Rumi Utsugi, le métronome nippon du MHSC | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Rumi Utsugi, le métronome nippon du MHSC

500 Utsugi.jpg

Elle est arrivée au MHSC à l’été 2010, en toute discrétion. Elle est comme ça Rumi, aussi incontournable sur le terrain que discrète dans la vie. 3 ans plus tard, la milieu de terrain montpelliéraine (25 ans) n’a pas changé. Lorsqu’on lui a demandé de parler un peu d’elle et du début de saison de son équipe, sa réponse a pourtant été positive. Si son français est encore quelque peu hésitant, on sent que les heures de cours sont passées par là et que sa volonté de s’exprimer dans la langue de Molière est bien réelle. La preuve d’une vraie volonté d’intégration. Ajoutez-y un petit accent japonais et cela devient même plutôt attachant. « ça n’a pas été facile pour moi au début, affirme-t-elle. Il a fallu s’adapter à la langue, à une nouvelle culture… Quand tu as du mal à t’exprimer et à te faire comprendre des gens qui t’entourent, c’est compliqué, il faut du temps mais ça vient au fur et à mesure ». Equipière modèle, toujours pondérée et souriante, Rumi Utsugi s’est donc adaptée peu à peu à sa nouvelle vie à l’Européenne, mais sur le rectangle vert, il lui a fallu bien moins de temps pour devenir un élément indispensable Utsugi jeu haute.jpgde sa nouvelle équipe : 19 matchs (sur 22 journées de championnat) la première saison, 16 la seconde puis 17 lors du dernier exercice, les chiffres sont plus parlants que de longs discours. « Sur le plan du jeu, c’est assez différent de ce que j’ai connu au Japon, poursuit Rumi Utsugi. Dans mon pays, le jeu est moins physique qu’en France. Ici il faut être vraiment au top physiquement car il y a beaucoup de duels et peu d’espaces ». Véritable plaque tournante de l’entrejeu montpelliérain, l’Internationale japonaise s’est vite adaptée à son nouvel environnement footballistique. Même lorsqu’il a fallu évoluer au poste d’arrière gauche la saison passée, Rumi a fait preuve d’une belle qualité d’adaptation. Replacée au cœur du jeu montpelliérain à un poste de milieu relayeur qui était le sien à son arrivée par le nouvel entraîneur héraultais Jean-Louis Saez, Rumi Ustugi s’affirme de matchs en matchs comme la plaque tournante du jeu languedocien. Vision du jeu, jeu court, jeu long, compensation tactique lorsque cela est nécessaire, sa palette est assez impressionnante. Elle sera donc forcément un des éléments importants du MHSC à l’aube de recevoir le PSG pour le premier gros choc de la saison ce samedi (16h) à La Mosson. « L’équipe a fait un très bon début de saison avec 3 victoires en 3 matchs, conclut la première joueuse japonaise de l’histoire du championnat de France de D1 féminine. Paris est un très gros match et nous avons toute hâte de le jouer ». L’entretien s’achève dans un large sourire. Rumi peut désormais préparer ce match en toute sérénité. Son lieu d’expression préféré c’est le terrain, pour le plus grand bonheur des Montpelliérain

LE MATCH : PREMIER GROS CHOC DE LA SAISON

Oqvist jeu.jpgSamedi après-midi (16h), la section féminine du MHSC va retrouver La Mosson pour un match de D1 féminine pour la première fois depuis le 30 septembre 2012 et un match face au … PSG. A l’époque, les deux équipes s’étaient quittées sur le score de 1-1. Les Montpelliéraines avaient vécu une première période extrêmement difficile avant d’ouvrir le score en seconde période et de concéder l’égalisation dans les arrêts de jeu sur un penalty de la capitaine parisienne Sabrina Delannoy. Entre temps, beaucoup de choses ont changé. Buteuse ce soir-là, Marie-Laure Delie a quitté les bords de La Mosson pour rejoindre la Capitale tandis que Jean-Louis Saez a succédé à Sarah M’Barek sur le banc héraultais. Auteur d’un recrutement impressionnant en début de saison passée (Krahn, Bressonik, Benameur, Asllani, Horan, Cruz, Health..), le PSG a été plus calme sur le marché des transferts cet été avec « seulement » 6 arrivées mais a recruté du très haut niveau avec notamment les venues de Delie (PSG), mais aussi Georges (Lyon), ou bien encore les deux championnes d’Europe avec l’équipe de France des 19 ans cet été Karchouni et Declercq. Mais en face, le MHSC a des argument à faire valoir. Les équipières de Josefine Öqvist (qui croisera lors de cette rencontre sa partenaire en sélection Kosovare Asllani) auront à cœur de faire un résultat lors de ce 1er gros choc de la saison ce qui validerait le très bon début de saison des filles de Jean-Louis Saez (3 matchs, 3 victoires, 13 buts marqués, 0 encaissé). Un sacré défi d’autant que les Parisiennes, sèchement battues la semaine passée par Lyon sur leur pelouse de Charléty (3-0) auront envie de repartir de l’avant. En position d’outsider, les Montpelliéraines comptent sur leurs supporters pour les aider à réaliser l’exploit. Avec leurs qualités, leur volonté et votre soutien, elles peuvent y arriver ! Venez nombreuses et nombreux pour les soutenir, elles comptent sur vous !
 

A lire également

02juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

21juin2022

Équipe pro

Le jeune latéral gauche (24 ans) débarque en prêt au MHSC, en provenance du Club Bruges (D1 belge)En pleine reconstruction de son couloir gauche défensif après les départs de Mihailo Ristić et Ambroise Oyongo, le MHSC officialise aujourd’hui l
Lire la suite

17juin2022

Équipe pro

La LFP vient de révéler le calendrier de la prochaine saison de Ligue 1 Uber eatsPour le MHSC, la saison 2022-2023 débutera le week-end du 7 août 2022 avec la réception de l'ESTAC Troyes. Cette saison que l’on espère réussie se clôturera
Lire la suite