Le beau roman de Nicholas Gioacchini | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Le beau roman de Nicholas Gioacchini

Arrivé de Caen cet été, le jeune attaquant de 21 ans est devenu à cette occasion le premier joueur américain de l‘histoire du MHSC. Rencontre avec un garçon posé, à l’itinéraire aussi atypique que passionnant.

Au détour de cet entretien, Nicholas Gioacchini nous a avoué aimer la lecture ;  ça tombe bien car, à 21 ans à peine, sa vie pourrait presque ressembler à un roman tant son parcours est atypique et enrichissant.
Né le 25 juillet 2000, Nicholas a vu le jour à Kansas City où son père, d’origine italienne, travaillait dans l’industrie des pâtes. Huit ans plus tard, la famille Gioacchini a ensuite rejoint l’Italie : « Toujours en raison du travail de mon père et parce que nous voulions découvrir la culture italienne, apprendre la langue… et finalement, nous y sommes restés presque 4 ans », raconte Nicholas. C’est durant cette période en Emilie-Romagne  que Nicholas Gioacchini affine son goût pour le soccer, là où les ressortissants du pays de l’Oncle Sam préfèrent d’ordinaire le football américain :  « Franchement, je ne sais pas quand j’ai tapé dans un ballon pour la première fois mais, pour moi, le football s’est toujours joué avec les pieds. Je n’en avais pourtant jamais vu mais dans ma tête, c’était comme ça, sourit-il. Ensuite j’ai commencé à regarder le foot à la télé, notamment l'AC Milan et j’ai découvert le foot en club. » Une passion naissante qu’il a ensuite continué d’assouvir à son retour aux Etats-Unis, près de Washington où il a passé les 3 années suivantes, avant de rejoindre la France à l’âge de 15 ans. « D’ailleurs, le soccer est de plus en plus répandu aux Etats-Unis, assure Nicholas. Dès que tu vois un terrain en herbe, tu peux être sûr que c’est pour du foot ».

Plusieurs clubs étaient intéressés par ma venue, mais Montpellier m’a semblé être la meilleure option

Passé par le Red Star puis le Paris FC, un souci de licence l’a privé de compétition durant 9 mois avant de pouvoir intégrer l’équipe parisienne en U19. Repéré par le SM Caen, il rejoint ensuite le club normand où il enchaîne les matchs en réserve avant d’être lancé en L2 par Pascal Dupraz et de connaître un baptême du feu idéal le 25 octobre 2019 sur la pelouse du… Paris FC. « Caen n’était pas en bonne position au classement et le coach avait choisi de me titulariser parce que Malik Tchokounté s’était blessé durant la semaine… et au final j’ai marqué mon 1er but. » Le technicien haut-savoyard avait eu un sacré flair sur le coup, et il continuera à faire régulièrement jouer Nicholas jusqu’à son départ de Malherbe en mars dernier. Moins sollicité par son successeur, le néo-Montpelliérain – qui se définit comme « un attaquant plus axial qu’ailier, qui aime se retourner et prendre la profondeur » et qui  doit encore s’« améliorer dans tous les secteurs du jeu » – s’est donc retrouvé à la croisée des chemins durant le mercato estival 2021. Un temps annoncé en MLS – « Ma carrière en Europe vient de démarrer, j’ai plein de choses à accomplir ici et ce n’était pas le moment de rentrer aux USA, plus tard peut-être » – le jeune attaquant de 21 ans a donc rallié le MHSC durant la dernière journée du mercato : « Plusieurs clubs étaient intéressés par ma venue, mais Montpellier m’a semblé être la meilleure option, explique cet admirateur de Zlatan Ibrahimovic. C’est un bon club, très familial et qui me donnait l’opportunité de découvrir la Ligue 1 et je m’y sens déjà très bien. Tout est fait pour le bien-être du joueur et j’ai la chance d’être entouré par des coéquipiers qui ne sont pas seulement bons sur le terrain. Ce sont aussi de bons garçons en dehors. C’est très important »

j’ai la chance d’être entouré par des coéquipiers qui ne sont pas seulement bons sur le terrain. Ce sont aussi de bons garçons en dehors.

