Anouk Dekker : « Un moment inoubliable »

Avant la réception du fc fleury 91 cette après-midi (15h à grammont), la joueuse du MHSC, Vainqueur du championnat d’Europe féminin cet été avec sa sélection des Pays-Bas, raconte cette aventure

Quel effet ça fait d’être championne d’Europe ?
C’est un sentiment incroyable. Parfois j’ai besoin de regarder les images pour ressentir à nouveau ce sentiment extraordinaire de la victoire et surtout pour me dire que c’est bien réel. De temps en temps, des équipières du MHSC me disent : « Tu es championne d’Europe » et au fond de moi je me dis : « Ah oui c’est bien vrai ! » C’est un sentiment extraordinaire qu’il est difficile de décrire. Je me sens très fière.

mon rêve est devenu réalité

Si tu devais résumer votre parcours, comment ferais-tu ?
Nous avons d’abord eu une longue période de préparation au cours de laquelle nous avons beaucoup travaillé et où on se disait: « vivement que ça commence ! ». Je me souviens aussi du premier match de la compétition, à Utrecht, face à la Norvège. Quand nous avons pris le bus pour aller au stade et que j’ai vu tout ce public, ces couleurs orange, je me suis dit : « Cette fois, on y est ! » Cet engouement a duré tout au long de la compétition. C’était un sentiment magnifique qui nous a donné beaucoup de confiance lors de tous nos matchs que ce soit contre le Danemark, la Belgique, la Suède, l’Angleterre et bien sûr en finale contre le Danemark. C’était impressionnant de voir que tout le pays était derrière nous. Ça nous a donné beaucoup de force. Je m’imaginais cette ferveur avant la compétition et je n’ai pas été déçue. En plus, nous avons joué la demi-finale et la finale à Utrecht qui est un club dans lequel j’ai joué. Avant la compétition, j’avais ce petit rêve de me dire que je pouvais disputer la finale dans ce stade que je connais si bien… Et mon rêve est devenu réalité.

Quel a été votre match le plus compliqué ?
Le match de poule contre le Danemark. On savait d’entrée que ce serait l’équipe la plus difficile à jouer du groupe et nous avons remporté cette rencontre ce qui nous a donné beaucoup de confiance pour la suite. Ce succès nous a fait prendre conscience qu’on pouvait aller au bout. En remportant cette rencontre-là, les médias nous ont plus suivies, l’attente autour de nous était encore plus forte et on s’est dit qu’on pouvait le faire. Bien sûr on les a rejouées en finale mais je pense que ce premier match face aux Danoises était le plus compliqué.

L'ambiance ? Ce fut exactement comme je me l’étais imaginé mais en encore mieux !

Raconte-nous cette finale ?
Nous étions très heureuses d’avoir battu l’Angleterre 3-0 au tour précédent. Cela nous avait donné beaucoup de confiance. Toute l’équipe était prête et se sentait très bien. En plus, le stade était plein avec quasiment 30 000 personnes. Alors, bien sûr, nous savions que le Danemark était très fort mais nous savions aussi que nous avions nos chances et qu’avec ce public là, tout était possible. Notre entame de match n’a pas été très bonne mais cela peut arriver. On s’est retrouvé mené 1-0 puis 1-1, 2-1, 2-2 et enfin nous l’avons emporté 4-2. C’était une belle finale. Ça a été difficile mais je pense qu’on méritait cette victoire. Quelques moments de cette rencontre resteront gravés dans ma mémoire. Au moment des hymnes, je me souviens d’avoir vu des gens sur les écrans géants qui pleuraient dans le public, le coach qui était hyper concentré et je me suis dit : « On ne peut pas perdre, ce n’est pas possible…» Et aujourd’hui cette coupe est entre nos mains.

