Joris Chotard, apprentissage accéléré

Premier joueur né en 2001 à porter le maillot du MHSC en Ligue 1, le jeune milieu de terrain prend peu à peu ses marques chez les pros. Sans faire de bruit mais avec un certain talent qui parle pour lui.

Sa première statistique marquante, Joris Chotard l’a connue avant même de toucher son 1er ballon en Ligue 1. Titularisé lors du 1er match de la saison contre Rennes à La Mosson le 10 août dernier, il est devenu, à 17 ans et 320 jours, le 3e joueur le plus jeune à porter les couleurs du MHSC dans l’élite, faisant tomber du podium un certain Philippe Delaye (apparu à 17 ans et 337 jours). « Le coach est venu me parler le jeudi précédent la rencontre, se souvient le n°13 montpelliérain. Il m’a dit de jouer mon football, de ne surtout pas avoir de pression et de montrer les mêmes choses qu’à l’entraînement. Forcément, j’avais un peu de pression au début, mais, au fur et à mesure du match, je me suis libéré ».

Un modèle de précocité qui n’avait rien d’un ‘‘one shot’’ ou d’un coup d’un soir, puisque son idylle avec le MHSC se prolonge plus que bien depuis avec 8 matchs dont 6 titularisations toutes compétitions confondues depuis le début de la saison et que son entraîneur, Michel Der Zakarian, lui-même ancien formateur au club, justifie de façon assez élogieuse. « Joris montre qu’il est capable d’être en concurrence avec les autres joueurs dont je dispose en milieu de terrain. J’avais discuté avec les formateurs, je savais qu’il avait de la qualité comme il l’a montré quand il est venu s’entraîner avec nous l’an dernier. C’est un garçon intelligent, qui prend beaucoup d’informations. Il est capable de jouer juste, il a du coffre, de l’agressivité positive. J’espère qu’il continuera à être aussi performant, à chaque fois que je ferai appel à lui  »

Joris appréciera sans doute le compliment mais il n’est pas du genre à s’enflammer pour autant : « Je suis très content de mes débuts mais il me reste beaucoup de choses à régler, que ce soit en terme de précipitation, de justesse technique, ou dans mon positionnement…»

Signer mon 1er contrat pro avec mon club formateur le jour de mon anniversaire était un immense bonheur

Certes, mais le natif d’Orange – dont le père a évolué au centre de formation d’Alès – ne cesse d’étonner depuis cette fameuse première sortie. Arrivé au MHSC à l’âge de 15 ans, il y a toujours suivi une progression linéaire. « Le Centre de Formation du MHSC avait bonne réputation, autant au niveau de l’école que du foot, ce qui était vraiment important pour mes parents, raconte Joris. En plus, c’était à côté de chez moi. » Il s’y est épanoui sans bruit, en franchissant les étapes une à une et en vivant des moments importants comme le parcours en Youth League (la Ligue des Champions U19) ou bien encore le titre de vice-champion de France U19 au printemps dernier. « Je garde de très bons souvenirs de ma période au centre de formation avec mes collègues. Il y avait une très bonne ambiance raconte Joris. Nous avons vécu de belles aventures ensemble dont ce superbe parcours en Youth League. Ça permet de jauger les capacités de notre groupe et une belle image du club. On a aussi montré une vraie force mentale, notamment lors du match contre Benfica où nous perdions 1-0 avant de renverser le score pour finalement l’emporter 2-1. C’était une très belle expérience de découvrir le haut niveau de cette façon-là. »

Encore fallait-il ‘’passer le cut’’ comme disent les golfeurs et montrer que ces belles qualités aperçues chez les jeunes – celles d’un  milieu de terrain relayeur moderne, capable de rester en place comme une sentinelle ou de se projeter façon milieu de terrain moderne ‘’box-to-box’’ et de répéter les efforts, autant sur l’aspect offensif que défensif – pouvaient se transposer chez les grands, et il est peu à peu en train d’y parvenir. « C’est surtout dans l’anticipation qu’il est très bon, souligne Frédéric Garny, son formateur en U19. Il a une lecture du jeu très intéressante. Il voit vite ce qui facilite les choses au niveau de la récupération et dans la construction du jeu. C’est un garçon qui prend beaucoup d’infos et qui est complet sur le plan technique. Il a les deux pieds, est à l’aise dans le jeu court et le jeu long... Si M. Der Zakarian lui a envoyé un message aussi fort en l’alignant contre Nîmes, c’est qu’il a vu des choses très intéressantes. »

