Ruben Aguilar : « Des moments exceptionnels » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Ruben Aguilar : « Des moments exceptionnels »

Parti rejoindre l’AS Monaco durant l’été 2019, l’ancien défenseur montpelliérain revient avec émotion sur son passage au MHSC et évoque la rencontre de ce vendredi (21h à La Mosson) face à son ancien club, sans oublier son nouveau statut d’international tricolore.

Ruben, comment cela se passe-t-il pour toi à l’AS Monaco ?
Tour se passe bien. J’ai joué tous les matchs depuis le début de saison, excepté celui de ce week-end contre Angers où j’étais remplaçant. Nous avons fait une très belle première partie de saison et j’espère que la seconde sera du même niveau.

Après une première saison un peu difficile, on a l’impression que tu prends désormais ta pleine mesure avec le club princier et que le coach, Niko Kovac, te fait vraiment confiance…
Au départ, j’ai eu besoin d’un petit temps d’adaptation. La saison dernière a été pleine de rebondissements, on a vécu une année compliquée au niveau sanitaire aussi. J’ai beaucoup bossé pendant le confinement pour pouvoir rattaquer à 200 % lors de la reprise en juin, et je pense que ce travail a été récompensé aussi. Le coach et le staff me font confiance. Nous avons un gros effectif, et si tu veux jouer, il faut vraiment donner le meilleur de toi-même, que ce soit en matchs ou à l’entraînement. Il faut que je continue comme ça. J’ai fait un gros début de saison, même si à mon sens, j’ai eu ensuite une petite baisse de régime en fin d’année 2020. Désormais, je fais tout pour retrouver le niveau que j’ai pu avoir en début de saison.

Tu as même porté le brassard de capitaine de l’ASM cette saison…
Oui, notamment quand il y a eu des absences de cadres comme Cesc Fabregas ou quand Wissam (Ben Yedder) était amené à sortir. C’est une grosse marque de confiance de la part du staff, ça fait vraiment plaisir.

L'AS Monaco est une équipe disciplinée, rigoureuse, qui a envie de montrer qu’elle a faim

À quoi ressemble l’AS Monaco de Niko Kovac ?
Nous sommes une équipe disciplinée, rigoureuse, qui a envie de montrer qu’elle a faim. C’est une équipe qui court beaucoup mais qui essaie de montrer qu’elle ne fait pas que courir justement et qu’elle sait aussi jouer au football, en pratiquant un jeu offensif.

Quel regard portes-tu sur votre début de saison ?
C’est dommage car nous avons concédé 3 défaites début décembre, juste après une série de 4 victoires d’affilée en novembre. Nous terminons la première partie de saison à la sixième place, donc, nous sommes dans nos objectifs de terminer dans le top 6. C’est plutôt satisfaisant mais il faut continuer à travailler et enchaîner les victoires (l’ASM reste sur 2 succès d’affilée à Lorient, 5-2 et contre Angers, 3-0, NDLR).

Quand on évoque le MHSC, quel est le premier souvenir qui te vient à l’esprit ?
Il est difficile de n’en retenir qu’un. J’en ai plusieurs qui me reviennent instantanément en mémoire. Il y a bien évidemment mes débuts en Ligue 1, ce 0-0 à La Mosson face au Paris SG où tout le monde s’est dépouillé et où l’on a fait un énorme match (0-0 le 23 septembre 2017), je me souviens aussi de mon but contre Lyon (le 22 décembre 2018 / photo ci-dessous), de cette magnifique victoire contre Nîmes dans le derby quelques mois plus tôt (3-0)… J’ai énormément de très bons souvenirs à Montpellier, donc il est vraiment difficile d’en mettre un en lumière plus que l’autre.

Cet esprit Paillade, cet esprit du club, c’est quelque chose qui m’a marqué et qui me correspondait pleinement

Globalement, quel regard portes-tu sur tes deux années au MHSC ?
Elles ont été exceptionnelles, tout simplement ! Je regrette juste que nous n’ayons pas pu nous qualifier pour une compétition européenne et de ne pas avoir connu l’Europe avec Montpellier. J’ai vécu 2 années magnifiques. J’ai beaucoup progressé, j’ai connu un entraîneur qui m’a fait confiance, qui m’a fait avancer, qui m’a fait progresser…. Michel Der Zakarian est un coach qui donne tout à ses joueurs et j’avais envie de lui rendre sur le terrain toute la confiance qu’il m’a donnée. J’ai aussi pu remercier le Président Laurent Nicollin pour toute la confiance qu’il m’a donnée et que le club m’a donnée. J’espère leur avoir rendue à 100 %.

