Anouk Dekker, Oranje idyllique | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Anouk Dekker, Oranje idyllique

Qualifiée pour le prochain Mondial en France depuis la dernière trêve internationale, la Néerlandaise espère surfer sur cette dynamique pour aider son club à remonter au classement. Prochain rendez-vous ce samedi à guingamp (14h30)

Décidément, Anouk Dekker aime la France ; elle l’aime tellement qu’elle a choisi d’y passer ses prochaines vacances d’été « Même si ce seront des vacances footballistiques, ce sera top de passer l’été ici », sourit-elle. Il ne sera question ni de repos ni de bronzette en effet, mais de disputer une Coupe du Monde. Une compétition à laquelle Anouk et les ‘’Oranjes’’ ont pourtant failli ne pas participer. Il leur a en effet fallu passer par 2 matchs de barrages aller et retour face au Danemark et à la Suisse (soit 4 matchs) pour se qualifier. « Nous avions déjà dû passer par les barrages il y a 4 ans pour nous qualifier pour le Mondial au Canada, donc nous avions l’expérience de ce genre d’événement, ça nous a aidées, explique-t-elle. Ça aurait d’autant plus été une déception de passer à la trappe que nous n’avions besoin que d’un point lors du dernier match des qualifications contre la Norvège pour nous qualifier directement et nous avons perdu le match. Nous étions très déçues de devoir disputer ces barrages, mais heureusement, ça s’est bien terminé pour nous (elles ont validé leur ticket il y a 10 jours en battant la Suisse (3-0, 1-1). C’est un super sentiment de pouvoir disputer cette Coupe du monde en France. Je pense aussi que beaucoup de supporters néerlandais viendront nous soutenir car les deux pays sont assez proches. C'était très important pour le football hollandais d'obtenir cette qualification. La France est un pays magnifique, Montpellier un très beau stade, et c'est une très belle perspective de pouvoir disputer cette coupe du monde dans le pays dans lequel j'évolue en club. Ce sera évidemment très spécial pour moi. » D’ici là, Anouk promet d’apprendre quelques mots de Français à ses équipières bataves. « Parfois je me fais chambrer parce que quand je retourne en sélection les deux ou trois premiers entraînements, ça m'arrive de dire ‘’ça vient’’, ‘’à gauche’’, ‘’à droite’’,  ‘’merci’’, ‘’pardon’’, donc elles connaissent déjà quelques mots », rigole-t-elle.

Je suis au service de l’entraîneur

En attendant, c’est un autre maillot teinté d’orange, celui du MHSC, qu’Anouk va défendre. Un orange qui recommence à prendre de la couleur après un début de saison plutôt pale. « Nous étions réellement déçues car nous avions fait de bons matchs de préparation contre Barcelone, Chelsea Arsenal et le Bayern. Nous étions sur une bonne dynamique et, pourtant, le début de championnat s’est mal goupillé. Nous avons perdu des matchs contre Bordeaux et Fleury, ce qui nous a mises en difficultés mais nous avons été capables de montrer que nous pouvions revenir dans une grande forme, notamment lors des deux derniers matchs contre le Paris FC et Rodez. J’espère que cela va durer. »

Et lorsqu’on lui demande ce qui a changé pour aboutir à ce redressement, Anouk a un avis aussi étayé qu’intéressant. « C’est toujours difficile d’évaluer ce qui a changé. Ce qui est certain, c’est que nous avons vécu des moments compliqués en début de saison car nous avons perdu des matchs que nous n’aurions pas dû perdre, explique-t-elle. Je pense que la meilleure des solutions en pareil cas c’est de repartir des bases, de revenir à des choses très simples et de ne pas se retourner sur le passé. Nous avons d’abord essayé de nous appuyer sur une défense solide autour de laquelle nous avons pu construire quelque chose. Cela nous a permis de regagner une confiance ce qui était important pour nous. » Au cœur de cette solidité retrouvée, il y a eu notamment ce changement de système avec un passage à 3 défenseurs axiales. « Cela nous a permis d’encaisser moins de buts et donc de se mettre moins de pression à la moindre occasion manquée, détaille-t-elle. Que ce soit avec Sarah (Puntigam), Linda (Sembrant), Maëlle (Lakrar), Marion (Torrent) ou moi, nous sommes plusieurs à pouvoir évoluer dans l’axe derrière, chacune avec des qualités différentes. Chacun peut jouer et apporter un plus à l’équipe donc c’est très positif. Sarah, Marion et moi-même pouvons également évoluer au milieu ; le fait de pouvoir intervertir nos positions si cela est nécessaire est également un plus pour l’équipe. »

Cela a notamment été le cas lors des deux derniers matchs où Anouk a réintégré l’entrejeu pour palier successivement les absences de Sarah Puntigam, Virginia Torrecilla et Sandie Toletti lorsque celles-ci étaient suspendues – « Je suis au service de l’entraîneur que ce soit en défense centrale au milieu, je veux simplement travailler pour l’équipe » – Avec sa rage de vaincre, sa grinta et son sens du sacrifice, Anouk symbolise à merveille ce MHSC de fin d’année civile 2018, plus batailleur. « Tu as le droit de moins bien jouer mais tu ne dois pas t’arrêter de combattre. Le plus important ce n’est pas de se dire qu’on joue bien de telle ou telle façon mais que l’on prenne des points. L’essentiel, c’est que les filles veulent se battre les unes pour les autres, c’est de là que tout part. »

De combat, il sera sans doute à nouveau question ce samedi à Guingamp dans le cadre de la 11e journée de championnat, la dernière de la phase aller. « Je me souviens que l’année dernière, nous avions eu une rencontre difficile contre cette équipe. Elles doivent se dire qu’elles peuvent gagner, mais nous devons leur montrer que le MHSC est de retour, explique-t-elle. Vu la situation dans laquelle nous sommes, l’essentiel c’est de prendre chaque match avec l’objectif de progresser, de jouer de mieux en mieux mais surtout de gagner. » Histoire que teinté de Hollande ou de bleu pailladin, l’Orange soit toujours idyllique.

A lire également

14mai2020

Supporters

Conformément à l’Ordonnance sport et culture sur les avoirs de billetterie et abonnements du 7 mai 2020 voici la procédure mise en place par le MHSC à destination du grand public.Cette mesure concerne les abonnés de la saison 2019/2020, les
Lire la suite

02aoû2020

Équipe pro

L'international nigérien a certainement été un des meilleurs joueurs que le MHSC ait vu passer dans ses rangs. L'attaquant a dans tous les cas marqué son histoire au fer rouge, celui du titre de champion de France 2012. L'auteur des deux
Lire la suite