Ah ce fameux derby. Il fallait avoir beaucoup de courage, autant de la part du joueur que de son entraîneur, pour assumer un tel choix dans un match comme celui-là, mais aucun des deux ne s’est trompé. « C’est forcément un bon souvenir, surtout que la victoire était au bout. Les supporters ont été incroyables dans les tribunes, raconte Joris. Signer mon 1er contrat pro avec mon club formateur le jour de mon anniversaire et remporter le derby contre Nîmes le lendemain soir en étant titulaire, c’était un immense bonheur. »

Ce but était une belle émotion. Maintenant, il n’y a plus qu’à marquer en Ligue 1

Une plongée dans le grand bain qui s’accompagne de plein de découvertes. « Dans le jeu déjà, il y a beaucoup d’espace sur le terrain. Quand on regarde un match à la télé, on ne le mesure pas forcément. Ça va plus vite, les passes sont plus appuyées… tout est plus rapide. Il y a beaucoup plus d’impact aussi. Il faut dire que certains joueurs pourraient être mes parents. Mon père, par exemple, est plus jeune que Vito. Ça fait bizarre de se retrouver à côté de tels joueurs. » Mais le fait de côtoyer des générations différentes dans le vestiaire ne le déstabilise pas, bien au contraire. « Je suis d’un naturel assez timide et réservé mais, au fur et à mesure que je connais des gens, je rigole avec tout le monde, explique le n°13 montpelliérain. Mon intégration se passe très bien. Il y a beaucoup de rigolade, de sourire dans le vestiaire. C’est bien de travailler dans une ambiance comme celle-là. » Il y a 10 jours lors de la victoire en Coupe de la Ligue contre Nancy, Joris a même découvert la joie de marquer un but en pro. « Sur le coup, j’ai pu réaliser ce qui m’arrivait mais il y a énormément d’émotion. J’étais très content et surpris aussi, je n’avais même pas d’idée pour la célébration. Ce but était une belle émotion. Maintenant, il n’y a plus qu’à marquer en Ligue 1 (sourire). »

Désigné meilleur élève du Centre de Formation au printemps dernier lors des Trophées Colette Nicollin, Joris Chotard vit donc aussi côté terrain, un apprentissage accéléré. « Je ne m’attendais pas à jouer autant et aussi rapidement, reconnait-il. Je fais tout à l’entraînement pour montrer que j’ai ma place.  Le coach me parle beaucoup avant le match pour me conseiller, m’indiquer les choses faire sur le terrain et me rassurer, ça aide aussi. » Un apprentissage qui pourrait se poursuivre dimanche contre Toulouse, un souvenir forcément particulier pour Joris puisque c’est le club qui avait éliminé le MHSC en demi-finale de la Coupe Gambardella 2019. « C’était rageant de voir notre parcours s’arrêter là, aux tirs au but, alors que nous avions réussi à éliminer Lyon, un vainqueur potentiel. » De ce souvenir-là, il ne restera que Bafodé Diakité, désormais titulaire régulier du TFC et quelques certitudes. « On se battait souvent avec Toulouse pour la 1ère place du championnat donc, on savait que ce serait des matchs compliqués avec souvent beaucoup d’impact et d’agressivité. Chez les pros aussi, Toulouse est une équipe costaud donc je m’attends à un match compliqué mais on va jouer notre football et si on joue comme on sait le faire, tout ira bien. » La remarque vaut aussi pour Joris. S’il garde sa fraîcheur, sa faculté d’écoute et son goût de l’effort, ce gamin ira loin.

 

A lire également

09nov2019

Supporters

Faites-vous plaisir tout en réalisant une bonne action avec le Calendrier de l’Avent solidaire du MHSC !Les trois raisons d’acheter le Calendrier de l’Avent solidaire du MHSC :Des chocolats de qualité pour les gourmands40
Lire la suite

08nov2019

Équipe pro

La venue du Champion de France en titre, le psg, se profile. Ce sera à La mosson, le 7 décembre à 17h30. A cette occasion, le MHSC met en place une vente ''priorité abonnés'' et même un pack paris-brest incluant la venue des bretons
Lire la suite

11nov2019

Équipe pro

Revivez en photos le succès de samedi soir face au TFC (3-0, 13ème journée L1).[[nid:21193]] 
Lire la suite