Tu étais aussi un des joueurs-fétiche des supporters car tu incarnais vraiment l’Esprit Paillade…
Cet esprit Paillade, cet esprit du club, c’est quelque chose qui m’a marqué et qui me correspondait pleinement. Moi qui ai toujours envie de courir, de tout donner, qui ne calcule pas, ça correspondait vraiment à mes valeurs. Le club et les supporters m’ont rendu cela à 200 % et je ne les remercierai jamais assez pour ça.

Quel regard portes-tu sur le parcours du MHSC depuis ton départ et spécialement sur notre début de saison ?
Je pense que le club a une bonne progression. Il a pour objectif de se qualifier pour l’Europe. Le  MHSC est un concurrent direct pour nous, c’est la raison pour laquelle le match de vendredi est important. Depuis mon départ, on voit très bien que le travail s’est poursuivi, le coach a su aussi modifier son système de jeu car Montpellier était attendu à cinq derrière et a su modifier ça quelques fois en passant à quatre et en étant une belle équipe de Ligue 1 dans ce système-là aussi. Le MHSC fait partie des équipes qui peuvent clairement postuler pour l’Europe. Même si le MHSC a connu quelques résultats difficiles ces derniers temps, même si il n’y aura pas de public en raison de la crise sanitaire, on sait tous que c’est difficile de jouer à La Mosson. On sait ce qui nous attend mais nous allons bien travailler cette semaine pour aborder cette rencontre de la meilleure des façons.

Cette sélection (en équipe de france) est aussi le résultat de tout le travail que j’ai fait jusqu’ici et cela inclut évidemment mon passage à Montpellier

On imagine que c’est une émotion particulière pour toi de revenir chez nous…
Ça me fait toujours bizarre de revoir tous mes coéquipiers, tout le staff, et toutes les personnes que j’ai connues, que ce soit le staff médical, le staff de la communication et les personnes qui travaillent au club que j’ai pu croiser lors de mon passage. Ça me fait plaisir de revoir tout le monde.

Tu es devenu international français le 11 novembre dernier contre la Finlande. Comment l’as-tu vécu ?
C’est difficile de mettre des mots sur cette émotion. C’est une très belle récompense, quelque chose d’exceptionnel. Je souhaite à tout sportif de haut niveau d’avoir un jour la chance de représenter son pays. Cette sélection est aussi le résultat de tout le travail que j’ai fait jusqu’ici et cela inclut évidemment mon passage à Montpellier. On n’oublie pas d’où l’on vient. Quand on enfile ce maillot, quand on entend la Marseillaise, c’est un moment exceptionnel.. Quand je suis revenu en club, je me suis dit que j’avais vécu un truc de fou et que je devais continuer à travailler à Monaco avec encore plus de détermination et d’envie pour, pourquoi pas, un jour, avoir l’opportunité de retourner en équipe de France.

Pour conclure, quel message souhaiterais-tu faire passer aux dirigeants, aux supporters et à tous les membres du MHSC ?
Je tiens d’abord à les remercier pour leur gentillesse, leur travail et leur engagement. Je remercie le club, le Président, le coach et le staff et toutes les personnes qui travaillent autour du club, sans oublier les supporters, évidemment !

A lire également

23Jan2021

Équipe pro

Ce vendredi, le MHSC s'est incliné 4-0 au Parc des Princes face au PSG dans le cadre de la 21e journée de championnat. Retour en images[[nid:23539]]
Lire la suite

Féminines

Réduites à dix peu après l'heure de jeu, les Montpelliéraines lâchent 2 nouveaux points à domicile. Rageant...AUTOUR DU MATCH : réagirRéagir. Voilà comment résumer en un seul mot l'enjeu de cette 13e journée de championnat, la seconde des
Lire la suite

Féminines

À peine un peu plus d'une semaine après la lourde défaite à Guingamp (4-1), les Féminines du MHSC retrouvent la compétition ce samedi à Grammont (14h30, sans public) avec la réception de Fleury. À cette occasion, et malgré un contexte forcément
Lire la suite