Benjamin Guy, travail et bonheur associés | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Benjamin Guy, travail et bonheur associés

Arrivé cet été dans le sillage d’Olivier Dall’Oglio, le nouveau préparateur physique du MHSC savoure son bonheur d’être ici et parle de son boulot avec ferveur. Rencontre avec un homme passionné

Pendant les presque 20 minutes d’entretien qu’il nous a accordés, jamais son sourire ne s’est départi de son visage. Sa manière de parler de son métier est aussi entraînante que ses encouragements au bord du terrain durant les séances sont appuyés et réguliers. Pas besoin de longtemps pour se rendre compte que Benjamin Guy est un homme passionné : « Si un jour on m'avait dit que je serais à Montpellier, je ne suis pas sûr que je l'aurais cru, assure-t-il d’emblée. C'est une grande fierté d'être là. Je le prends comme un honneur. »

C’est une richesse de pouvoir travailler avec quelqu’un qui fait confiance à son staff

Né à Dijon, ce tout récent quadragénaire « a toujours été attiré par le sport ». Après avoir suivi un cursus à la fac (de sport évidemment), il ne se prédestinait pas à une carrière de professeur d’EPS et a donc rapidement bifurqué sur le haut niveau, l’entrainement et la préparation physique. Arrivé au DFCO en tant que joueur en 1999 (soit un an après la création du club), ce défenseur central ou latéral, a donc, presque logiquement basculé dans la prépa orientée ballon rond, dans son club de cœur. A Dijon, il a presque connu toutes les catégories, des plus petits aux plus grands, en passant même par l’équipe féminine… jusqu’à intégrer le staff de l’équipe fanion masculine durant l’été 2012, au moment de la nomination d’Olivier Dall’Oglio au poste d’entraîneur principal : « A l’époque, je travaillais sur la réserve et le coach chapotait un peu toute les équipes de la formation en même temps », se souvient Benjamin. Il m’a proposé de le suivre dans cette aventure et on travaille ensemble depuis. » A Dijon, Brest et donc, désormais Montpellier, les deux hommes ont tissé un lien fort que Benjamin décrit de la manière suivante : « C’est une richesse de pouvoir travailler avec quelqu’un qui fait confiance à son staff et qui vous laisse travailler de la manière dont vous le souhaitez, explique-t-il. Bien sûr, c’est lui qui décide à la fin, mais on est force de proposition, on ne nous impose pas les choses et je trouve que c’est une richesse, car ce n’est pas le cas de tous les staffs. »

J’essaie de construire les séances avec le staff, en me disant toujours : ''On ne peut pas donner du plaisir tout le temps mais, si j’étais joueur, est-ce que je prendrais du plaisir à faire cette séance ?’’

Au fil de l’entretien, Benjamin Guy développe sa vision de la préparation physique et on se rend vite compte qu’il place l’humain au centre de sa réflexion : « Je pense que, pour être un bon préparateur physique, il faut être curieux de tout, être capable de s’adapter très vite, aller voir ce qui se fait dans toutes les disciplines, mais surtout avoir une bonne capacité d’écoute, ce qui est à mon sens le plus important, souligne-t-il. On travaille sur l’humain, donc, il ne faut pas robotiser trop de choses. » S’il faut transpirer, le préparateur physique n’est donc plus seulement celui qui fait souffrir « Ça, c’est l’image qu’on veut bien donner au préparateur physique mais elle a bien évolué. Les joueurs savent que c’est pour leur bien, nous sommes là pour les entraîner, pour développer leur capacité à optimiser leurs performances, explique Benjamin. J’essaie de construire les séances avec le staff, en me disant toujours : ''On ne peut pas donner du plaisir tout le temps mais, si j’étais joueur, est-ce que je prendrais du plaisir à faire cette séance ?’’ Du coup, j'essaie de construire ces séances en intégrant au maximum : le plaisir, le travail, la technique, la tactique et le physique. » Une philosophie qui trouve son prolongement presque logique dans sa volonté de miser sur une préparation physique intégrée où le ballon est quasiment toujours présent : « On fait parfois des séances qu'on appelle ‘’dissociées’’ ou ‘’associées’’ mais on essaie au maximum de faire ‘de ’l’intégré’’ car ça passe mieux au niveau des joueurs. » Même le traditionnel footing en forêt de la préparation estivale a été moins récurent : « Nous en avons fait un peu, mais plus sous forme ludique, avec du ‘' bike and run’’ ou de la course au trésor. »

Le groupe travaille bien, il est vraiment à l’écoute, très réceptif et s’investit à fond dans ce qu’on lui propose. Il ne rechigne pas  à l’effort

