Elye Wahi : « Toujours essayer de progresser » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Elye Wahi : « Toujours essayer de progresser »

Il y a à peine un peu plus d'un an, le 15 janvier 2021, le jeune attaquant montpelliérain –tout juste 18 ans à l'époque – inscrivait son premier but chez les professionnels face à l’AS Monaco à La Mosson. À l'heure de retrouver les Monégasques ce dimanche Elye revient sur cette année 2021 assez folle pour lui et sur ses aspirations futures, toujours avec le sourire et la tête sur les épaules

Il y a un peu plus d'un an, tu marquais ton 1er but en professionnel contre Monaco. Quel souvenir gardes-tu de ce moment précis ?
C'était ma deuxième apparition avec les pros, après être entré en jeu quelques jours plus tôt contre Metz à La Mosson. Concernant le but en lui-même, le ballon circulait bien sur le côté. Junior (Sambia) décale Andy (Delort) qui centre. De mon côté, je suis au second poteau et ma reprise finit au fond. Comme vous avez pu le voir sur les images, j’étais très heureux et je suis parti célébrer le but... C'était vraiment un moment de joie intense. Rééditer cette performance et marquer à nouveau aujourd’hui contre le même adversaire, un an plus tard, je vous avoue ce serait plutôt sympa (sourire).

Depuis ce fameux but, tout est allé très vite pour toi. Comment l’as-tu vécu ?
Tout s'est fait naturellement. Je me suis simplement focalisé sur ce que j'avais à faire sur le terrain, que ce soit aux entraînements ou en match, et tout s'est bien passé. Je ne me suis jamais posé trop de questions jusqu’ici, alors j’essaie de ne pas m’en poser plus. J’essaie simplement de profiter du bonheur de jouer qui est le mien, tout en gardant à l'esprit d'essayer de continuer à progresser.

On dit souvent que lors d'une deuxième saison chez les pros, l'effet de surprise ne joue plus. N'as-tu pas senti de pression supplémentaire ou de changement de regard de la part de tes adversaires ?
Quand tu es un jeune joueur et que tu marques très rapidement dans ta carrière, comme j’ai eu la chance de le faire la saison dernière, le regard change forcément. Il est certain qu'aujourd'hui je me sens un peu plus observé, que les entraîneurs et les défenseurs adverses me connaissent mieux ; et qu'ils essaient de me déstabiliser un peu plus aussi, mais ça fait partie du jeu. De mon côté, j'essaie de jouer mon jeu, avec le même état d'esprit c'est-à-dire en ayant autant d'insouciance, et en essayant de progresser aussi, toujours...

marquer, c'est la meilleure chose pour la confiance d'un attaquant

Ton début de saison a été un peu plus compliqué, tu as moins joué. Comment l'as-tu vécu ?
Je me suis simplement dit que je devais continuer à travailler, que mentalement j'étais prêt et que mon heure allait finir par arriver. Quand tu es jeune, toute expérience est bonne à prendre. J'ai toujours dit à mes proches que cette période où je jouais moins faisait partie de mon apprentissage. Je n'ai pas du tout pris ça pour une sanction et, aujourd'hui, je pense que je suis bien revenu.

On a senti que le but contre Nantes avait été comme un déclic pour toi, un soulagement…
Je pense que tout le monde l’a vu : ce but m'a fait énormément de bien, à moi bien sûr, mais aussi à l'équipe car il nous a permis de nous mettre à l'abri. Ce but m'a bien relancé sur le plan personnel et j'étais très fier de l'avoir marqué pour aider mes coéquipiers. Je n'ai jamais ressenti de pression ou de stress jusqu'ici durant ma carrière ; Dieu m'en a épargné et j’en suis content. J'étais simplement dans la position d'un attaquant qui n'avait pas marqué depuis longtemps, et tout le monde sait que marquer, c'est la meilleure chose pour la confiance d'un attaquant.

