MHSC Canapé Club : Geoffrey Jourdren et Jonas Martin | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

MHSC Canapé Club : Geoffrey Jourdren et Jonas Martin

QUATRIÈME ÉTAPE DU "MHSC CANAPÉ CLUB" AUJOURD'HUI AVEC GEOFFREY JOURDREN ET JONAS MARTIN QUI RÉPONDENT AUX QUESTIONS
DE mhscfoot.com !

Pour commencer, pouvez-vous nous présenter votre coéquipier en quelques mots ?
Geoffrey Jourdren : Je connais Jonas depuis longtemps maintenant. Je retiens surtout l’humain, avant toute autre chose. C’est quelqu’un de très gentil, toujours joyeux, tous les matins. Chaque année, il prend vraiment de l’ampleur au sein de l’effectif, ça a été un élément très fort cette année et j’espère qu’il sera encore avec nous pendant longtemps. 
Jonas Martin : C’est dur de répondre après ce que vient de dire Geoffrey, il a mis la barre haute .
GJ : J’ai pas dit ça pour te lécher les bottes, tu sais très bien que je suis pas comme ça (rires) !
JM : Au départ, on a des aprioris sur Geoffrey, alors qu’au final, il a une toute autre facette. Footballistiquement, il a des qualités énormes. Il est pour beaucoup dans la belle série qu’on fait actuellement. Et c’est un gros bosseur, malgré ce qu’on peut dire. Il arrive bien à analyser un vestiaire : si la personne est gentille, il lui donnera tout ; par contre il n'accepte pas qu’on soit faux ; et c’est ce que j’aime chez lui. Il est droit. Je préfère ça plutôt que les personnes qui sont dans le paraître, qui font semblant.
GJ : Je suis vraiment ému de ce que Jonas est en train de me dire. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui parlent en bien de moi. Ça me touche beaucoup. C’est vrai que quand j’aime une personne, je suis prêt à tout lui donner. Et toi Jonas, je suis prêt à te donner mon slip (rires).
JM : Il est comme ça Geoffrey, il est généreux !

c'est vrai que tu me parles beaucoup pendant un match, parfois même un peu trop ! mais c'est utile.

Geoffrey, tu as joué presque 100 matchs avec Jonas, cites-en un où il t’a vraiment impressionné ? Et inversement.
GJ : Je vais citer un match tout frais, le match face à Rennes. Quand je vois la manière dont il a défendu sur ce match, il m’a impressionné. En tant que gardien, je lui donne des consignes pendant la rencontre, et il rechigne jamais à la tâche, un vrai travailleur de l’ombre un numéro 6. Avec des joueurs comme ça, on peut aller à la guerre et avoir des résultats ! Il a un état d’esprit irréprochable.
JM : C’est vrai que tu me parles beaucoup pendant le match, parfois même un peu trop ! Mais c’est utile.
GJ : J’ai peur de vous saouler certaines fois, faut pas m’en vouloir ! C’est pour le bien de l’équipe. Face à Rennes, tu m’as vraiment fait plaisir.
JM : Y a plein de matchs où Geo’ a été bon, mais la saison a tellement été galère que je vais retenir le premier match où il est revenu de blessure face à Lyon. Depuis, il nous apporte tellement de sérénité, tiens dans ses sorties aériennes par exemple. À chaque corner, ou coup franc dangereux, il fait énormément de bien, c’est très rassurant. Mais il ne faut pas oublier que John (Ligali) et Laurent (Pionnier) ont fait un très bon intérim en son abscence.

Hormis le football, dans quel autre sport votre partenaire aurait pu s’illustrer ?
GJ :
Il regarde tous les sports à la télé, c’est un sacré passionné. Il regarde, et analyse à la fois, c'est ça qui est bien, tu vois qu'il maîtrise, c'est intéressant. Donc je dirais tous les sports, sans exception, mais si je dois en retenir un, ce serait le tennis. Il est grand, il tire fort, il doit avoir des belles capacités !
JM : Franchement, tu me connais bien, j’adore le tennis ! Pour Geo, je dirais le saut en hauteur (rires). Par rapport à son dynamisme et sa détente.

Tu acceptes cette reconversion Geoffrey ?
GJ :
Je prends tous les sports, sans exception ! Je suis convaincu qu’on peut progresser partout avec de l’entrainement
JM : Je l’aurai bien mis à la boxe aussi, il comprendra pourquoi (rires).

MOI, IL FAUT QUE JE MANGE, JE m'en fout de dormir par terre, mais il faut que je mange. Si t'es avec moi je te mets du ketchup sur la tête et je te mange !