Le genre d’activité qui permet de découvrir un groupe que Benjamin Guy a vite adopté : « Le groupe travaille bien, il est vraiment à l’écoute, très réceptif et s’investit à fond dans ce qu’on lui propose. Il ne rechigne pas  à l’effort, détaille-t-il. J’ai aussi découvert un groupe très sympa mais avec de vrais compétiteurs : quand ils rentrent sur le terrain, ils ne sont pas là pour être gentils mais pour gagner. C’est très bien pour un préparateur physique comme moi car tu sais que tu as affaire à de bons mecs mais quand ils arrivent sur le terrain ils mettent le masque et c'est parti ! »

La semaine passée, le groupe montpelliérain a profité de la trêve internationale pour alterner séances plus intenses et plus légères mais surtout accentuer le travail de « régénération », histoire d’être  prêts pour la réception de Lens. « En début de saison, on est sur une phase de développement des qualités physiques, et, aujourd’hui, nous sommes plus sur une phase d'entretien, détaille Benjamin. Il y a des joueurs qui ont joué un peu plus que d'autres, certains qui jouent un peu moins… il faut être vigilant et prendre en compte tout ça, d’autant que le groupe était un peu fatigué par l’enchaînement des matchs ces dernières semaines. C’est pourquoi la semaine de trêve a beaucoup été axée sur la régénération. » Là aussi, l’aspect ''écoute’’ est important : « J'essaye d'être proche des joueurs, c'est ma façon d'être. J'aime bien communiquer, aller voir les gens, échanger pour essayer d'avoir un maximum d'informations et ainsi pouvoir adapter les séances du mieux possible, explique le nouveau préparateur physique montpelliérain. On planifie des charges de travail avec des entrainements, mais parfois il faut en faire plus ou freiner en fonction des états de forme de chacun. Globalement, il faut reconnaitre que les joueurs sont plus demandeurs de travail qu’autre chose et je trouve que c’est vraiment positif. »

Heureux d’exercer « un métier – passion », Benjamin Guy savoure en tout cas sa nouvelle vie montpelliéraine  « Quand on est sportif amateur comme moi, c’est un bonheur d’être à Montpellier, en Ligue 1, d’entraîner de supers mecs, d’aller dans tous ces grands stades… Comme je le disais précédemment, si, un jour, on m'avait dit ça quand j'ai commencé à jouer au foot, pas sûr que je l'aurais cru. Je mesure tous les jours la chance qui est la mienne d’évoluer dans une structure comme celle-ci. Beaucoup de gens aimeraient être à ma place »  Et ce ne sont pas les 4 derniers points lâchés à la maison qui vont lui faire perdre son sourire, ni altérer son enthousiasme communicatif : « On se dit qu'on aurait tous pu mieux faire, on aurait aimé gagner contre Bordeaux et face à Strasbourg, mais ce n’est pas catastrophique non plus ; il y a de bonnes choses. Désormais c’est le RC Lens, une très belle équipe, qui va se présenter à La Mosson, et cela constitue un beau challenge à relever. »

Il reste un dernier aspect à évoquer : après avoir travaillé à Dijon et Brest, Benjamin Guy découvre cette saison le Sud de la France pour la première fois de sa carrière. Alors… C’est comment l’adaptation Benjamin ?  « Je me suis fait un petit dictionnaire avec certaines expressions, sourit-il d’emblée. Plus sérieusement, quand on est dedans, on se rend compte que l'image des Sudistes est un peu exacerbée par la com et certains journalistes. J’ai découvert des gens vraiment sympas, sincères et qui sont là pour t’accueillir. Je me sens vraiment bien ici, conclut-il. Le club est top, les infrastructures aussi, tout est bien ordonné chacun a ses tâches, l'intégration avec les anciens du staff les administratifs s’est faite naturellement… et, en plus, la ville est géniale. » Quand travail et bonheur sont associés, le résultat parait assuré. En tout cas, le bonheur de Benjamin Guy fait plaisir à voir.

A lire également

17oct2021

Équipe pro

LE dimanche 31 octobre (15h), Le Mhsc recevra le FC Nantes dans le cadre de la douzième journée de championnat. Un match durant lequel les joueurs montpelliérains auront une nouvelle fois besoin de votre soutien. Entre une équipe du mhsc qui
Lire la suite

26oct2021

Équipe pro

Ancien joueur et éducateur du club, le nouvel entraîneur des gardiens montpelliérains, Jean-Yves Hours  est rentré au bercail cet été pour reprendre le fil d’une carrière riche de multiples expériences. Rencontre avec un homme à la bonne
Lire la suite

24oct2021

Équipe pro

Ce dimanche en fin d'après-midi le MHSC se déplaçait chez l'AS Monaco pour le compte de la 11 journée. Les Pailladins se sont inclinés 3-1.Très vite menés au score sur des buts de Volland et Ben Yedder (2-0), les Pailladins ne se sont pas
Lire la suite