Casey Murphy, un rampart qui avance

Arrivée au MHSC il y a presqu’un an, la gardienne américaine n’a pas tardé à faire sa place. Chronique d’une adaptation express avant la venue de fleury ce samedi en championnat (14h30 à grammont)

Elle l’avoue d’emblée, son français n’est pas encore assez fluide pour répondre à une interview dans la langue de Molière « Ça vient petit à petit mais c’est encore tôt », sourit-elle. Un an c’est un peu court, c’est vrai, mais quand on regarde dans le rétro, Casey Murphy a pourtant parcouru un sacré bout de chemin durant cette période. Débarquée au mercato d’hiver la saison dernière, elle a gagné sa place de titulaire dans les cages héraultaises et s’est forgée une réputation suffisamment solide dans l’Hexagone pour décrocher le trophée de la meilleure gardienne aux trophées de la D1 féminine en mai dernier, après seulement 6 mois sur notre sol. « J’ai été très heureuse de recevoir cette récompense individuelle mais elle appartient aussi à l’équipe car nous sommes un sport collectif. »

C’est allé beaucoup plus vite que je m’y attendais

Le discours est digne d’un vieux briscard, à l’image de son attitude dans les buts où sa taille, sa prestance et son envergure en font presqu’oublier que Casey n’a que 22 ans. « Quand je suis arrivée, mon objectif était de continuer de grandir en tant que joueuse mais aussi en tant que personne. C’est allé beaucoup plus vite que je m’y attendais. En plus du changement sur le plan technique et tactique, je suis passée du championnat universitaire au championnat professionnel, il a fallu s’adapter à un nouvel environnement, à une nouvelle culture… ça fait beaucoup en même temps mais c’est une chance extraordinaire, avoue-t-elle. J’ai fait le choix de sortir de ma zone de confort en venant ici et je pense que j’ai fait le bon choix. C’est un rêve d’évoluer ici. » Mais ce rêve a un prix, celui d’être loin des siens – « Je ne serai jamais venu en France sans le soutien de ma famille et de mon petit ami. Ils sont très importants pour moi » - et de s’investir à 200% dans son métier de footballeuse. Il n’est en effet pas rare de croiser la belle américaine faire du ‘‘rab’’ en salle de muscu ou lors de footing supplémentaires. « Je veux simplement continuer à apprendre, à progresser, gagner en expérience », justifie-t-elle. Pour ce faire, elle peut compter sur Dominique Deplagne, son entraîneur spécifique, à qui elle rend un hommage appuyé. « Domi a joué pendant de longues années à ce poste, il entraîne depuis longtemps également ; il connaît les exigences du poste de gardien de but. Son anglais est aussi mauvais que mon français mais on se comprend très bien et il m’apprend beaucoup. C’est quelqu’un de très sérieux mais qui sourit beaucoup et qui a de l’humour. C’est un plaisir de travailler avec lui. »

rester disciplinées et organisées

La France et les Français, on y revient. Amoureuse de la ville et de la Région – « J’aime m’y balader, c’est très agréable » – Casey apprécie aussi la convivialité à la française. « En Amérique tout va très vite, explique-t-elle. Ici, on prend plus le temps de vivre. Je pense notamment au repas, il n’y a pas de rush comme c’est le cas chez nous. On se dit ‘‘Bon appétit’’ en souriant et on prend le temps de partager un repas entre amis, de discuter, c’est quelque chose de très précieux et que j’apprécie beaucoup. »

Son mot péféré dans notre langue « Voilà, je trouve ce mot vraiment amusant. C’est comme une virgule » (rires). Voilà, c’est dit ! Place à la venue de Fleury ce samedi à Grammont qui avait battu le MHSC à l’aller (1-0). « C’est une équipe difficile à manœuvrer avec des joueuses de talent mais qui vont aussi au combat. Nous devrons rester disciplinées et organisées si nous voulons les battre et concrétiser nos occasions, conclut Casey. Après, ce n’est pas la peine de se retourner sur le passé. Nous avons vécu des moments difficiles mais il faut juste s’en servir pour apprendre, grandir, et continuer d’avancer. » Un rempart qui avance on vous dit…

 

A lire également

14déc2018

Équipe pro

Le samedi 22 décembre à 21h, le MHSC reçoit l'olympique lyonnais à la mosson. un choc entre deux équipes du haut de tableau, quoi de plus beau pour finir l'année 2018 ? Une victoire peut-être... Mais elle ne se concrétisera pas sans vous. on
Lire la suite

13déc2018

Équipe pro

Le président du Montpellier Hérault Sport Club réagit ce jeudi à l'annonce d'un nouveau report de match pour son équipe, celui de Nantes ce samedi après le déplacement déjà reporté de la semaine passée à Paris. Ecoutez Laurent Nicollin sur
Lire la suite

Équipe pro

Le point de vue du préparateur physique du MHSC concernant le nouveau report de match pour l'équipe pro pailladine qui ne jouera pas ce samedi à Nantes après avoir également vu son match au PSG de samedi dernier déjà reporté. Ecoutez Stéphane
Lire la suite