambroise Oyongo, le MHSC officialise aujourd’hui l
Lire la suite