Vous participez à une émission sur une île déserte, lequel d’entre vous résistera le plus longtemps ? Pourquoi ?
GJ :
Je dirais Jonas, c’est bien son style.
JM : Non, c’est chaud, j’aime pas le poisson !
GJ : Ah oui c’est vrai t’aimes pas ça, je m’en souviens ! Moi il faut que je mange. Je mange tout ce qui bouge. Si t’es avec moi, je te mets du Ketchup sur la tête et je te mange (rires). Je m’en fou de dormir par terre, il me faut juste de la nourriture.
JM : T’aurais pas de mal à grimper aux arbres je te connais (rires). Je suis un grand fan de ce genre d’émissions, et je suis vraiment admiratif. Mais ça a l’air d’être très dur, ne pas manger et peu boire. Mais humainement, c’est une belle aventure. Personnellement, je rêverais de faire une émission comme The Island, c’est un test, tu vois tes limites. Mais pour être honnêtes, on aime trop la nourriture avec Geoffrey !
GJ : C'est pour ça que j’essayerais de soudoyer les caméramans, car je sais qu’il mange en cachette !

S’il y en a un qui ne pourrait pas faire ce défi, c’est Morgan Sanson, le "gros" mangeur du groupe parait-il …
GJ :
Durant les mises au vert, il m’étonne, il doit pas rigoler aux toilettes !
JM : Il s’envoie des sacrées assiettes. Il nous coûte trop cher au restaurant. À chaque fois qu’il veut qu’on aille manger ensemble, c’est chaud, je suis obligé de lui sortir des excuses pour ne pas y aller ! Il doit pas manger chez lui, c’est pas possible.

Vous organisez un repas, et l’un de vous deux doit cuisiner ? Lequel se met aux fourneaux ?
GJ :
On a deux femmes exceptionnelles, on cuisine jamais, et c’est tant mieux.
JM : Oui, ma femme cuisine presque toujours. Exceptionnellement, à midi, j’ai reçu 3 amis à la maison, et je leur ai fait ma spécialité : le poulet curry, avec un peu d’ananas, pour un bon mélange sucré-salé !
GJ : J’ai jamais cuisiné chez moi, mais si je dois vraiment cuisiner, je demanderais d’abord à mes invités ce qu’ils souhaitent manger, puis je regarderais la recette pour essayer de leur faire plaisir au maximum. Je vais pas m’aventurer dans des plats compliqués 

Vous êtes en face à face à l’entraînement ? Qui remporte le duel ?
GJ :
C’est équilibré, du 50-50.
JM : C’est vrai qu’on se connaît trop maintenant. On sait nos points forts et points faibles.

À l’entrainement, quel est l’exercice que vous détestez le plus ?
JM : J’aime pas quand on doit prendre un ballon chacun, et faire des gammes, des jongles, tout seul dans notre coin. Mais surtout les exercices de motricité et proprioception, où on doit sautiller, travailler les appuis et enchainer avec des passes.
GJ : Forcément, j’aime beaucoup les spécifiques gardiens. Mais j’ai beaucoup de mal à m’entrainer tôt le matin, c’est très, très dur. Un entraînement à 8h, ça signifie qu’il faut se lever aux alentours de 6h30, mais bon c’est notre métier, donc on le fait.

Face À evian, ce qui m'a le plus énervé, ce sont les messages des amis que je recevais dans le vestiaire. Donc mon portable a explosé ce jour-là...

Quel est le plus mauvais perdant entre vous deux ? Une anecdote à nous raconter ?
GJ :
Ah là c’est chaud ! On est les deux compétiteurs de l’équipe !
JM : Franchement, y’a match !  T’es tombé sur les deux mauvais perdants !
GJ : J’ai déjà cassé un téléphone après un match, c’était face à Evian, l’année du titre, où Souley loupe un pénalty dans le temps additionnel (NDLR : Score final 2-2). Ce qui m’avait le plus énervé, c’était les messages de mes amis que je recevais dans le vestiaire et qui me disait « C’est pas grave ». On est des compétiteurs, on ne doit pas se satisfaire du minimum. Donc mon portable a explosé ce jour-là ! Au final, ça nous a pas porté préjudice, car on a fini champions de France.
JM : Faut pas parler à Geoffrey après un match, surtout si vous êtes un journaliste !
GJ : Après une défaite, je te les trouve les fautifs. Que ce soit moi, Pierre, Paul, ou Jacques. Donc je suis désolé pour tous mes coéquipiers, si certaines fois je m’énerve, je ne veux pas de mal, je parle juste à chaud et je regrette beaucoup après. D'une manière générale, si on perd  le samedi je ne redescends en pression que le mardi ou mercredi.
JM : Je me souviens d’une anecdote quand je m’entraînais avec la CFA. On faisait des 4 contre 4. Et je ne supporte pas, quand mes coéquipiers perdent et rigolent, même à l’entraînement. Donc j’ai pris le ballon plein de rage puis j’ai tiré dedans. Puis une deuxième fois. Le coach, Ghislain Printant, m’a dit d’arrêter l’entraînement et d’aller courir. Il m’arrêtait plus, je pleurais de rage. Même l’entraîneur adjoint, Fréderic Garny, lui disait de lever ma punition.

