Dans les yeux de Sandie

Blessée à plusieurs reprises ces derniers mois, Sandie Toletti retrouve peu à peu la joie de jouer. A l’aube de recevoir Juvisy ce dimanche (17h, dix-huitième journée de D1), la jeune milieuE De TERRAIN montpelliéraine évoque avec franchise sa période loin des terrains, son retour à la compétition et son attachement au MHSC

 

Revoir son sourire sur les terrains est une des belles images de la fin de saison montpelliéraine ; un vrai plaisir au même titre qu’un gros renfort pour le MHSC en vue de cette fin d'exercice et notamment du choc face à Juvisy ce dimanche (17h) à Grammont. Il faut dire que Sandie Toletti sort de plusieurs mois difficiles, émaillés par les blessures. Opérée de la cheville en fin de saison dernière pour être enfin débarrassée d’entorses à répétition, la jeune milieu de terrain montpelliéraine a vu ensuite son retour contrarié par une première blessure à l’adducteur avant de rechuter en janvier lors de la venue du PSG. « Le moral n’était pas trop là, physiquement aussi ça a été dur, reconnaît-elle. J’enchaînais les blessures, j’avais hâte que l’année 2015 se termine, Je pensais qu’à Noël le plus dur était derrière moi et la nouvelle déchirure à l’adducteur en janvier a été très difficile à encaisser. A ce moment-là, je me suis dit que quelque chose n’allait pas. On a multiplié les examens avec le staff médical, on a vu que j’avais des appuis différents après l’opération, que je compensais trop et on a fait le nécessaire. Je tiens aussi à remercier le préparateur physique, Eric Nicolas, avec qui j’ai beaucoup travaillé et qui m’a beaucoup aidée et soutenue. Maintenant, physiquement ça va beaucoup mieux, donc je me sens bien sur le terrain. »

J’étais déjà une amoureuse du foot mais là, je me suis rendue compte que je l’aimais encore plus.

Une période difficile qui était aussi un premier coup d’arrêt dans la carrière de Sandie dont la progression, des U19 jusqu’à la D1 en passant par les sélections de jeunes avec lesquelles elle a été championne du monde U17 en 2012 et championne d’Europe U19 en 2013 était jusqu’ici linéaire et en constante progression. « C’est très dur d’être éloignée des terrains. J’étais quand même là pour soutenir les filles, mais quand tu ne joues pas, c’est très difficile.» Mais plutôt que de ressasser cette période, elle préfère n’en retenir que l’aspect positif. « J’étais déjà une amoureuse du foot mais là, je me suis rendue compte que je l’aimais encore plus. Je voulais me battre pour reprendre la compétition le plus tôt possible. Quand je suis sur le terrain, je suis passionnée, je veux prendre du plaisir. Etre dans les tribunes sans pouvoir jouer, ça m’a rendue plus forte mentalement. »

De retour à la compétition il y a 15 jours à Albi où elle est entrée en cours de jeu, la n°8 montpelliéraine n’a pu empêcher la défaite de son équipe. Un revers qu’elle n’a pas oublié, loin de là. « On a fait un bon début de saison, avec un match nul contre Paris puis contre Lyon ce que nous n’avions pas réussi les années précédentes. Puis on a perdu des points bêtement contre Saint-Etienne et Albi. Cette défaite contre les Tarnaises a été une très grosse déception. On a eu un sentiment de honte et on est toutes conscientes de notre erreur. » Un revers qui laisse forcément des regrets et qui pose la question de ce qui manque au MHSC pour franchir enfin un palier. « Ce qui manque ? Je ne sais pas, répond Sandie. Ce que je sais c’est qu’on n’est pas loin des gros, de Paris et Lyon. A nous de travailler encore plus pour parvenir à les accrocher ou les battre et obtenir cette qualification européenne car je rêve de jouer un jour la Ligue des Champions avec Montpellier. Je suis persuadée qu’on peut y parvenir dans un avenir proche. D’ici là, il nous reste encore des matchs à jouer cette saison et on va essayer de tous les gagner pour consolider notre 3ème place. On a envie de se remobiliser et de repartir de l’avant contre Juvisy. »

