Morgane Nicoli, entre combats et sagesse

La jeune défenseur montpelliéraine (20 ans) a connu jusqu’ici une carrière aussi prometteuse qu’escarpée. Suffisant pour renforcer un caractère bien trempé tout en apprenant à se canaliser… Mais sans perdre ses valeurs. Rencontre avant la venue de Rodez en championnat ce samedi (15h à Grammont)

Si elle n’a rien perdu de ce côté impulsif et de cette grinta de combattante sur le terrain, hérité du sang corse qui coule dans ses veines, Morgane Nicoli a appris la sagesse et l’art de se canaliser. Pas en faisant du yoga mais parce que la vie l’en a obligée. Il faut dire que la défenseur montpelliéraine arrivée au MHSC en 2011 a déjà dû passer pas mal d’épreuves. Une rupture du ligament croisé du genou droit en décembre 2013, une opération d’un ménisque un peu plus de 2 ans plus tard et enfin une rupture du ligament croisé (gauche cette fois) en janvier 2017. A pas encore 21 ans, ça fait quand même beaucoup. « A ce moment-là, je voulais tout arrêter, reconnaît-elle d’emblée. Dans ma tête je ne voulais pas y croire mais quand le verdict est tombé… Et puis j’ai appelé mon père et il m’a dit « Tu as mal ? » Je lui ai répondu non et il m’a rétorqué « Alors arrête de pleurer et repart au combat. La route n’est pas terminée. » En plus, Sofia Jakobsson s’est blessée quelques jours après moi et ça l’a privée de l’Euro avec la Suède. En la voyant je me suis dis que ça devait être encore plus dur pour elle de louper un tel événement et que je n’avais pas le droit de lâcher. Alors, nous nous sommes soutenues tout au long de la rééducation pour revenir. »

Je n'avais pas le droit de laisser tomber

Durant cette période, la n°22 montpelliéraine assure que sa famille l’a beaucoup aidée – « parce qu’après tous les sacrifices qu’ils ont fait pour que je fasse de ma passion mon métier, je n’avais pas le droit de lâcher » - ainsi que le soutien quotidien du club. « Le MHSC est la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma carrière car je ne sais pas si j’aurais pu trouver un club qui m’a autant soutenu et fait confiance, avoue-t-elle. Les 3 fois où je me suis blessée j’ai reçu un message du Président Laurent Nicollin, le soutien de mes coéquipières, du staff… ça aide à tenir le coup. »

J'ai senti le soutien de tout le club

Si elle avoue avoir pris « énormément de maturité en 3 ans » que ce soit « au niveau du recul sur les choses » mais aussi de « l’alimentation, la musculation, les étirements et tout le travail invisible qu’un sportif de haut niveau doit faire hors des terrains pour réussir », la native de Bastia espère désormais que le plus dur est derrière elle et que le plus beau reste à venir. Apparue à 3 reprises avec l’équipe fanion cette saison, Morgane vient même de jouer un match en intégralité la semaine dernière en Coupe de France à Marseille pour la première fois depuis bien longtemps. « Les repères reviennent au fil du temps car tu as beau t’entraîner beaucoup, rien ne remplace les matchs, mais cela va de mieux en mieux, souligne-t-elle. En plus, quand la victoire est au bout, qui plus est lors d’une séance de tirs au but comme cela a été le cas, tu es vidée psychologiquement mais tellement heureuse. Cette Coupe de France tenait vraiment à cœur au Président Louis Nicollin et on ne voulait pas la lâcher comme ça. On n’avait pas le droit. Cette compétition est pour lui. C’est plus la victoire du courage que du talent mais on est allé chercher cette qualification avec les tripes et c’est le plus important. » En attendant d’affronter Brest en Bretagne au prochain tour le 15 avril prochain, c’est une semaine à deux matchs de championnat qui attend les Héraultaises avec la venue de Rodez ce samedi puis le déplacement à Fleury mercredi en match en retard. « Je n’ai pas assez de recul pour juger de la qualité de ces 2 adversaires mais je sais que ces deux rencontres ne seront pas faciles », poursuit Morgane qui va retrouver à Fleury une région parisienne où elle a vécu 3 ans et débuté en D1 avec Montpellier face à Issy les Moulineaux, alors qu’elle avait tout juste 17 ans. « Ce que je sais en revanche c’est que nous avons un bon groupe, uni et solidaire qui est capable de faire face à ce calendrier et d’aller le plus loin possible que ce soit en Coupe, en Championnat mais aussi en Ligue des Champions. » La Ligue des Champions, 4 mots qui font forcément rêver Morgane Nicoli comme chaque joueuse car « tout le monde rêve de disputer cette compétition », mais ne comptez pas sur la défenseur insulaire pour tirer des plans sur la comète. Pas le genre de la maison. « Bien sûr que je rêve de rentrer une fois au moins en Ligue des Champions pour représenter mon club et la Corse qui m’est si chère sur la scène européenne, mais avec tout ce qui m’est arrivé, je préfère vivre au jour le jour parce qu’on ne sait jamais de quoi demain sera fait. En plus, j’ai souvent été impatiente, j’ai voulu aller trop vite, c’est mon gros défaut. Le staff est là pour me le rappeler et je me dois de l’écouter. »

Si elle est tournée vers l’avenir – « Je suis très heureuse de retrouver les terrains, je me sens de mieux en mieux même si je sais que je dois encore beaucoup travailler et j’espère apporter un maximum à l’équipe en vue des belles et nombreuses échéances qui nous attendent d’ici la fin de la saison » - Morgane Nicoli n’oublie pas d’avoir une pensée pour sa coéquipière montpelliéraine, Marion Romanelli, victime elle aussi d’une rupture du ligament croisé fin janvier avec l’équipe de France. « Je suis allée la voir le jour de son opération et elle souriait et pensait déjà à l’avenir, conclut Morgane. Même moi, je n’avais pas cette force. Je suis sûre que Marion va revenir et qu’elle reviendra encore plus forte car c’est quelqu’un d’extraordinaire. Allier les études et le sport de haut niveau comme elle le fait, ça mérite le respect. » L’hommage est mérité, sincère et appuyé. Parce que derrière sa carapace de dure à cuire, Morgane Nicoli est une fille franche qui sait d’où elle vient. Et elle n’a pas fini de nous étonner…

A lire également

22sep2018

Équipe pro

Solides et solidaires, les hommes de Michel Der Zakarian ont décroché un succès mérité contre Nice et retrouvé le chemin de la victoire à domicile ! AUTOUR DU MATCH : La première des étendardsLancée dans un tempo, « ambiance ta
Lire la suite

Équipe pro

Ellyes SKHIRI Avec 292 ballons touchés depuis le début de la saison, Ellyes Skhiri est le joueur montpelliérain qui en a touchés le plus depuis l’ouverture du championnat. Une preuve supplémentaire de sa grande importance dans le jeu de son
Lire la suite

Équipe pro

Vous pouvez dès à présent télécharger le programme de match officiel de la rencontre face à Nice (samedi 20h) en cliquant ici. Au sommaire de ce numéroUne Interview de Pedro MendesUne rencontre avec Anthony Mounier dans le cadre de notre rubrique
Lire la suite