C’est pas forcément la première image qu’on a de vous !
JM : Je suis comme ça tout le temps, même en jouant aux cartes avec des amis. Si je perds, je vais plus leur parler pendant 10 bonnes minutes ! Au contraire, quand je gagne à Fifa par exemple, je vais les chambrer à fond !
GJ : J’en ai des anecdotes à te raconter ! Par exemple, après un match à Auxerre, je ne me suis même pas changé dans le vestiaire, je suis parti à l’aéroport en maillot, je voulais partir le plus vite possible ! Mais les cartes, je m’en fou, c’est le foot et rien d’autres (rires).

ma femme m'a dit une blague ce matin, elle est tellement nulle, qu'elle m'a fait rire. C'est l'histoire d'un Coréen qui va en chine...

Jonas, tu as 15 secondes pour faire rire Geoffrey, fais lui ta meilleure blague !
GJ :
Ça tombe bien, Jo’ est un des joueurs les plus drôles du vestiaire, il me fait tout le temps rire, c’est exactement mon humour ! Dès qu’il sort une blague, je rigole.
JM : Je te fais souvent rire c’est vrai. Ma femme m’a dit une blague ce matin, elle est tellement nulle, qu’elle m’a fait rire. C’est l’histoire d’un Coréen qui va en Chine, il se mélange avec eux, ça fait Chicorée…
GJ : C’est nul mais ça me fait rire. J’en ai une aussi pour toi. Les Destiny Child vont dans un restaurant asiatique pour manger. Elles se baladent entre les tables, voient un plateau puis disent « C’est ma nem, c’est ma nem » ... ("Say my name, say my name", NDLR)
JM : Ma parole, t’es vraiment fou !

Quel joueur du vestiaire a les plus mauvais goûts musicaux ?
JM : Ah oui j’en ai un, Dylan Gissi. Il met toujours sa musique espagnole ! Lui, Deza aussi c'était pareil.
GJ : Je suis d’accord ! Sa musique est bien, mais franchement ça va 2 minutes, pas une de plus ! Une chanson et on arrête.

Geoffrey, il paraît que tu aimes les animaux : considères-tu Jonas comme une chèvre, une poule mouillée, ou alors un poney, ton animal préféré ?
GJ :
Je vais retenir l’élégance de Jonas. Une chèvre c’est soyeux, jolie, mignon. Donc je vais dire la chèvre.
JM : Merci, ça me fait plaisir d’être une chèvre à tes yeux. Puis je suis né en avril, donc bélier !
GJ : C’est un signe ! Les chèvres sont souvent énervées en plus, comme toi !

JE VAIS CITER UTAKA, j'ai jamais vu un arrière droit l'arrêter. Et OLIVIER giroud, c'était simple, s'il la prenait plein fer, ça finissait au fond à tous les coups !

Jonas, parles nous de la relation entre Geoffrey et ses animaux de la ferme ?
JM : C’est beau à voir, c’est un vrai passionné, il est amoureux des animaux. C’est appréciable. Il en fait profiter ses proches. Ma nièce par exemple est fan des poneys.
GJ : J’essaye d’en faire profiter mes 3 enfants, c'est surtout pour eux. Ils ont un poney chacun à leur taille. Je veux les rendre le plus heureux possible.

Quel est le top 5 des joueurs avec qui vous avez joué ?
JM : Je vais représenter la famille !  Celui qui m’a le plus impressionné... je vais dire Émir Spahic. J’ai aussi beaucoup aimé Younes Belhanda, Rémy Cabella, Benjamin Stambouli et John Utaka. Mais j’oublie pas Hilton, qui est un vrai patron.
GJ : Je vais aussi citer Utaka, j’ai jamais vu une arrière droit l’arrêter. Olivier Giroud, c’était simple, s’il prenait le ballon plein fer, ça finissait au fond à tous les coups. J’ai côtoyé Lloris et Ben Arfa en jeunes, ils sont vraiment costauds. Puis le capitaine Vito Hilton.

Quel duo voulez-vous voir faire cette interview la prochaine fois, et quelle question voudriez-vous leur poser ?
JM et GJ :
On va choisir Souley Camara et Vito Hilton, et on veut leur demander « De eux deux, quel est le véritable président du club ? ». Par contre, ça ne nous étonnerait pas que l’interview dure 2 heures minimum !

 

 

A lire également

02juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

21juin2022

Équipe pro

Le jeune latéral gauche (24 ans) débarque en prêt au MHSC, en provenance du Club Bruges (D1 belge)En pleine reconstruction de son couloir gauche défensif après les départs de Mihailo Ristić et Ambroise Oyongo, le MHSC officialise aujourd’hui l
Lire la suite

17juin2022

Équipe pro

La LFP vient de révéler le calendrier de la prochaine saison de Ligue 1 Uber eatsPour le MHSC, la saison 2022-2023 débutera le week-end du 7 août 2022 avec la réception de l'ESTAC Troyes. Cette saison que l’on espère réussie se clôturera
Lire la suite