Une rencontre toujours attendue entre deux clubs historiques du championnat. Et quoi de mieux qu’une affiche contre un membre du top 4 pour repartir de l’avant après une telle déconvenue et prouver que les Montpelliéraines ont de la ressource ? « Ça peut nous permettre de rebondir, explique Sandie. Juvisy est une équipe très combative  qui joue également très bien au ballon. On sait que ça va être un match très difficile. A nous d’être combattives aussi, bien présentes dans les duels et de leur montrer ce qu’est La Paillade. »

Pour moi, LE MHSC, c’est un ensemble

Le MHSC, bien plus qu’un club pour Sandie. L’occasion d’évoquer cette relation si particulière qui la lie à son club formateur. « Montpellier c’est ma ville, ma famille, mon club, sourit-elle. Au-delà de la section féminine, je regarde tous les matchs des garçons, au moins à la télé quand je ne peux pas aller au stade. Chaque fois qu’ils marquent je suis ravie. J’espère qu’ils vont se maintenir en L1 le plus rapidement possible. Pour moi, ce club, c’est un ensemble : les filles, les garçons et même les opérations caritatives d’Espoir Orange et Rêve Bleu. C’est vraiment important. Quand on va dans les écoles par exemple, ça fait plaisir de voir le sourire des enfants. On prend encore plus conscience de la chance qu’on a de porter ce maillot là. »

je préfère faire une passe à une coéquipière démarquée

Dimanche après-midi face à Juvisy, Sandie devrait en tout cas avoir de nouveau l’occasion de s’exprimer, et peut-être de marquer comme elle l’avait fait en inscrivant un doublé face aux Essonniennes lors de la finale du championnat de France U19 en 2012. « Ça me ferait plaisir de marquer, mais je veux avant tout être là pour l’équipe, sourit-elle. Et lorsqu’on évoque son manque d’égoïsme devant le but, l’enfant de Cavillargues rétorque avec sincérité : « C’est plus fort que moi, je préfère faire une passe à une coéquipière démarquée. Peut-être que je prendrai plus ma chance avec le temps mais pour l’instant je n’y arrive pas. Pour moi une passe décisive, c’est aussi beau qu’un but. »

Reste à évoquer le maillot Bleu de France et cette sélection Nationale avec laquelle elle vient d’être appelée pour disputer les deux prochains matchs éliminatoires de l'Euro 2017 face à la Roumanie (8 avril) et l'Ukraine (11 avril). Une bonne nouvelle mais aussi peut-être une étape sur la route des Jeux Olympiques qui se dérouleront cet été à Rio. « C’est d’abord une fierté de retrouver ce groupe France, d’autant

je sais qu’une sélection passe par de bonnes performances avec LE MHSC

que ça m’avait affectée de devoir renoncer à ma précédente sélection puisque je m’étais blessée, se souvient-elle. Concernant Rio, c’est un rêve de participer à ces jeux Olympiques mais je ne me projette pas. Je me dis juste que je vais donner le maximum lors de ce rassemblement mais aussi en club car je sais qu’une sélection passe par de bonnes performances avec Montpellier où de belles échéances nous attendent que ce soit en championnat mais aussi en Coupe de France avec cette demi-finale qui se profile face au PSG. »

Une chose est sûre, trop longtemps éloignée des terrains, Sandie Toletti compte profiter de chaque instant passé sur le rectangle vert. Pour son plus grand bonheur et celui de son club…

A lire également

21nov2017

Équipe pro

La causerie d’avant match est un moment qui suscite curiosité, interrogation, admiration et même parfois fantasme. www.mhscfoot.com est allé à la rencontre des différents coachs du MHSC pour leur demander leur avis sur la question.  
Lire la suite

Fonds de dotation

Depuis maintenant 6 années, le lien entre le Bleuet de France et Espoir Orange et Rêve Bleu ne fait que se renforcer comme peuvent l’attester les multiples opérations effectuées.Cette année n’a pas dérogée à la règle et le mois de
Lire la suite

20nov2017

Équipe pro

Revivez le match d'hier à Lyon en photos ci dessous ou en cliquant ici[[nid:16061]]
Lire la suite