S’il n’a pas été décisif dès son premier match  officiel sous le maillot pailladin contre Saint-Etienne comme il l’avait été avec Caen, Nicholas Gioacchini poursuit peu à peu son apprentissage de la Ligue 1 :  « Je trouve qu’il y a plus d'espace qu’ en Ligue 2, tu as plus de temps pour te retourner et aller vers l’avant, explique-t-il. Je trouve aussi que les joueurs font beaucoup moins d’erreurs individuelles »
Pas encore titularisé en L1 par son nouvel entraîneur, Olivier Dall’Oglio, le nouveau n°23 montpelliérain (qui a choisi ce numéro en référence à un certain Michaël Jordan), pourra peut-être grappiller un peu plus de temps de jeu dimanche contre Lens : « C’est une équipe très costaud, qui sort d’une belle saison et qui est en train de confirmer cette année, détaille Nicholas. Concernant mon temps de jeu, je n’ai pas à me plaindre. Je suis très heureux d’être là et je garde à l’esprit que beaucoup de jeunes garçons aimeraient être à ma place. Même si je veux plus toujours, je ne vais pas bouder. Je suis fier de ce que j'ai fait jusqu’ici et je dois continuer à travailler pour progresser. Mes objectifs ? En tant qu’attaquant, je dois être décisif à chaque fois que je suis sur le terrain. Après, je n’aime pas me fixer d’objectifs chiffrés ou ce genre de chose. Je suis plus dans le collectif. Je veux juste aider l’équipe à trouver une place en haut de tableau pour le futur. » Une chose est sûre, la situation comptable de son équipe ne l’inquiète pas plus que cela : « C'est une équipe neuve, il y a des joueurs clés qui sont partis, d’autres qui sont arrivés, beaucoup de jeunes joueurs aussi… C'est difficile d'avoir des résultats dès le début quand il y a de gros changements. Je ne suis pas inquiet, ça prend juste un peu plus de temps. »

Mon but n’est pas juste d’être le 1er Américain de l’histoire du club, c’est de marquer mon passage ici de manière positive

Né d’un père italien et d’une mère d’origine jamaïcaine ; et après avoir grandi aux Etats-Unis puis en France, Nicholas Gioacchini pouvait opter pour une de ces 4 nationalités sportives, mais a finalement choisi de défendre les couleurs de la sélection américaine. Une décision qu’il explique posément, toujours dans un français absolument parfait : « Dans le cœur je suis Américain, dit-il d’emblée. J’ai vécu plus là-bas qu'ailleurs et, quand je rentre aux États-Unis, je me sens chez moi. Concernant la sélection, c’est une équipe très jeune mais avec tout de même pas mal d’expérience puisqu’elle compte dans ses rangs des joueurs comme Pulisic (Chelsea), McKennie (Juventus) ou Dest (FC Barcelone). Même si je n’ai pas été appelé lors du dernier rassemblement, j’espère pouvoir y figurer de plus en plus régulièrement et être décisif. »  Avec sans doute la prochaine Coupe du Monde dans un coin de sa tête.

En attendant, Nicholas Gioacchini espère porter haut les couleurs de son pays au sein du MHSC, dont il est devenu le 1er joueur américain de l’histoire : « C’est un grand plaisir et une fierté pour moi d’être là, mais faut être performant. Maintenant, l’histoire il faut l’écrire, sourit-il. Mon but n’est pas juste d’être le 1er Américain de l’histoire du club, c’est d’être le 1er à marquer un but avec ce maillot et de marquer mon passage ici de manière positive. Je suis un combattant et je vais donner le maximum, notamment pour faire plaisir à nos supporters qui nous soutiennent avec beaucoup de ferveur. »

Le discours est aussi sincère qu’intelligible, au point de se demander si ce garçon d’une maturité étonnante n’a réellement que 21 ans : « C’est vrai que j’ai déjà vécu pas mal de choses, proportionnellement à mon âge, mais il y en a sans doute d’autres qui en ont vécu plus que moi, temporise-t-il. Je suis d’un naturel assez timide en dehors du terrain, je fais ma vie tranquillement. Mais, au-delà de ça, j’ai toujours trouvé qu’il était mieux d'écouter les gens que de parler, car ça permettait d’apprendre toujours plus ; ma mère m’a élevé comme ça. » Plutôt que de parler, le jeune homme préfère continuer d’écrire sa propre histoire. Pas étonnant pour un garçon qui aime les livres…

A lire également

17oct2021

Équipe pro

LE dimanche 31 octobre (15h), Le Mhsc recevra le FC Nantes dans le cadre de la douzième journée de championnat. Un match durant lequel les joueurs montpelliérains auront une nouvelle fois besoin de votre soutien. Entre une équipe du mhsc qui
Lire la suite

26oct2021

Équipe pro

Ancien joueur et éducateur du club, le nouvel entraîneur des gardiens montpelliérains, Jean-Yves Hours  est rentré au bercail cet été pour reprendre le fil d’une carrière riche de multiples expériences. Rencontre avec un homme à la bonne
Lire la suite

24oct2021

Équipe pro

Ce dimanche en fin d'après-midi le MHSC se déplaçait chez l'AS Monaco pour le compte de la 11 journée. Les Pailladins se sont inclinés 3-1.Très vite menés au score sur des buts de Volland et Ben Yedder (2-0), les Pailladins ne se sont pas
Lire la suite