Un canonnier nommé Paul Lasne

Personne n’a oublié sa frappe soudaine depuis l’angle de la surface de réparation qui a transpercé les filets de Stéphane Ruffier il y a 15 jours contre l’AS Saint-Etienne, en même temps qu’il a permis au MHSC d’égaliser avant de l’emporter (2-1). Mais quand on y regarde de plus près, ce geste magnifique, aussi soudain soit-il, n’a rien du hasard. En effet, Paul Lasne a inscrit 5 de ses 9 buts en L1 sur des frappes lointaines. Voilà qui méritait bien un petit zoom.

 

SON RESSENTI SUR LE SUJET. « Que je devrais peut-être encore plus frapper de loin pour marquer plus de buts (sourire). Je n’ai pas forcément le réflexe de frapper au but. Je pense plus souvent à trouver un relai, un partenaire plutôt que de prendre ma chance. C’est quelque chose que j’oublie souvent, mais d’un autre côté, en Ligue 1, les buts venant de frappes lointaines sont assez rares. En Allemagne, c’est plus répandu, c’est un peu leur spécialité, mais en France on en a moins l’habitude et c’est dommage. Frapper de loin peut surprendre le gardien qui s’attend plus à une passe ou à un décalage. Ça ne peut pas marcher à tous les coups, mais c’est une arme supplémentaire intéressante pour l’équipe. »

PLUS DE 50% DE SES BUTS INSCRITS EN L1 DANS CET EXERCICE. « Je ne m’étais pas fait la réflexion mais, d’un autre côté, je ne suis pas attaquant de pointe ; je suis rarement dans la surface comme peut l’être un n°9 par exemple, donc, c’est peut-être logique. Il m’arrive assez souvent de tenter ma chance de loin depuis tout petit. J’aime bien ce geste technique car pour moi la frappe est un geste technique. Après, selon ta position sur le terrain, c’est plus ou moins facile de se mettre en position de tir et comme j’ai beaucoup navigué sur des postes différents ces dernières années et même quand j’étais en jeune, c’est un geste que je n’ai pas toujours pu travailler et peaufiner, mais c’est un geste qui me plaît. »

SON SECRET. « Je n’en ai pas particulièrement. Je dirais simplement que le secret c’est d’être relâché, de ne pas être crispé sur son geste et de mettre en même temps la force nécessaire pour que la balle parte bien et suffisamment puissamment pour tromper le gardien. Mais je n’ai pas une technique de frappe particulière  comme pouvait l’avoir Juninho par exemple. »

SES RÉFÉRENCES DANS CE DOMAINE. «  Steven Gerrard. Quand j’étais au centre de formation à Bordeaux, il était en plein sous les feux des projecteurs à Liverpool. C’était une des particularités de son jeu et comme il occupait à peu près le même poste que moi, c’est un joueur que je regardais particulièrement. »

SON BUT PRÉFÉRÉ CETTE SAISON.  « Ce sont trois buts importants, à chaque fois les trois premiers de l’équipe,  que ce soit contre le PSG ou Bordeaux où on ouvre le score et contre Saint-Etienne où l’on revient dans le partie. Celui face au PSG a peut-être une saveur particulière car c’était mon premier depuis mon retour de blessure, mais c’est difficile à dire. Je les mets au même niveau. »

LA SAISON. « Sur le plan personnel, elle a été faite de bas et de hauts, dans ce sens-là, car ça avait mal commencé. Ça a été difficile de réintégrer l’équipe après une longue blessure pour diverses raisons. Ça a été un moment pénible. Ensuite, j’ai réintégré le groupe avec des matchs référence et quelques buts importants donc je suis content de ce retour. D’un point de vue collectif, on a aussi eu des hauts et des bas. Le mois de janvier a été catastrophique en termes de résultats et de production dans le jeu mais on a relevé la tête en février. Je trouve qu’on peut faire mieux dans la régularité car sur certains matchs on a vraiment un niveau intéressant qui nous permet d’accrocher de belles victoires à notre tableau de chasse, mais on n’arrive pas à enchaîner les bons résultats pour prendre des points sur la durée. On doit progresser là-dessus pour passer enfin dans cette première partie de tableau qui à chaque fois nous tend les bras et qui nous échappe après un ou deux bons matchs. »

LA DÉFAITE A NICE LA SEMAINE PASSÉE. « Ce match me reste en travers de la gorge. Quand on est hors sujet qu’on perd 4-0, on rentre aux vestiaires, on se remet la tête à l’endroit et on oublie, mais là, on a fait énormément d’efforts, on a produit du jeu et c’est dommage de pas être récompensé au moins par un point. A nous de garder cette concentration et de continuer à prendre chaque match pour engranger un maximum de points afin de se mettre à l’abri rapidement et d’essayer de passer enfin dans la 1ère partie du tableau. »

LE MATCH DE SAMEDI CONTRE GUINGAMP. « Les Bretons réalisent une très belle saison. Ils ont eu un petit passage à vide début 2017, mais c’est une équipe très cohérente dans son jeu et je m’attends à un match difficile. En plus on sait qu’on a l’occasion de leur passer devant en cas de victoire. L’objectif est intéressant. »

 

A lire également

11nov2018

Équipe pro

Le dimanche 25 novembre à 15h, le MHSC reçoit le stade rennais à la mosson. vu la qualité du spectacle ces derniers temps à la maison, ce serait dommage de rater ce rendez-vous non ? On compte sur vous !Le match : MHSC - STADE RENNAISDate : Dimanche
Lire la suite