Junior Sambia, homme de contrastes | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Junior Sambia, homme de contrastes

Arrivé en fin de mercato, le milieu de terrain de 21 ans prend peu à peu ses marques au sein de l’effectif montpelliérain. Avant la venue d’Amiens qu’il avait battu l’an passé avec Niort, il se dévoile à son nouveau public

Sa voix douce et timide tranche avec cette forte impression de puissance qu’il a laissée à La Mosson face à Nice le 15 octobre dernier. Ce jour-là, à peine entré en jeu, Junior Sambia a récupéré un ballon dans les pieds de Jean-Michaël Séri, l’a fait exploser comme du pop-corn avant de se projeter vers l’avant tel un bulldozer… Mais ensuite, il a eu cette lucidité, cette finesse technique pour décaler avec justesse Isaac Mbenza, qui s’en alla seul au but pour tromper Cardinale. Seul ? Pas tout à fait, car Junior Sambia avait fait l’effort de poursuivre son action et d’accompagner son coéquipier pour 2 raisons : « Ça permettait à Isaac d’avoir plusieurs possibilités : soit il pouvait profiter de cet espace libéré pour aller marquer, soit je pouvais aussi lui offrir une solution de passe. Pour moi, en football, il faut tout faire pour gagner et cela passe avant tout par le collectif. On ne peut jamais gagner un match seul. » Cette action résume à elle seule pourquoi Junior Sambia est un joueur d’avenir… Parce qu’il allie cette puissance si importante dans le foot moderne avec une finesse technique et une certaine vision du jeu. Sans maîtrise, la puissance n’est rien comme le disait d’ailleurs un célèbre slogan publicitaire.

Montpellier est l’endroit idéal pour moi pour franchir un palier,

Avant de débarquer sur les bords de La Mosson en toute fin de mercato estival et donc d’être à l’origine de ce but face à Nice, c’est à Lyon que Junior Sambia a tapé ses premiers ballons. Né dans la capitale des Gaules, ce membre d’une famille de 9 enfants (il a trois frères et cinq sœurs) a débuté le foot à 6 ans au FC Vaulx-en-Veulin où il n’a mis que quelques mois à taper dans l’œil du grand voisin, l’Olympique Lyonnais, qu’il a rejoint un an plus tard. Il est resté à l’OL jusqu’à ses 15 ans, croisant la route de Kalulu, d’Arpino, Bahlouli ou bien encore Anthony Martial. Non conservé ensuite – « C’est sûr qu’on est très bien à Lyon, mais dans ces moments-là, on n’a pas le choix, il ne faut pas baisser la tête, se relever aller de l’avant. » – Junior a rebondi un an à Caluire dans la banlieue lyonnaise puis 2 ans à Mâcon avant de retrouver le monde pro à Niort en U19. Cette fois, sa carrière était sur les bons rails. Chez les Chamois, son entraîneur d’alors, Régis Brouard l’a lancé en L2 le 12 septembre 2014. « Je venais juste d’avoir 18 ans cinq jours plus tôt, se souvient-il. C’était à Dijon, comme lors de ma première en Ligue 1 cette année avec Montpellier. » Après une première saison à découvrir l’antichambre de l’élite (5 matchs de L2 en 2014-2015), Junior Sambia, n’a ensuite plus quitté l’équipe type du club des Deux-Sèvres. Après 31 matchs (2 buts), il y a deux ans, il sort d’une saison pleine avec pas moins de 37 matchs joués et 4 buts inscrits.

En L2, il y a beaucoup plus de duels, on est moins focalisé sur la préparation des actions