En quelques semaines, que ce soit contre Nantes, Clermont ou Brest, tu as marqué trois buts totalement différents…
Oui. Contre Nantes, c'était un tête-à-tête gagné avec le gardien alors que j'étais parti en profondeur, comme à Metz quelques jours plus tard d'ailleurs. Contre Clermont, le but est complètement différent et plutôt sympa, mais je ne peux pas vous dire que quand j'ai reçu le ballon, je savais où j'allais le mettre ; ce n'est pas vrai. Je suis avant tout un joueur d'instinct. À des moments, quand tu es attaquant, si tu te poses trop de questions quand tu reçois le ballon, si tu penses où tu vas le placer et quelle surface de pied tu vas utiliser, c'est déjà trop tard et le défenseur est revenu. J'ai simplement joué à l'instinct et ça m'a souri en finissant au fond des filets.

Ce qui est bien dans ce groupe, c'est que personne ne doute. Nous avons tous le même état d'esprit et le même objectif qui est d'aller le plus loin possible ensemble

Et puis il y a ce magnifique but d'une tête plongeante contre Brest, alors que le jeu de tête n’est pourtant pas, à priori, ta qualité première…
Moi non plus, je ne savais pas que j'avais un bon jeu de tête (sourire). Plus sérieusement, Téji (Savanier) me met un super ballon, j’arrive à bien analyser la trajectoire ballon, je me jette et ça file au fond des filets. Même moi j'étais surpris de voir où j’avais réussi à placer le ballon (sourire).

Quel regard portes-tu sur cette année civile 2021 qui a été assez magnifique pour toi ?
Il est vrai que cette année 2021 a été très positive pour moi avec mes débuts en L1, pas mal de matchs et quelques buts avec le club, les équipes de France de jeunes aussi… J’espère que cela va se poursuivre de manière très positive cette année pour moi mais aussi surtout pour l'équipe. Jusqu'ici, le parcours que nous réalisons avec le groupe est très intéressant et j'espère qu'il y aura quelque chose de positif à accrocher en fin d’exercice. Nous avons terminé la première partie de saison en étant cinquième, ce qui constitue une très belle performance. Ce qui est bien dans ce groupe, c'est que, que ce soient les titulaires, les remplaçants, ceux qui entrent en jeu où ceux qui jouent moins, personne ne doute. Nous avons tous le même état d'esprit et le même objectif qui est d'aller le plus loin possible ensemble. Je pense que c’est cet état d'esprit qui fait que nous avons réalisé une aussi belle première partie de saison. Nous ne savons pas où nous serons au classement au mois de mai, c'est beaucoup trop tôt pour le dire, mais nous allons tout faire pour rester le plus possible. Tout le monde est prêt à jouer et à apporter sa pierre à l'édifice.

En quoi as-tu et en quoi dois-tu encore progresser ?
Je dois encore progresser au niveau de mon cardio, c'est-à-dire de mon volume de courses et d'appels ; mais aussi parvenir à rester à haute intensité pendant 90 minutes. J’ai parfois entendu dire durant ma formation que je ne courais pas assez et je pense que, peu à peu, les gens s'aperçoivent que je progresse de ce point de vue-là, même si je dois encore faire plus. Je pense aussi avoir progressé en termes de placement et sur l'aspect défensif quand l'équipe n'a pas le ballon. Cela dit, dans ce secteur comme dans beaucoup d'autres, je suis encore très jeune. Même certains aspects de mon jeu s’améliorent, je dois continuer à les travailler pour être encore meilleur.

je ne me suis jamais arrêté à l'âge. Je continue de faire ce que je fais, mais en essayant de le faire encore mieux et de continuer à progresser.

Ça fait quoi de faire partie des porte-drapeaux du Centre de Formation en équipe première ?
C'est une fierté. Je continue d'ailleurs d’aller au Centre régulièrement pour discuter avec les jeunes, leur faire un petit coucou, car je n'oublie pas d'où je viens. Si je peux leur donner quelques conseils, s'ils me le demandent, je le ferai toujours avec plaisir. Ça fait aussi plaisir de voir plusieurs jeunes du centre intégrer petit à petit l’équipe première. C'était la volonté du club ; je pense que c'est une bonne chose et ça se passe très bien. En plus, on se connaît tous bien parce qu'on joue ensemble depuis plusieurs années, donc ça facilite les choses. Ça nous permet d'aller plus vite et c'est un plaisir d'évoluer ensemble chez les pros aussi.

