Ellyes Skhiri, confidences de Mondial (2ème partie)

Il y a tout juste une semaine, l’international tunisien formé au MHSC retrouvé les terrains de Grammont après avoir disputé la Coupe du Monde. Il revient sur cette aventure dans un long entretien dont voici la seconde et dernière partie.

Tu as disputé les 3 matchs de la Tunisie lors de ce Mondial. Comment les décrirais-tu ?
Le premier contre l’Angleterre a évidemment eu un scénario très cruel. On aurait pu obtenir ce point du match nul qui aurait pu changer la donne pour nous dans la suite de la compétition en termes comptable, de confiance et d’objectifs. C’est dur de le perdre à la fin (défaite 2-1 dans le temps additionnel) Contre la Belgique, malgré le score (défaite 5-2), je pense que nous avons mieux joué, on a essayé de produire un peu plus de jeu mais on est tombé contre un adversaire de très grande qualité, surtout offensivement, et nous avons été trop fébriles dans notre approche défensive pour espérer quelque chose. On a fait trop d’erreurs.

Et puis il y a eu ce succès pour conclure face au Panama (2-1)…
Oui. Nous avions vraiment à cœur de remporter ce dernier match pour rentrer au pays en étant un peu plus libérés et en se disant que la logique était quelque peu respectée. Nous avons mal démarré en encaissant un but car nous avions beaucoup de pression et d’appréhension. On a su rebondir en deuxième mi-temps, imposer notre jeu et décrocher cette victoire qui nous a fait beaucoup de bien car repartir avec zéro point aurait été catastrophique. On peut rentrer en se disant qu’on a gagné un match de Coupe du Monde, pour la Tunisie ce n’est pas arrivé très souvent (une seule fois dans l’histoire). Au final, nos sommes certainement à notre place dans ce groupe.

Comment s’est passé le retour au pays ?
Pour moi, il a été très furtif. Nous sommes rentrés très tard dans la nuit et j’avais mon avion pour la France en début d’après-midi.

Qu’as-tu appris de cette aventure ?
Quand on dispute de telles rencontres, on voit la différence qui nous sépare du très très haut niveau. On a commis beaucoup trop d’erreurs, on a été beaucoup trop fébrile pour espérer passer. Dans l’intensité, dans l’agressivité, en termes de niveau technique, on apprend forcément, surtout en ayant l’opportunité d’affronter des joueurs de classe mondiale. Dans ce contexte là tu apprends forcément. C’est une expérience unique qui me fera grandir et qui me montre qu’il faut encore beaucoup travailler pour espérer atteindre ce niveau.

Dans l’intensité, dans l’agressivité, en termes de niveau technique, on apprend forcément

Quel est ton meilleur souvenir ?
Il y a bien sûr le succès face au Panama, mais je me souviens aussi de notre égalisation contre l’Angleterre. Quand on revient à 1-1, alors que l’on subissait beaucoup, ce but nous a fait énormément de bien et on s’est mis à y croire… D’ailleurs, en seconde mi-temps même si on n’a pas eu beaucoup de ballons, on a mieux maîtrisé les débats… Ce but a vraiment été libérateur, même s’il n’a pas suffi

Le joueur que tu as affronté et qui t’a le plus impressionné ?
Eden Hazard. Il était dans une très grande forme pendant cette Coupe du Monde, voir sa vitesse, sa technique… c’est vraiment un joueur de très grande classe. Je me suis retrouvé parfois dans sa zone, c’était forcément dur mais je ne me suis pas senti non plus dépassé par les événements. Il y a certes des moments où il fait des différences mais je ne me suis pas senti à la rue non plus (sourire). C’est quand même de bon augure pour la suite.

l’objectif est évidemment de faire aussi bien voir mieux que l’an passé. On a toujours l’ambition de faire mieux

Dans quel état d’esprit mental et physique es-tu aujourd’hui ?
Je me sens bien. J’ai bien récupéré pendant les vacances. J’ai eu trois semaines et j’ai coupé réellement pendant les deux premières avant de reprendre l’activité. Je dois certes retrouver un peu de cardio mais je me sens bien et je sais que ça va très vite revenir.

Comment as-tu vécu l’intersaison montpelliéraine ?
J’ai suivi ça de près, même en Russie. Il y a eu peu de départs, le groupe garde un certain équilibre et une ossature… Il y a aussi eu des recrues que je vais désormais découvrir. Je connais évidemment Andy Delort pour l’avoir déjà affronté et je vais apprendre à découvrir les autres. Ça me semble assez cohérent et c’est de bon augure pour la saison qui arrive.

Tu es désormais un cadre de l’équipe. Comment vois-tu la saison qui s’annonce justement ?
Sur le plan personnel, j’ai eu l’opportunité de beaucoup jouer ces dernières saisons ; j’ai pu emmagasiner de l’expérience et c’est à moi de continuer ainsi, de prendre de plus en plus d’ampleur et de responsabilité aussi. Je dois continuer de faire mon travail du mieux possible et toujours avoir à l’esprit de progresser bien sûr. Si je peux mettre quelques buts aussi… Sur le plan collectif, l’objectif est évidemment de faire aussi bien voir mieux que l’an passé. On a toujours l’ambition de faire mieux. La saison passée, nous avons été très solide défensivement. Si on garde cette solidité défensive et si on progresse offensivement notamment avec les recrues qui pourront nous apporter un plus, ça peut laisser présager une belle saison.

Votre premier adversaire, Dijon, pointe son nez dans un peu moins de 15 jours à La Mosson…
Quand on regarde calendrier, on note bien évidemment d’abord les confrontations face à des concurrents directs pour obtenir le maintien, qui reste la priorité. On espère forcément prendre des points contre ces équipes, dont Dijon fait partie, mais on a bien vu l’an passé qu’aucune de ces confrontations n’était facile. Souvent, la saison dernière, nous avons pris des points contre les « gros » et nous en avons perdues contre des équipes censées être plus faibles donc ce ne sera pas un match facile. Dijon sort d’une belle saison avec notamment de très belles prestations, cette équipe faisait partie des meilleures attaques du championnat, donc, cela promet un match plaisant d’entrée pour le public et nous aurons à cœur de lui offrir la victoire.

A lire également

23avr2019

Équipe pro

A l’évocation de son nom, une multitude de souvenirs remontent à la surface : Du but décisif pour le maintien en L2 à la qualification européenne en passant bien sûr par la montée, l’attaquant colombien est un des hommes clé de la
Lire la suite

21avr2019

Féminines

Ce dimanche les U19F se déplacent à Lyon, un match important pour la course à la première place ! L'occasion pour MHSC TV de s'entretenir avec le coach des U19F, Maxime Di Liberto.
Lire la suite