Séduit par cette régularité, sa marge de progression et une certaine polyvalence – « J’ai plus un profil de milieu relayeur qui est mon poste de formation mais j’ai évolué toute la saison dernière comme latéral droit. » – le MHSC lui a donc proposé de le rejoindre cet été. Pour son plus grand bonheur. « Montpellier est un bon club qui a un gros passé de formateur et je pense que c’était l’endroit idéal pour moi pour franchir un palier, poursuivre mon apprentissage se et me permettre de jouer, explique le néo Montpelliérain, qui a récupéré le n°6 laissé vacant par Joris Marveaux. C’est un club familial où chacun se bat pour le collectif et cela me convient bien. » Vite adapté à son nouveau contexte – « J’ai été très bien accueilli et mon intégration a été très bonne. Les installations du club sont magnifiques tout comme la ville que je découvre peu à peu, Il y a tout ici pour bien travailler. » – Junior Sambia n’a mis que 4 journées pour faire ses débuts en L1 (contre Dijon le 26 août) avant de connaitre sa première titularisation dans l’élite un mois plus tard contre le PSG à La Mosson. « C’était forcément un moment fort, mais pas parce que c’était face au PSG que nous avions croisé la saison passée en 8e de finale avec Niort, explique-t-il. Le plus fort pour moi, c’était surtout le fait d’être titulaire en Ligue 1. C’est ce qui m’a marqué. L’équipe a fait un bon match avec un score positif au bout, le stade était rempli, c’était un grand moment. » Si la découverte de l’élite de ce milieu box-to-box qui aime se projeter vers l’avant n’en est qu’à ses balbutiements, Junior a déjà une idée précise de ce qui différencie la L2 de son nouvel environnement. « En L2, il y a beaucoup plus de duels, on est moins focalisé sur la préparation des actions… en terme de vitesse de jeu, la L1 va plus vite. »

la saison dernière, Cette équipe d’Amiens  découvrait la L2 n’avait pas froid aux yeux. On avait l’impression qu’elle était à ce niveau depuis longtemps.

Côté objectifs, cet amateur de rap français  qui « aime bien rigoler et passer du temps avec les amis en dehors du foot » n’a qu’une seule idée en tête : jouer et continuer à progresser. « Mon objectif cette saison, c’est de faire le plus de matchs possibles, de poursuivre ma progression et d’aller de l’avant, poursuit-il. Collectivement, je pense et j’espère qu’on va aller chercher les 10 premières places. » Prochaine étape ce soir contre Amiens, une équipe que Junior connait bien pour l’avoir affrontée 2 fois la saison dernière. « Au match aller je suis rentré à la 25e minute. On avait perdu là-bas. Au retour, nous avions gagné 2-1 à domicile. Ils s’étaient retrouvés à 10 rapidement, raconte-t-il. Cette équipe d’Amiens était promue, elle découvrait la L2 n’avait pas froid aux yeux. On avait l’impression qu’ils étaient à ce niveau depuis longtemps. Je me souviens que ça jouait bien au ballon et que ça allait très vite devant. Ils savaient vite se projeter vers l’avant et à la moindre occasion ils étaient décisifs. Franchement, ils méritent d’être en Ligue 1 et sur ce que je vois lorsque je regarde le multi Ligue 1, ça se passe plutôt bien pour eux en ce début de saison. Il va falloir se méfier d’eux, comme de toutes les équipes d’ailleurs. »  Reste à évoquer un dernier aspect du jeu de Junior Sambia : les coups de pied arrêtés. L’année dernière, le néo-Montpelliérain a la particularité d’avoir inscrit 3 coup-francs directs sous le maillot niortais, face à Troyes, au Red Star et à Clermont. « Cette année, j’en ai mis un en amical contre Gérone, conclut-il avec un petit sourire. J’espère qu’en championnat, ça va arriver bientôt et le plus rapidement possible. » Faire trembler les filets dans cet exercice est un savant mélange de puissance, de finesse et de précision. Un geste tout en contraste à l’image du jeu de Junior Sambia. Et au bout du contraste savamment dosé vient la lumière, comme lors de cette fameuse action face à Nice.

A lire également

07aoû2022

Équipe pro

Le dimanche 21 août (15h), c'est auxerre qui se présentera au Stade de La mosson dans le cadre de la troisième journée de Ligue 1 Uber eats. La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !Le match : MHSC - AJ
Lire la suite

10aoû2022

Supporters

Après Marseilla, Sète, la Grande-Motte et Palavas, le MHSC Summer Tour faisait étape hier au Lac du Salagou.Retrouvez les photos de cette après-midi au contact des fans de foot et du MHSC ci-dessous. Vous pouvez rejoindre l'équipe d'
Lire la suite

08aoû2022

Partenaire

Chers Partenaires,Voici les photos prises dans nos différents salons VIP hier à l'occasion de la rencontre au Stade de la Mosson contre l'ESTAC:[[nid:26999]]
Lire la suite