Quand on te dit qu'Eden Hazard ou Karim Benzema pour ne citer qu'eux (lire article ci-après) ont inscrit moins de buts que toi au même âge. Qu'est-ce que cela t’inspire ?
C'est flatteur car ce sont des joueurs qui ont marqué le football français et européen. Cela dit, je ne me suis jamais arrêté à l'âge. Je continue de faire ce que je fais, mais en essayant de le faire encore mieux et de continuer à progresser.

Tu es le 2ème plus jeune buteur de l'histoire du club en Ligue 1 et le seul qui a atteint 35 matchs disputés en L1 à seulement 19 ans. On imagine que c'est une fierté pour toi ?
Bien sûr ! En France, les jeunes sont intégrés en professionnel de plus en plus tôt, ils ont l'opportunité de jouer très rapidement aussi et je pense que ça va continuer dans ce sens. Après, vous savez, les chiffres c'est une chose, mais il ne faut pas trop s'arrêter à ça. Il faut toujours penser à progresser et à aller de l'avant. Avoir joué 35 matchs de L1 à 19 ans, c’est très positif, mais il ne faut pas s'arrêter là, je dois continuer à grappiller du temps de jeu et être le plus efficace possible. Je suis encore en apprentissage, mais je ne me pose pas trop de question non plus. Que je sois titulaire ou que je rentre en jeu, je prends ce qu'on me donne et j’essaie de montrer que j'ai du potentiel et que je peux jouer. Dans tous les cas, mon objectif est d'être le meilleur possible pour apporter un plus à l'équipe.

Nous savons que les supporters souhaitent que nous gagnons le maximum de matchs ; c'est notre objectif aussi et nous allons tout donner pour cela

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour la seconde partie de saison ?
L'objectif est de continuer sur notre lancée, de gagner le plus de matchs possible, de prendre des points, et nous ferons un bilan en fin de saison pour voir où nous en sommes. Sur le plan personnel, j’ai des objectifs mais je préfère les garder pour moi. Ma volonté principale c'est de continuer à progresser et d’aider l'équipe.

Tout se passe bien aussi pour toi avec les équipes de France de jeunes où tu as régulièrement marqué lors des derniers rassemblements…
C'est vrai et j'en suis très heureux. Nous avons une belle échéance avec le championnat d'Europe U19 cet été en Slovaquie (les Bleuets doivent d’abord passer le Tour Elite de qualification NDLR). C'est toujours une fierté de représenter le pays où je suis né et où je vis et donc de marquer avec cette tunique bleue sur les épaules. Cela dit, je ne me mets pas de pression supplémentaire avec cette échéance car je sais qu'une sélection éventuelle passe d'abord et avant tout par de très bonnes performances avec Montpellier ; c'est ce que j'essaie de faire au quotidien.

Quel regard portes-tu sur Monaco, votre prochain adversaire qui a changé d'entraîneur il y a peu ?
Monaco a toujours eu de très bonnes équipes, que ce soit chez les jeunes ou les professionnels, et a toujours bien figuré en Ligue 1 mais aussi sur le plan européen. Ils ont un très bel effectif mais nous devons d'abord et avant tout nous concentrer sur nous et sur notre jeu ; en espérant évidemment que cette rencontre se terminera par un résultat positif pour nous.

Pour conclure, quel message délivrerais-tu aux supporters avant le match de cet après-midi ?
Qu’ils continuent à nous donner de l'amour et de la force comme ils le font et que nous allons faire le maximum pour essayer de le leur rendre en étant performants sur le terrain. Nous savons que leur souhait est que nous gagnons le maximum de matchs ; c'est notre objectif aussi et nous allons tout donner pour cela

 

A lire également

21mai2022

Équipe pro

Ce samedi avait lieu le dernier match de la saison 21/22, à cette occasion le MHSC se déplaçait à Angers. .Malgré une bonne débauche d'énergie, les montpelliérains ont été pénalisé en fin de première période par un penalty de Mangani.
Lire la suite

20mai2022

Équipe pro

Il y a 10 ans jour pour jour le MHSC était sacré champion de France après sa victoire à Auxerre (1-2) lors de la 38ème et dernière journée de championnat.John Utaka, auteur des deux buts pailladins, se souvient de cette soirée historique au micro de
Lire la suite