Maëlle Lakrar et la quête de la clé orange | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Maëlle Lakrar et la quête de la clé orange

Cadre en équipe de France U 19 et U 20, la défenseur montpelliéraine doit désormais étendre ce statut en club pour franchir un palier. Rencontre à l'heure du déplacement à Dijon ce samedi en championnat (14h30)

Il y a des moments où cela fait du bien d'avoir un week-end de repos et d'autres ou l'on s'en serait volontiers passé. Sans revendiquer quoi que ce soit, Maëlle Lakrar reconnaît que « ça ne l'aurait pas dérangé de jouer directement le week-end suivant » la lourde défaite à domicile contre Lyon il y a deux semaines (0-5). A froid, la défenseur montpelliéraine (20 ans), analyse ce revers face aux Rhodaniennes avec beaucoup de maturité : « Le plus difficile, c'est d’avoir pris 2 buts en 10 minutes. Nous sommes rentrées dans le match avec un manque d'agressivité et contre une équipe comme Lyon, ça ne pardonne pas, reconnait-elle. Même si c’est Lyon en face, ce n'est pas normal. L'objectif était de ne pas encaisser de but au moins jusqu'à la mi-temps mais on a failli et quand tu rentres à 0-3 à la pause, tu sais très bien que le match est plié. Lyon était meilleur que nous, c'est certain, mais nous aurions pu mieux faire. Nous l’avons montré après le repos où nous avons eu le mérite de ne pas lâcher. Désormais il faut repartir de l’avant et je suis sûre que nous en sommes capables. De toute façon, il faut rebondir. »

Être jeune ne veut plus forcément dire grand-chose aujourd'hui. Si tu as 17 ans et que tu as du talent, tu joueras et si tu ne joues pas, c’est que tu dois encore travailler pour progresser

Ça tombe bien, rebond rime avec Dijon, prochain adversaire des Montpelliéraines ce samedi en championnat en Bourgogne (14h30). Un adversaire que Maëlle connaît bien pour l’avoir affronté en octobre dernier lors d'une opposition amicale avec l'équipe de France U20 : « L'année dernière, le DFCO avait déjà une équipe très propre techniquement avec une belle capacité à bien ressortir les ballons mais il leur manquait des qualités de finition devant et je pense qu'elles ont vraiment progressé dans ce secteur cette saison, analyse-t-elle. Ça va être compliqué mais je suis persuadée que nous avons les capacités pour les battre. »

Lors de cette rencontre, l'ancienne défenseur de l'Olympique de Marseille, arrivée à Montpellier il y a deux ans et demi, aura peut-être l'occasion d'enchaîner une troisième titularisation consécutive, ce qui ne lui était jamais arrivé la saison dernière. Alors qu'elle avouait elle-même : « avoir joué davantage qu'elle ne l'aurait espérée » lors de sa première saison héraultaise (16 matchs), son temps de jeu a fondu comme neige au soleil la saison dernière où elle n'a participé qu'à 9 rencontres toutes compétitions confondues. Mais lorsqu'on lui demande si ses difficultés sont dues notamment à la nécessité de digérer la conquête du titre de champion d'Europe U 19 remporté durant l'été 2019, la jeune défenseur analyse la situation, sans se chercher d'excuses. « Quand je suis revenue en club, j’étais dans l'euphorie, et je ne changerai ce moment contre rien au monde, mais je n'avais pas fait la préparation et, après, tout s'est enchaîné, explique-t-elle. Des joueuses qui sont arrivées, elles ont montré leur talent, le coach a fait ses choix et je les respecte. Parfois, c'était compliqué de ne pas jouer mais j'ai continué à travailler et je donne tout pour être sur le terrain le week-end en espérant évidemment jouer le plus de matchs possible à l'avenir. »

notre équipe a une grosse marge de progression

Là réside sans doute tout le défi de Maëlle Lakrar qui, à seulement 20 ans, entame déjà sa 5e saison dans l'élite : celui de n’être encore qu'une jeune joueuse mais dont on attend beaucoup, eu égard à son talent et à son expérience quasi inégalée pour une joueuse aussi jeune : « Être jeune ne veut plus forcément dire grand-chose aujourd'hui. Si tu as 17 ans et que tu as du talent, tu joueras et si tu ne joues pas, c’est que tu dois encore travailler pour progresser. On le voit très bien au MHSC : notre équipe est jeune, elle a une grosse marge de progression et notre coach n’hésite pas à faire confiance aux jeunes justement, explique-t-elle. Sur un plan plus personnel, je suis heureuse de retrouver le rectangle vert. Si le coach me met sur le terrain, ça veut dire qu'il me fait confiance et, de mon côté, j'essaie de faire du mieux possible pour lui rendre cette confiance et que ça l'incite à me titulariser à nouveau le week-end suivant. »