Quel est le sentiment quand on a cette coupe dans les mains justement ?
La coupe est très lourde (grand éclat de rire). Sur les dernières éditions, on était habitué à voir des joueuses en maillot blanc, celles de l’Allemagne, soulever ce trophée. Ça fait plaisir de voir que ce sont les « Oranjes » qui ont cette coupe aujourd’hui. En plus, le fait de jouer à domicile a rendu les choses encore plus belles. C’était magnifique. Je savais que nous avions des supporters fantastiques, que notre public serait habillé d’orange, qu’il ferait du bruit… Ce fut exactement comme je me l’étais imaginé mais en encore mieux. Cela nous a donné beaucoup de force de sentir le public derrière nous. Je suis très heureuse pour notre équipe mais aussi pour notre public.

A titre personnel, tu as fait un super Euro avec en prime une place dans le onze d’or de la compétition…
Oui. J’en suis très fière. Au départ, cela a été un peu difficile puisque je jouais en charnière centrale plutôt qu’au milieu comme habituellement mais ça a été une super expérience de se mesurer à ce poste à des attaquantes du top niveau européen. Je suis très heureuse et satisfaite de mon tournoi.

Le groupe n’a pas beaucoup évolué et a enregistré quelques belles recrues ce qui est très positif pour la stabilité de l’équipe.

Comment décrirais-tu cette équipe des Pays-Bas ?
C’est une équipe très jeune puisque je fais partie des plus âgées de l’effectif. Nous avions beaucoup de joueuses de moins de 25 ans. Cette équipe est un très bon mix entre les joueuses de devoir, les créatrices, des joueuses qui vont très vite, d’autres qui vont plus dans l’impact. C’est un mélange avec en plus beaucoup de joie et d’insouciance. J’ai adoré jouer dans cette équipe.

Tu as aussi reçu un bel accueil de tes coéquipières à ton retour à Montpellier ?
Quand je suis revenue, tout le monde dans l’équipe du MHSC a fêté la victoire des Pays-Bas. Quand j’ai vu le sourire, le respect de mes coéquipières, leur accueil, j’étais très émue et je suis très fière de faire partie de cette équipe montpelliéraine. Ce succès en équipe nationale est aussi pour notre club. C’est une récompense du travail que nous y avons accompli.

Comment abordes-tu cette nouvelle saison avec le MHSC ?
Nous avons un bon groupe et l’équipe pratique un bon football. Nous l’avons vu lors du dernier tournoi de préparation à Toulouse (victoires contre Manchester City et Liverpool). Je suis curieuse de savoir jusqu’où cette équipe capable d’aller que ce soit en championnat, mais aussi en Ligue des Champions. Je suis persuadée que nous pouvons faire une saison au moins aussi belle que celle de l’an passé. Le groupe n’a pas beaucoup évolué et a enregistré quelques belles recrues ce qui est très positif pour la stabilité de l’équipe.

Après une victoire inaugurale la semaine passée à Albi, vous accueillez le promu Fleury ce dimanche (15h à Grammont)…
Oui. Nous savons que nous rencontrons des équipes qui, au départ, luttent pour le maintien. Ce sont des formations très regroupées, très compactes, qui défendent beaucoup et contre lesquelles il est difficile de trouver les espaces mais je pense que nous avons des joueuses de qualité pour éviter ce genre de piège. Nous serons en tout cas très heureuses de retrouver notre public.

A lire également

18nov2017

Équipe pro

Ce dimanche (17h), l’Olympique Lyonnais se déplace sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais dans le cadre de la 13e journée de Ligue 1 Conforama. Tout ce qu’il faut savoir sur cette rencontre (avec Opta) Le contexte :
Lire la suite

17nov2017

Équipe pro

Ecoutez le milieu de terrain du Montpellier Hérault SC devant les médias avant le déplacement à Lyon ce dimanche (17h, 13ème journée Ligue 1 Conforama).
Lire la suite

Équipe pro

Ecoutez ci-dessous le coach du Montpellier Hérault SC en point presse avant Olympique lyonnais vs MHSC (13ème journée Ligue 1 Conforama).
Lire la suite