« Jouer le plus de matchs possible » et « décrocher cette qualification pour la prochaine Ligue des Champions, ce dont je suis sûr que l’équipe est capable » sont deux des trois objectifs que se fixent Maëlle Lakrar dans un avenir proche. Le troisième, c'est d'effectuer un beau parcours avec l'équipe de France U20 lors de la Coupe du Monde de la catégorie qui devrait se dérouler en janvier prochain au Costa Rica et au Panama. « Après avoir été championne d’Europe U19, être sacrée championne du monde U 20 ce serait le top du top, reconnait-elle mais j'espère déjà que la compétition pourra avoir lieu malgré la crise sanitaire. Ce qui est sûr, c'est que nous avons une très belle équipe. On s’entend toutes bien, la plupart d'entre nous jouons ensemble depuis les U 16 ce qui nous permet d'avoir les automatismes. Nous avons un bon état d'esprit, un bon staff et je suis persuadée qu'il y a quelque chose de très positif à réaliser. »

Pour l’instant, je dois penser avant tout à progresser et à faire les meilleurs matchs possibles

Une compétition durant laquelle Maëlle Lakrar aura forcément un rôle de cadre puisque, chose très rare, elle disputera cette prestigieuse compétition pour la deuxième fois de sa carrière – « La première fois c'était en 2018. C'était un rêve qui se réalisait et c'était encore plus fort parce que la compétition se déroulait en France, se souvient-elle. Je partais pour ne pas être titulaire, puis le coach m'a fait confiance sur un match et, finalement, j'ai disputé l’intégralité de la compétition. Nous avions terminé quatrièmes (éliminées par l'Espagne en demi-finale), mais je pense que nous aurions pu aller encore plus loin. » (Les Bleuettes avaient également perdu la finale de bronze contre l'Angleterre aux tirs au but NDLR) – C’est vrai que le fait d’avoir déjà joué cette compétition va me servir, d’autant que les plus jeunes nous posent déjà pas mal de questions mais, avec d'autres joueuses qui sont dans mon cas comme Salma Bacha ou Sandy Baltimore, nous savons quoi leur répondre. »

Un statut de leader chez les Bleuettes que Maëlle Lakrar doit désormais teinter d’orange pour l’exporter en club et tenter d’y devenir une titulaire indiscutable. « Il est certain qu’individuellement, j’espère jouer le plus de matchs possible avec le MHSC d’ici la fin de saison et je vais tout donner pour, explique-t-elle. Pour ce qui est du fait de prendre la parole, il est vrai que j'ai l'habitude de le faire en équipe de France où j’ai souvent été capitaine, mais en club c‘est différent, notamment parce qu’il y a des joueuses plus expérimentées que moi. Je pense que je m'améliore aussi de ce côté-là et que ça viendra au fil du temps. Pour l’instant je dois penser avant tout à progresser et à faire les meilleurs matchs possibles. » Si les objectifs sont élevés, la tête reste bien sur les épaules.

A lire également

23nov2020

Équipe pro

Revivez la victoire face à Strasbourg en Inside au plus près du groupe pailladin sur MHSCTV ci-dessous !
Lire la suite

Équipe pro

Dimanche après-midi, le MHSC a décroché une superbe victoire contre Strasbourg à La Mosson (4-3, 11ème journée de Ligue 1 Uber Eats). Revivez ce succès en photos [[nid:23152]]
Lire la suite

Féminines

Ce samedi, les Féminines du MHSC se sont imposées 3-1 face au Havre dans le cadre de la 9e journée de D1 Akema.  Retour sur ce succès en images[[nid:23151]]
Lire la suite